Jean-Louis Thys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Louis Thys
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
JetteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean-Louis Thys est un homme politique belge membre du Parti social chrétien (PSC) né à Jette le et mort à Jette le .

Le scoutisme[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Thys fut chef d'unité de la 113e unité scoute de la Fédération des scouts catholiques (FSC) à Ganshoren dans le deuxième moitié des années 1960 et la première moitié des années 1970. Son totem était « Hathi ».

La carrière politique[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Thys eut une longue carrière politique :

Plusieurs de ses collaborateurs en politique furent issus comme lui de la 113e FSC :

  • Michel Simons (frère de Henri Simons, ancien secrétaire fédéral d'Ecolo) qui fut son secrétaire politique mais aussi son compagnon et qui décéda du SIDA;
  • Denis Grimberghs qui fut son chef de cabinet lorsqu'il était secrétaire d'état.

L'épisode malheureux des vestiges de la Maison du Peuple de Horta[modifier | modifier le code]

Le mayorat de Jean-Louis Thys fut hélas marqué par la regrettable affaire des vestiges de la Maison du Peuple de Victor Horta.

Dans les années 1980, la commune de Jette lança un ambitieux projet d'espace vert : le "Parc Roi Baudouin" réunissant le bois du Laarbeek et le bois du Poelbosch.

Dans le cadre de ce projet, la commune ambitionnait d'ériger un pavillon Horta avec une partie des matériaux de la Maison du Peuple de Horta, entreposés à Tervuren depuis les années 1960. Elle fit donc l'acquisition d'une partie des vestiges de la Maison du Peuple et les fit transférer sur le site du futur Parc Roi Baudouin.

Mais au contraire de Tervuren où les vestiges avaient été stockés dans un entrepôt, la commune de Jette les entreposa dans les champs (rue au bois), sans aucune protection contre la pluie et les intempéries.

Le budget vint à manquer et le projet s'enlisa : les éléments métalliques du chef d'œuvre de Victor Horta (chevrons, poutres, fers forgés...) se mirent à rouiller sur place.

Le scandale atteignit son paroxysme lorsqu'un escroc se fit passer pour le propriétaire des ferronneries et en vendit une partie à un ferrailleur !

Voir l'article consacré à la Maison du Peuple pour la suite...

Les poursuites judiciaires[modifier | modifier le code]

En 1994, une instruction pour faux en écriture dans le cadre d'une affaire de financement présumé illégal du PSC fut ouverte à l'encontre de Jean-Louis Thys, Denis Grimberghs et 4 autres personnes.

Cette affaire amena le parlement bruxellois à lever l'immunité parlementaire de Jean-Louis Thys en 1997, deux ans avant sa mort.

Les faits étant prescrits depuis , la justice prononça un non-lieu général dans cette affaire en [1].

L'hommage de Jette à son ancien bourgmestre[modifier | modifier le code]

En , la commune de Jette rendit hommage à Jean-Louis Thys en aménageant une place à son nom et en inaugurant un buste à son effigie dans les « Jardins de Jette »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Info RTBF 01/10/2008; https://www.rtbf.be/info/belgique/judiciaire/justice-il-ny-a-plus-daffaire-thys
  2. Source : Jette Info n°159, décembre 2008