Jean Joseph May

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Joseph May
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 28 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean Joseph May est un agronome français, né à Mandray (Vosges) le . Républicain engagé sous la Monarchie de Juillet, il est aussi un théoricien du communisme matérialiste[1] et l’une des principales figures du « groupe de communistes matérialistes », dits « humanitaires », en 1840-1841.

M. Jean Joseph May, qui est mort - le Dieu de la communauté garde son âme ! - n'était pas un homme ordinaire, puisque M. Proudhon a daigné lui prendre ses idées. Le fameux système du gouvernement an-archique, c'est-à-dire du gouvernement sans gouverneurs ni gouvernés, n'est ni plus ni moins que la propriété de feu M. May, confie l’espion Lucien de La Hodde[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Joseph a probablement quitté jeune la ferme de ses parents. En 1839, à Paris, il est impliqué dans une affaire d’explosion, et de détention de munitions de guerre. Il a 23 ans. Il habite au 33 de la rue des Lombards avec deux autres lorrains, l’avocat Joseph Mathieu, dit d’Epinal, et Victor-Nicolas Bouton étudiant de vingt ans (affaire de la rue de Montpensier). Cette même année, avant octobre, il a déjà publié Traité de la culture des pommes de terre, in-8°.

Lors du procès de L'Humanitaire, en , il est réfugié à Londres. Il meurt à Toulon (Var) le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Paris, L'Humanitaire (1841) : naissance d'une presse anarchiste ?, Paris, L'Harmattan, , 241 p. (ISBN 978-2-343-02520-9, lire en ligne)
  2. Lucien de La Hodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain, Paris, Julien Lanier, (lire en ligne)