Johann Andreas Stein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Johann Andreas Stein
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
AugsbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fabricant d'instruments de musique, facteur de pianos, compositeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Pianoforte J.A. Stein, Augsburg, 1775. Musikinstrumentenmuseum de Berlin.

Johann Andreas Stein, né le à Heidelsheim (actuellement Bruchsal), mort le à Augsbourg, est un facteur allemand d'instruments à clavier, un personnage central dans l'histoire du piano.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il apprend son métier en partie à l'atelier Silbermann à Strasbourg, où il travaille pour Jean-André Silbermann. Il s'installe à Augsbourg, où il occupe aussi les fonctions d'organiste.

Il ne construit pas uniquement des pianos, mais aussi d'autres instruments à clavier, dont certains nouvellement inventés. Un instrument extraordinaire, le « Poli-Toni-Clavichordium », combinait un grand clavecin avec un piano. En 1772, il construit le "Melodika", un petit orgue où le toucher de l'interprète pouvait agir sur le volume.

En ce qui concerne le clavecin — il en construit vingt-et-un entre 1750 et 1777 —, il n'en reste aucun. Dans la famille des cordes pincées subsistent cependant deux instruments imposants et étonnants (vis-à-vis)[1], combinant un clavecin et un piano-forte se faisant face et imbriqués le long de leurs éclisses courbes. Le plus ancien (1777) possède un clavier côté piano-forte et trois claviers côté clavecin (l'un d'entre eux peut actionner le mécanisme du piano) ; l'étendue est de cinq octaves, la disposition 1 × 16', 2 × 8', 1 × 4' avec dogleg pour l'un des 8' et le très rare jeu d'arpichordum. Le second est plus simple, avec seulement deux claviers pour la partie clavecin. Le vis-à-vis ne possède aucune décoration particulière, ni même rosace. La menuiserie est des plus dépouillées et le bois laissé au naturel.

Vers la fin de sa vie, surtout à partir de 1790, son activité est en grande partie reprise par sa fille Nannette Streicher.

Sa contribution au piano[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Johann Andreas Stein » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Edwin Ripin, Howard Schott, John Barnes, Grant O'Brien, William Dowd, Denzil Wraight, Howard Ferguson et John Caldwell, Early keyboard instruments, New York, W. W. Norton & C°, coll. « The New Grove Musical Instruments Series », , 3e éd., 313 p. (ISBN 0393305155), p. 184.

Liens externes[modifier | modifier le code]