Jean-Paul Pier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Paul Pier
Description de cette image, également commentée ci-après
Jean-Paul Pier au Centre universitaire de Luxembourg en 1980
Naissance
Esch-sur-Alzette (Luxembourg)
Décès (à 83 ans)
Bettembourg (Luxembourg)
Nationalité Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Domaines Mathématiques
Institutions Centre universitaire de Luxembourg, précurseur de l'université du Luxembourg
Distinctions Grand prix en sciences mathématiques de l'Institut grand-ducal (2011)

Jean-Paul Pier, né le à Esch-sur-Alzette et mort le à Bettembourg, est un mathématicien luxembourgeois, spécialiste d'analyse harmonique et d'histoire des mathématiques. Il a beaucoup contribué, notamment par la création du Séminaire de mathématiques[1] et l'organisation de colloques et conférences, au développement d'une recherche universitaire en mathématiques au Luxembourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Pier a effectué des études supérieures à Luxembourg et aux universités de Paris et de Nancy. Il est titulaire du doctorat luxembourgeois en sciences mathématiques et d'un doctorat français de 3e cycle en mathématiques pures.

Enseignant de mathématiques au Lycée de Garçons d'Esch-sur-Alzette de 1956 à 1980, il a été professeur au Centre universitaire de Luxembourg de sa création en 1974 jusqu'en 1998. Il a aussi effectué un séjour de six mois au Centre nucléaire de Grenoble (1961) et d'un an à l'université de l'Oregon (1966-1967).

En 1971 il a créé le Séminaire de mathématiques[1] du Centre universitaire de (maintenant université du) Luxembourg.

En 1989 il a créé la Société mathématique du Luxembourg, dont il a été le président de 1989 à 1993 et de 1995 à 1998.

En 1995, il a coordonné la commémoration et l'exposition Gabriel Lippmann, organisées par la section des sciences de l'Institut grand-ducal, avec le concours de l'École normale supérieure de Paris, du Palais de la découverte et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne.

Il a organisé et co-organisé plusieurs colloques et conférences (6e congrès du Groupement des mathématiques d'expression latine (GMEL) en 1981 au Centre universitaire de Luxembourg, Symposium international sur l'analyse harmonique en 1987 au Centre universitaire de Luxembourg, Le développement des mathématiques pures entre 1900 et 1950 en 1992 au château de Burglinster…), auxquels ont participé, entre autres, Jean Dieudonné, Jean Leray, René Thom, Israel Gelfand, George Mackey, Jacques Tits

Soutenu par l'Union mathématique internationale, avec le concours du gouvernement luxembourgeois, Jean-Paul Pier a pu rallier une quinzaine de délégations nationales auprès de l'UNESCO pour appuyer la demande luxembourgeoise de proclamer l'année 2000 année mondiale des mathématiques (de)[2].

En 2011, il a été le premier lauréat du Grand prix en sciences mathématiques (encore appelé prix de la Bourse de Luxembourg) de l'Institut grand-ducal, qui lui a été décerné « pour l'ensemble de ses travaux, les liens qu'il a pu établir entre physique et mathématique et son engagement au niveau national et international pour la promotion des sciences mathématiques »[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Amenable locally compact groups, Wiley, 1984.
  • Amenable Banach algebras, Longman, 1988.
  • L'Analyse harmonique. Son développement historique, Masson, 1990.
  • Histoire de l'intégration, vingt-cinq siècles de mathématiques, Masson, 1996.
  • Mathematical Analysis during the 20th century, Oxford University Press, 2001
  • Mathématiques entre savoir et connaissance, Vuibert, 2006.
  • Gabriel Lippmann. Commémoration par la section des sciences naturelles, physiques et mathématiques de l’Institut grand-ducal de Luxembourg du 150e anniversaire du savant né au Luxembourg lauréat du prix Nobel en 1908, J.-P. Pier et J. A. Massard, éditeurs, 1997 (lire en ligne).
  • Le Choix de la parole, Lethielleux/DDB, 2009.

Notices d'autorité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]