Jean II de Beauvau (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean II de Beauvau
Fonctions
Évêque catholique
à partir du
Évêque diocésain
Diocèse d'Angers
-
Biographie
Décès
Activité
Père
Autres informations
Religion
Consécrateur
Gisant l'évêque.

Jean II de Beauvau, mort le [1], fut évêque d'Angers de 1447 à 1463, puis administrateur du même diocèse de 1476 à 1479.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean est fils de Bertrand de Beauvau, chevalier, seigneur de Précigny, et de sa première épouse, Jeanne de La Tour Landry, d'une famille noble angevine[2].

Entré dans les ordres, il est pourvu d'une prébende à la cathédrale d'Angers, élu évêque de ce diocèse le par le chapitre de cette ville, et à la sollicitation de Charles VII[3], et sacré en 1450.

Entre 1448 et 1465, Jean de Beauvau fait entièrement reconstruire le château de Villevêque, résidence épiscopale des évêques d'Angers.

En 1462, il entre en conflit avec le chapitre à cause de la violation de leurs privilèges[1], fait mettre en prison un chapelain de la cathédrale, et est excommunié le par l'archevêque de Tours, à l'occasion d'un appel interjeté à celui-ci par le chapitre d'Angers[1]. Le siège épiscopal devient alors automatiquement vacant. Jean de Beauvau en avait appelé au pape Paul II qui confirma toutefois la destitution en 1467, car « il n'était pas content de l'évêque, qui s'opposait au dessein qu'il avait de renverser la Pragmatique sanction »[4]. Il devient alors chancelier de Charles de France, duc de Berry et frère de Louis XI.

« De par le roy.

Nostre ame et feal, pour les causes que savez dont Jehan de Beauvau, nagueres evesque d'Angiers, a este acuse, qui touchent nostre personne, et aussi pour ce que nous avons este advertiz que nostre oncle le roy de Sicille a fait prandre ung des serviteurs dudit de Beauvau, lequel estoit acuse avecques autres desdiz cas ; et pour ce que la matiere nous touche et qu'il est question de grans cas, nous avons ordonne certains servititeurs dudit de Beauvau estre prins au corps pour savoir et ataindre la verite ; si voulons et vous mandons que incontinant vous faites partir maistre Jehan de Langlee pour aler prandre et saisir au corps ceulx qui sont nommez en la coommission que vous envoyons ; et qu'il les amenne prisonniers par devers nous. Et avecques ce qu'il preigne le double des articles et du proces que nostredit oncle a fait faire contre celluy qu'il detient prisonnier ; aussi qu'il preingne la depposicion de Loys de la chapelle, laquelle a maistre Maturin Beaudet, et luy chargez bien qu'il y face bon devoir ; et gardes bien qu'il n'y ait faulte. Donne a Melay, le VIe jour de juillet [1467].
LOYS (Louis XI).
TOUSTAIN.

A nostre ame et feal chancellier[5]. »

L'excommunication ayant été levée en 1476 et son successeur Jean de la Balue ayant été emprisonné pour trahison, Louis XI lui rend le diocèse d'Angers, à titre d'administrateur seulement, car Jean de la Balue restait le seul détenteur légitime[6].

Les querelles avec le chapitre et l'archevêque de Tours reprirent rapidement, mais Jean de Beauvau meurt peu après, le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Gallia christiana, tome XIV, col.581
  2. Louis Moréri, Le Grand dictionaire historique, ou Le mêlange curieux de l'histoire sacrée et profane, Amsterdam, 1740
  3. Gallia christiana, tome XIV, col.580 et 581 ainsi que dans les papiers de D. Housseau, tome IX, n°3930 ; mentionnés par Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome III, p.162, note n°3, Librairie Renouard, Paris 1887.
  4. Le Brasseur, Histoire civile et ecclésiastique du comté d'Évreux, p.300, Paris 1722 ; cité par Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome III, p.163, note n°3, Librairie Renouard, Paris 1887.
  5. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI tome III, p.162-163
  6. D'après Joseph Vaesen et Étienne Charavay, son retour se plaça entre 7 septembre 1469 et le 27 août 1470.