Jiouli Chartava

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jiouli Chartava
Zhiuli Shartava 2020 stamp of Georgia.jpg
Jiouli Chartava
Fonction
Membre du parlement de Géorgie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
SoukhoumiVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
ჟიული შარტავაVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
ჟიული შარტავაVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Order of National Hero (Georgia) (en)
Ordre de l'Amitié des peuplesVoir et modifier les données sur Wikidata

Jiouli Chartava (en géorgien : ჟიული შარტავა) ; (SoukhoumiSoukhoumi (à 49 ans)), est un homme politique géorgien et un ancien Chef du Conseil des Ministres de la République autonome d'Abkhazie, tué par des militants abkhazes lors du nettoyage ethnique des Géorgiens en Abkhazie qui se déroula en 1993[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Chartava est né le à Soukhoumi, alors capitale de la République socialiste autonome soviétique d'Abkhazie. Ingénieur d'éducation, il est élu au Parlement de Géorgie en 1992. Charatva préside jusque-là le Conseil des ministres et le Conseil de Défense de la République autonome abkhaze et occupe une place au premier rang lors de la Guerre d'Abkhazie. Le , il est nommé premier ministre[2].

Quand la ville de Sokhoumi est prise en par les forces russo-abkhazes, Jiouli Chartava et d'autres membres du gouvernement loyal à Tbilissi (Gouram Gabiskiria, Raoul Echba, Mamia Alassania, Soumbat Saakian, Micha Kokaïa et autres) refusent de se réfugier en Géorgie propre et sont capturés par les soldats abkhazes. En premier lieu, leur sécurité est garantie par leurs ravisseurs[3], mais bientôt, Chartava et les autres membres du Conseil des Ministres sont tués par les militaires séparatistes et, d'après le rapport de l'Organisation des Nations unies sur la mort de Chartava, ils sont également longuement torturés[4].

En 2005, le journaliste américain Malcolm Linton exposa ses photos prises durant la Guerre d'Abkhazie dans la Galerie d'Art de Tbilissi. Le corps de Chartava est clairement visible, situé en haut d'une pile de corps humains massacrés, sur une de ces photos. Il existe également une vidéo qui montre comment les membres du gouvernement abkhaze légitime furent capturés et emmenés en dehors du bâtiment parlementaire. Il est montré comment il est humilié par les quelques soldats ennemis alors présents sur la scène et embarqué dans une camionnette qui le transportera jusqu'aux forêts des alentours de Sokhoumi, où il sera tué, avec plusieurs de ses alliés. Le corps de Chartava sera plus tard transporté vers le camp géorgien et enterré à Senaki, en Géorgie occidentale[5]. En 2004, Jiouli Chartava fut honoré par le Président Saakachvili comme Héros national de Géorgie à titre posthume.

Son fils Kakhaber Chartava fonde le parti Forum national en .

À Senaki, le Zhiuli Shartava Senaki Museum a été nommé en hommage à Jiouli Chavarta[6].

Dans leur papier Mythes et conflit dans le Sud Caucase, les chercheurs Jana Javakhishvili et Liana Kvarchelia étayent que Jiouli Chartava était un homme politique géorgien ordinaire dont l'image de martyre a été instrumentalisée pour consolider l'histoire de la cause Abkhaze[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les combats ont cessé à Soukhoumi », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Countries Ga-Gi », sur Rulers
  3. Mémorial de Jiouli Chartava
  4. Rapport du Secrétaire-Général de l'ONU sur la situation en Abkhazie datant du
  5. Vakhtang Kholbaïa (1999), Le Labyrinthe de l'Abkhazie
  6. (en) « About sights - Zhiuli Shartava Senai Museum »
  7. (en) Jana Javakhishvili et Liana Kvarchelia, « Myths and Conflict in the South Caucasus », International Alert,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]