Jean Cébron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Cébron
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
FréhelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean Maurice CébronVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mère

Jean-Maurice Cébron, né le à Paris et mort le aux Sables-d'Or-les-Pins, est un danseur, chorégraphe et pédagogue français.

Pour le dictionnaire Larousse, il est un des rares adeptes de la danse moderne en France[1]. Parmi ses élèves, on peut citer Virginia Heinen, Marilén Iglesias-Breuker, Tiziana Leucci, Beatrice Libonati, Enrico Tedde[2]. Il participe au ballet La Table verte de Kurt Jooss[3] qui le fit connaître[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Cébron est le fils de la chorégraphe Mauricette Cébron, enseignante à l'Opéra de Paris[4].

Il crée seul ses premières danses, son père s'oppose à sa vocation, il s'initie donc à la musique et à la peinture. Sa mère l’amène à la danse à la fin de la Seconde Guerre mondiale[5].

Il étudie avec sa mère de 1945 à 1947[6]. Alors qu'il étudie avec Carlotta Zambelli, il rencontre Kurt Jooss qu'il suit à Londres[5].

De 1947 à 1948, il étudie avec Sigurd Leeder ainsi que Ram Gopal, un professeur de chorégraphie indienne[4].

De 1948 à 1954, il est soliste au Ballet national de Santiago de Chile (es) et enseigne à l'Institut français du Chili[4],[7].

Entre 1954 et 1957 il retourne étudier intensivement à Londres, au Royaume-Uni, avec Sigurd Leeder[5],[4] ; parallèlement, il commence à chorégraphier et étudie la danse classique avec Anna Northcote[6].

Il se fait remarquer dans son rôle de la Mort dans La Table verte de Kurt Jooss[1].

De 1961 à 1964, il est chorégraphe, soliste et enseignant au sein de la troupe du Folkwangballett Essen sous la direction de Kurt Jooss. Il continue à chorégraphier pour cette troupe entre 1964 et 1967[4].

En 1966 et 1967, il crée ses propres œuvres avec Pina Bausch[4].

De 1969 à 1972, il est directeur des études chorégraphique à l'académie d'état Dansskolar de Stockholm[4].

De 1973 à 1976, il est professeur de danse moderne à l'Accademia nazionale di danza de Rome[4].

Il meurt le à l'âge de 91 ans, aux Sables-d'Or-les-Pins[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Jean Cébron », sur Larousse
  2. « Histoires connectées de la danse : Le cas de Jean Cébron, chorégraphe, pédagogue et passeur artistique entre l'Erope, l'Asie et les Amériques », sur EHESS
  3. (pt) « Débords. Réflexions sur La Table Verte — Transbordar Reflexoes sobre A mesa verde de Olga de Soto »,
  4. a b c d e f g et h (en) « Jean Cébron », sur Biennale Tanzausbildung.de
  5. a b et c Philippe le Moal, Dictionnaire de la Danse, Larousse, coll. « Librairie de la danse », , 830 p. (ISBN 9782035113184, OCLC 901331465), « IGLESIAS-BREUKER Marilén [MIB] », p. 82
  6. a et b (en) « Jean Cébron (FR) », sur Pact-Zollverein.de
  7. (es) Yolanda Montecinos, « Historia del ballet en Chile », Revista musical chilena, Santiago, vol. 56,‎ , p. 7-27 (ISSN 0716-2790, DOI 10.4067/S0716-27902002005600002, lire en ligne)
  8. (de) « Folkwang trauert um Jean Cébron », sur folkwang-uni.de, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]