Jean Jacques Étienne Lucas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Lucas.
Jean Jacques Étienne Lucas
Le capitaine de vaisseau Lucas, par Antoine Maurin
Le capitaine de vaisseau Lucas, par Antoine Maurin

Naissance
à Marennes
Décès (à 55 ans)
à Brest
Origine Royaume de France Royaume de France
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Pavillon de la Marine de la République française Marine de la République
Pavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Grade Capitaine de vaisseau
Années de service 1778-1819
Commandement Le Redoutable
Conflits Guerre d'indépendance des États-Unis
Guerres de la Révolution et de l'Empire
Faits d'armes Bataille de Trafalgar
Bataille de l'île d'Aix

Jean Jacques Étienne Lucas, né le à Marennes et décédé à Brest le [1], est un officier de marine français des XVIIIe et XIXe siècles. Il participe à la guerre d'indépendance des États-Unis et passe à la postérité pour son action héroïque comme commandant du "Redoutable" lors de la bataille de Trafalgar.

Biographie de Jean Jacques Étienne Lucas[modifier | modifier le code]

Carte montrant le positionnement des deux marines durant la Bataille de Trafalgar, avec la Redoutable au centre.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean Jacques Étienne Lucas nait le 28 avril 1764 à Marennes de Étienne Lucas notaire royal et de Jeanne Melon-Duplessis. Le 9 octobre 1791 il épouse à Brest Jeanne Jezequel avec laquelle il a 3 filles. L'ainée Liberté Victoire en 1794, puis Cécile Caroline [2] en 1796 et enfin Jeanne Françoise Adelle en 1798.
Il meurt le 6 novembre 1819 à Brest. Il est enterré au cimetière Saint Martin de Brest (Carré 12, rang 7, tombe 22/23).

Premières armes[modifier | modifier le code]

Il entre dans la Marine comme mousse en 1778, à 14 ans sur la prame "La Bathilde"[3] dans la Marine royale, il participe à partir de 1780, comme pilotin sur "L'Hermione" à la guerre d'indépendance des États-Unis.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Il prend part à l’expédition d’Irlande en 1796. Capitaine de frégate en 1799, il est second sur le vaisseau le Formidable, dans l’escadre de l’amiral Bruix. Il se distingue lors de la bataille d’Algésira en 1801, où, après avoir remplacé son commandent tué, il capture le vaisseau anglais Hannibal. Capitaine de vaisseau en 1803, il se trouve dans l’escadre de l’amiral Villeneuve où il commande le Redoutable

La bataille de Trafalgar[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Trafalgar.

C'est cependant son rôle dans la bataille de Trafalgar, qui le rend célèbre. En 1805, Lucas est capitaine de vaisseau, et commande le Redoutable, un vaisseau de 74 canons. Pendant la bataille, il lance son vaisseau, bord à bord avec le trois-ponts HMS Victory (100 canons) pour soulager le Bucentaure de l'amiral de Villeneuve. Le duel est d'emblée sanglant. Moins fort en artillerie mais utilisant de nombreux tireurs postés dans les hunes, le Redoutable cause des pertes importantes à l'équipage posté sur le pont du Victory. L'amiral Nelson lui-même est mortellement blessé par un coup de fusil tiré depuis un des mâts du Redoutable.

Lucas donne ensuite l'ordre d'abordage à ses marins. Mais la différence de taille des navires empêche les Français d'accéder au pont du navire amiral britannique. Massés sur le pont de leur navire, ils forment alors une cible magnifique pour le trois-ponts britannique HMS Temeraire de 98 canons qui vient d'aborder le Redoutable sur son côté droit. Canons et caronades du Téméraire balayent le Redoutable de leur mitraille. Selon Lucas, deux cents de ses hommes sont mis hors de combat en quelques instants.

Le combat dure quelque temps encore, mais les bordées des deux trois-ponts britannique écrasent le Redoutable qui commence à prendre eau. Avec les cinq sixièmes de son équipage hors de combat (300 morts et 222 blessés sur 645 hommes), Lucas doit cesser le combat. Son vaisseau n'est plus guère qu'une épave flottante, démâtée et aux nombreux canons démontés. À 14 h 30, le Redoutable abaisse son pavillon et se rend au Téméraire.

Le HMS Swiftsure envoie un équipage pour récupérer Lucas et deux officiers le lendemain. Cependant, le Redoutable continuant à prendre l'eau dans une mer très forte et malgré les efforts des bateaux envoyés pour chercher les survivants, seuls 119 marins purent être sauvés avant que le vaisseau ne coule avec les blessés restés à son bord.

Après Trafalgar : l'île d'Aix[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de l'île d'Aix.

À la fin de sa captivité et à son retour en France, Lucas est fait commandeur de la Légion d'honneur le 4 mai 1806 , par Napoléon en reconnaissance de ses services et de son héroïsme durant la bataille.

Une seconde fois, Lucas sauve l'honneur de la marine française quelques années plus tard : il commande, en 1809, le Regulus (74), appartenant à la flotte concentrée à l'île d'Aix sous les ordres du vice-amiral Zacharie Allemand. Lors de l'attaque par des brûlots britanniques dans la nuit du 11 au 12 avril 1809, le Regulus est l'un des rares vaisseaux sur lequel le feu se déclare. Toutefois, évitant toute forme de panique, son équipage parvient à l'éteindre mais comme beaucoup d'autres, le Regulus, privé d'une partie de ses vergues et de son gréement - conformément aux ordres défensifs de l'amiral - s'échoue sur le banc des Palles où il est harcelé pendant quinze jours par les frégates, corvettes et canonnières britanniques. À la différence de nombreux autres, cependant, Lucas, malgré la position très vulnérable de son bâtiment, se bat avec acharnement, perçant notamment des trous dans la coque afin de pouvoir placer plus de pièces face à l'ennemi. Il ne reçoit aucun secours ni instruction de qui que ce soit, l'amiral étant totalement dépassé par les événements mais réussit finalement à renflouer son bâtiment et à rejoindre Rochefort où il est porté en triomphe.

Lucas meurt le à Brest à l'âge de 55 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte décès archives Brest 1819 3E57 p. 124
  2. Cécile Caroline épouse en 1821 Jean René Clérec, dont la descendance est à l'origine de la famille Mérienne-Lucas
  3. Biographiesur Biographie universelle de Michaud

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Généalogie sur Pierfit généanet

Tulard Jean (dir),  Dictionnaire Napoléon, Fayard, Paris, 1999.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]