Jean Simard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simard.
Jean Simard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Jean Simard, né en 1916 à Québec et mort le à Montréal[1], est un écrivain, professeur et traducteur québécois, auteur de romans et d'essais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au Petit Séminaire de Québec et, de 1933 à 1939, à l'École des beaux-arts de Montréal, il œuvre dans le milieu de l'éducation à partir des années 1940. Professeur à l'Université du Québec à Montréal à partir de 1969, il se charge en parallèle de contrats de conférencier et de rédacteur pour Radio-Canada.

Félix (1947), son premier roman, attire les foudres de la censure ecclésiastique. Son troisième roman, Mon fils pourtant heureux, connaît un beau succès et remporte le Prix du Cercle du livre de France 1956.

Comme traducteur, il signe le texte français de plusieurs romans de l'écrivain anglophone Mordecai Richler, notamment L'Apprentissage de Duddy Kravitz (The Apprenticeship of Duddy Kravitz).

Le fonds d'archives de Jean Simard est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Félix : livre d'enfant pour adultes (1947)
  • Hôtel de la reine (1949)
  • Mon fils pourtant heureux (1956)
  • Les Sentiers de la nuit (1959)
  • La Séparation (1970)

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 13 récits (1964)
  • Le Singe et le Perroquet (1983)

Essais[modifier | modifier le code]

  • Répertoire (1961)
  • Nouveau Répertoire (1965)
  • Marcel Brainstein, sculpteur (1970)
  • Une façon de parler (1973)
  • L'Art religieux des routes du Québec (1995)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Ange interdit (1961)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article dans Le Devoir.
  2. Fonds Jean Simard (P235) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Liens externes[modifier | modifier le code]