Joséphine Calamatta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Joséphine Raoul-Rochette)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joséphine Calamatta
Anne-Joséphine-Cécile Raoul-Rochette, by Jean-Auguste-Dominique Ingres.jpg
Jean-Auguste-Dominique Ingres, Anne Joséphine Cécile Raoul-Rochette (1834), localisation inconnue.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Anne Joséphine Cécile Raoul-RochetteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint

Joséphine Calamatta, née Anne Joséphine Cécile Raoul-Rochette à Paris le et morte au même lieu le , est une artiste peintre et graveuse française.

Elle réalisa aussi bien des portraits que des œuvres allégoriques ou religieuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Maurice Sand (1845), château de Nohant.

Joséphine Raoul-Rochette est la fille de l'archéologue Désiré Raoul-Rochette et la petite-fille du sculpteur Jean-Antoine Houdon.

Elle est surtout élevée par sa mère en compagnie de sa sœur Angéline[1] en raison des nombreux voyages paternels.

Son travail est en premier lieu influencé par l'un de ses plus éminents professeurs, le peintre néo-classique français Jean-Auguste-Dominique Ingres[2], mais Hippolyte Flandrin participe également à sa formation. Elle trouve sa propre voie notamment dans l'usage de couleurs vives et frappantes qui présentent de fortes réminiscences avec la Renaissance italienne ainsi que certaines œuvres du peintre baroque espagnol Bartolomé Esteban Murillo.

En 1840, elle épouse le peintre et graveur italien Luigi Calamatta (1802–1869) qu'elle quittera mais dont elle aura une fille Lina. Celle-ci épousera en 1862 Maurice Sand, le fils de Georges Sand, dont Joséphine Calamatta avait réalisé un portrait en 1845 (château de Nohant).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Selon Anne Chevereau dans son article « Joséphine Calamatta, élève d’Ingres et mère (méconnue) de Lina », les travaux de Joséphine Calamatta ont été massivement dispersés et il serait fort complexe de réaliser un catalogue. Clara Erskine Clement affirme que Calamatta a reçu deux médailles dans des Salons mais ne nous précise pas lesquels[3].

Sainte Cécile (1845), Montauban, musée Ingres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Portrait of Angeline Raoul-Rochette » [archive du ], sur bellinger-art.com.
  2. (en) Jane Fortune, Invisible Women: Forgotten Artists of Florence, Florence, The Florentine Press, .
  3. (en) Clara Clement, Artists of the nineteenth century and their works. A hand book containing two thousand and fifty biographical sketches, Cambridge, Houghton, Osgood and Company, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Chevereau, « Joséphine Calamatta, élève d’Ingres et mère (méconnue) de Lina », Les Amis de George Sand, n°7, 1986, p. 25–30.
  • (en) Clara Erskine Clement Waters et Laurence Hutton, Artists of the Nineteenth Century and Their Works. A handbook containing two thousand and fifty biographical sketches, Cambridge, Houghton, Osgood and Company, 1879.
  • (en) « Désiré Raoul Rochette », in Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company, 1913.
  • (en) Jane Fortune, Invisible Women: Forgotten Artists of Florence, Florence, The Florentine Press, 2009 (ISBN 978-88-902434-5-5).
  • (en) Charles Henry Hart et Edward Biddle (1911), Memoirs of the Life and Works of Jean Antoine Houdon: The Sculptor of Voltaire and of Washington, Princeton University, Kessinger Publishing, 2006 (ISBN 9781425499891).
  • (it) « Luigi Calamatta », in Dizionario Biografico degli Italiani, Vol. 16, 1973.
  • (en) Ann L. Poulet, Jean-Antoine Houdon: Sculptor of the Enlightenment, University of Chicago Press, 2003 (ISBN 0-226-67647-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]