Jean-Claude Henriot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henriot.
Jean-Claude Henriot
Jean-Claude Henriot à Paris en 2014.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Instrument
Jean-Claude Henriot à Paris en 2014

Jean-Claude Henriot est un pianiste français né à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Henriot entre à 14 ans au Conservatoire de Paris et est formé dans les classes d'Yvonne Lefébure et d'Yvonne Loriod. Durant ses études[1], il rencontre notamment le mari de cette dernière, Olivier Messiaen.

Il mène dans sa jeunesse une carrière parallèle de joueur de bridge et remporte un titre de champion de France amateur en 1979[2].

Attiré par la musique de chambre, il crée notamment le Quatuor Olivier Messiaen avec le violoniste solo de l'Orchestre de Paris Alain Moglia, le violoncelliste solo de l'Opéra national de Paris René Benedetti et le clarinettiste de l'Ensemble intercontemporain Michel Arrignon. Ensemble, ils enregistrent le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen, sous la direction artistique du compositeur, version qui a reçu plusieurs récompenses[réf. nécessaire]. Il se produit et enregistre également un disque avec la violoniste de l'Ensemble intercontemporain Maryvonne Le Dizès. Plus récemment il joue avec le jeune violoncelliste Edgar Moreau[3]

Après de nombreuses collaborations avec l’Ensemble Intercontemporain, il se produit régulièrement avec l’Ensemble Aleph, dans le cadre d'une résidence au Théâtre de l'Aquarium de La Cartoucherie de Vincennes, participant notamment à l'enregistrement de l'œuvre de théâtre musical La Rose des vents de Mauricio Kagel en 2016, qui est récompensé par Diapason et Télérama[4][réf. nécessaire]. Avec les membres de l'ensemble Christophe Roy et Noémi Schindler il a aussi créé le Troisième Trio de Kagel.

En 2011, il enregistre pour Dux Records[5] les Variations Diabelli de Ludwig van Beethoven, puis en 2015, les Bagatelles pour piano de Beethoven. Ces disques reçoivent les plus hautes récompenses de Classica, Pianiste (magazine), Crescendo et de Pizzicato Magazine[6],[7],[8],[9].

Jean-Claude Henriot a enseigné successivement au Conservatoire national supérieur de musique et de danse et au Conservatoire à rayonnement départemental d'Évry. Parmi ses élèves on compte notamment le compositeur Philippe Schoeller[10][réf. nécessaire].

Choix d'enregistrements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Autour de Beethoven : entretien avec Jean-Claude Henriot, pianiste », sur obvisper.blogspot.fr (consulté le 16 février 2017)
  2. « Concert Enoch Arden », sur www.bsb.univ-paris3.fr (consulté le 16 février 2017)
  3. « Edgar Moreau, Jean-Claude Henriot, Festival de l'Orangerie de Sceaux - 21 juillet 2012 - Orangerie de Sceaux - Sceaux - Si On sortait ? », sur Si On Sortait (consulté le 27 février 2017)
  4. « Die Stücke der Windrose für Salonorchester », Télérama,‎ (lire en ligne)
  5. (pl) « Wykonawcy: Henriot, Jean-Claude ∎ - Muzyka na poważnie. », sur www.dux.pl (consulté le 16 février 2017)
  6. « BEETHOVEN / JEAN-CLAUDE HENRIOT », sur www.pianiste.fr (consulté le 16 février 2017)
  7. « Beethoven : Piano Works | Ludwig van Beethoven par Jean-Claude Henriot », sur Qobuz (consulté le 16 février 2017)
  8. « De grandes petites choses », Crescendo Magazine,‎ (lire en ligne)
  9. « LES «VARIATIONS DIABELLI» DE BEETHOVEN - Radio Classique », Radio Classique,‎ (lire en ligne)
  10. « Philippe Schoeller », sur brahms.ircam.fr (consulté le 16 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]