Facture instrumentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

De nos jours, la facture instrumentale est un élément non négligeable de l'économie, de nombreuses entreprises depuis des siècles s'étant investies dans cette activité. Si les premiers musiciens concevaient eux-mêmes leurs instruments de musique, très vite, des corps de métiers se sont spécialisés dans la conception et la réalisation de ces objets de production sonore. Ces « faiseurs » — terme employé avant le XVIIe siècle — sont des artisans maintenant appelé facteurs (facteurs d'orgue, de clavecin, de piano, d'instruments à vent…) ou luthiers (pour le luth, le violon, la guitare…), ou même luthiers-tourneurs sur bois (la flûte à bec, le hautbois…), ou « forcetiers » — voir chaudronniers — (trompes, cors…), ou aussi les très pointus fondeurs de cymbales, certains utilisant les technologies les plus modernes comme les fabricants d'instruments de musique électronique.

Un grand nombre de luthiers et de facteurs sont spécialisés dans la restauration et l'entretien, cette activité s'accompagnant souvent de la vente d'instruments neufs ou d'occasion.

L'article «  Histoire du clavecin » donne un exemple précis et instructif sur la facture instrumentale, de son évolution à travers le temps, les pays, les techniques et les hommes, mais aussi ses heures de gloires, ses éclipses et ses renouveaux, sans oublier les liens obligés avec les compositeurs et les interprètes et la nécessité de ne jamais rien figer, ses artisans fabriquant le plus souvent des œuvres d'art, voire des chefs-d'œuvre.

En France[modifier | modifier le code]

Clavecin de Pascal Taskin (1788) Hambourg, Museum für Kunst und Gewerbe

Métiers reconnus[modifier | modifier le code]

Les métiers ci-après du secteur de la facture instrumentale sont inscrits par arrêté ministériel dans la liste des « métiers de l'artisanat d'art »[1] :

Convention collective[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2019, les luthiers n’ont pas de branche professionnelle, contrairement aux facteurs d'instruments à vent qui relèvent de la métallurgie ou aux facteurs d'orgues qui dépendent de l'ameublement. À la fin de l'année 2019, une convention collective est présentée, à destination des créateurs et des entreprises de gestion d’œuvres d’art, de métiers d’art - dont la facture instrumentale - et de design. L'enjeu est de rassembler les instruments qui ne disposent pas de texte réglementaire de droit du travail définissant chacun des statuts des travailleurs d'une branche professionnelle : les luthiers, les luthiers guitare, les facteurs de piano... L'enjeu, à terme, est de regrouper tous les instruments, dont les orgues, les vents ou encore les percussions[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]