Jean Gasztowtt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Gasztowtt
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Šileliai (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
RuffecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Famille
Gasztołd (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
POL COA Abdank.svg
blason

Jean Gasztowtt, né le [Note 1] à Šileliai en Lituanie[1] et mort le à Ruffec[2] en France, est un participant à l'insurrection de 1831 et un émigré polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille noble, il est le frère aîné de Maurice Gasztowtt, né en 1809, qui émigrera lui aussi en France et dont le fils Venceslas Gasztowtt sera un homme de lettres franco-polonais. Il fait des études à l'Université de Vilnius[3].

Il participe à l'Insurrection lituanienne de 1831 « comme capitaine et comme un des chefs de l'insurrection en Samogitie »[4].

Le , il arrive à Nevers[5] depuis Lignières[6].

Piqueur des Ponts-et-Chaussées en 1835, il est nommé conducteur auxiliaire de 3e classe au canal du Nivernais le . Il est nommé conducteur auxiliaire de 2e classe le et est muté dans le département de la Drôme le . Il démissionne le [3].

Il se marie le [3].

Le , il réintègre son emploi de conducteur auxiliaire de 2e classe des Ponts-et-Chaussées dans le département de la Somme. Il est nommé conducteur auxiliaire de 1re classe le . Il passe dans le département de Seine-et-Marne, au service de la navigation de la Seine, le , puis dans le département de la Côte-d'Or le .

Le , il est nommé conducteur embrigadé de 3e classe. Le , il passe dans le département de Seine-et-Oise au service de la Marne, puis le dans le département de Seine-et-Marne. Le , il est muté en Charente. Le , il est nommé conducteur embrigadé de 2e classe[7].

Le , un décret l'autorise à établir son domicile en France et lui donne ainsi la jouissance des droits civils[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monsieur Sedzic, le fils du juge, ou Récit sur la Lituanie et la Samogitie, L’Harmattan, 2020[9], traduit du polonais Pan Sędzic czyli Opowiadanie o Litwie i Żmudzi[10] publié anonymement à Poitiers en 1839.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Et non le 3 juillet 1800 comme l'indique la Lietuviškoji Tarybinė Enciklopedija (Encyclopédie soviétique de Lituanie). Vol. 4. Mokslas. Vilnius, 1978. Page 158.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Registre de la paroisse de Baisogala, 1802-1827, Archives historiques de Lituanie, 669/1/216, page 9v. Le registre indique le baptême le 29 juin 1802 et une naissance 3 jours auparavant.
  2. Archives départementales de la Charente, Série 3 E - Registres paroissiaux et état civil, Ruffec
  3. a b et c Archives Nationales, Site de Pierrefitte-sur-Seine, Dossier F14 2530.
  4. Archives de la Défense, Dossier GR XL 59.
  5. Archives de la Défense, Dossier GR XL 55
  6. Słownik biograficzny oficerów Powstania Listopadowego : E - K, Robert Bielecki, Warszawa 1996
  7. Archives Nationales, Site de Pierrefitte-sur-Seine, Dossier F14 2530.
  8. Archives Nationales, Site de Pierrefitte-sur-Seine, Bulletin des Lois, 1850, supplément janvier - juin, tome 5.
  9. Catalogue de la Bibliothèque Nationale de France
  10. Catalogue de la Bibliothèque Nationale de France