Joice Mujuru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joice Mujuru
Joice Mujuru en 2012.
Joice Mujuru en 2012.
Fonctions
2e première vice-présidente de la
République du Zimbabwe

(10 ans et 2 jours)
Président Robert Mugabe
Prédécesseur Simon Muzenda
Successeur Emmerson Mnangagwa
Biographie
Nom de naissance Runaida Mugari
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Mount Darwin (Rhodésie du Sud)
Nationalité zimbabwéenne
Parti politique ZANU-PF

Joice Mujuru

Joice Mujuru, née le à Mount Darwin, est une femme politique zimbabwéenne. Elle est, entre 2004 et 2014, Première vice-présidente de la République et vice-présidente du parti ZANU-PF.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vétéran de la guerre d'indépendance, elle rejoint en 1973 la guérilla du ZANU-PF, qui combat le gouvernement de Ian Smith. Elle prend pour surnom de guerre Teurai Ropa, ce qui signifie « faire couler le sang ».

En 1980, au moment de l'indépendance du Zimbabwe, elle devient, à l'âge de 25 ans, ministre des sports, de la jeunesse et du divertissement au sein du gouvernement dirigé par Robert Mugabe. Elle participe aux gouvernements successifs depuis cette date, et est entre autres ministre du développement et des femmes, de l'information, des postes et des télécommunications et du développement rural et de l'eau.

En 2000, alors que le président Mugabe met à exécution sa politique d'expropriation des fermiers blancs, Mujuru le soutient et appelle les Zimbabwéens noirs à se rendre sur les fermes appartenant aux Blancs et à en repartir avec « les t-shirts et shorts ensanglantés des fermiers blancs et de leurs collaborateurs noirs ».

En décembre 2004, elle est nommée Première vice-présidente du pays et le Times britannique la voit en successeur possible de Mugabe. L'année suivante, le journal sud-africain Sunday Tribune la décrit comme héritière probable de Mugabe, et prédit qu'elle serait la candidate du ZANU-PF pour l'élection présidentielle de 2008. C'est finalement Mugabe lui-même qui est candidat et remporte un nouveau mandat. Elle est cependant un temps considérée comme sa dauphine politique.

Le , Mujuru est limogée de son poste de vice-présidente, ainsi que huit ministres proches d'elle, par le président Mugabe[1]. L'ancien ministre Emmerson Mnangagwa lui succède.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le président du Zimbabwe se débarrasse de ses opposants potentiels », lemonde.fr, 9 décembre 2014.

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]