Jean-Claude Derey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Claude Derey
Naissance (77-78 ans)
Alep, (France)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Jean-Claude Derey, né à Alep en 1940, est un journaliste, cinéaste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie, entre autres, la psychologie et l'ethnologie, puis conseille des organismes mondiaux avec ses connaissances en ressources humaines. Grand voyageur, puisqu'il parcourt régulièrement d'autres continents, ayant même vécu plusieurs années en Afrique et travailler en Crète, il a sillonné l'Inde et l'Asie du Sud-Est, notamment comme réalisateur de documentaires. De ces expériences à l'étranger, il tire la trame de ses romans, notamment Les requins ne mangent jamais les nègres (1997), « résultat de plus de quatre ans d'enquête sur les filières des passeurs [et] Les Anges cannibales (2004), qui met en scène des enfants soldats »[1].

Il est également l'auteur de plusieurs romans policiers, dont Black Cendrillon (1999), sombre récit de la jeune Jeanne Baguirmi, 20 ans, contrainte d'espionner pour le compte des autorités du Tchad, et Toubab or not toubab (2001), où Hondo, un petit Mauritanien de douze ans, devient l'instrument d'un couple d'assassins et de trafiquants d'organes qui l'oblige à commettre un meurtre. « À travers les yeux de cet enfant, Jean-Claude Derey évoque les réalités de l'Afrique contemporaine, victime de la guerre, de la famine et des trafics en tout genre »[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]