Jean-Christophe Matata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Christophe Matata
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 50 ans)
Le CapVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Christophe Matata est un auteur-compositeur-interprète burundais né le à Bujumbura et mort le au Cap, en Afrique du Sud. Chanteur de zouk, reggae, afrobeat et musiques traditionnelles, en kirundi, kinyarwanda, kiswahili, français et anglais[1], il a rencontré un grand succès dans les pays d'Afrique centrale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Christophe Matata est né le [2] d'un père congolais et d'une mère rwandaise[3], dans un quartier pauvre de Bujumbura, au Burundi. Il s'est lancé très tôt dans la chanson, d'abord au sein d'un orchestre local, puis avec Mihingo en 1979[1], et enfin avec l'Africa Nil Band à partir de 1984[4].

Il s'est installé en 1984 (ou 1986) à Kigali, au Rwanda, où son premier album, Amaso akunda’ Ntabona neza, a remporté un gros succès dès sa sortie en 1987. En 1989, il a été retenu pour le Prix Découvertes de Radio France internationale. Il est rentré au Burundi au moment des premières attaques du Front patriotique rwandais en exil ().

Il chante "Twese turi bamwe", une chanson d'appel à l'unité, la fraternité et la paix, en synergie avec d'autres grands artistes musiciens du Burundi comme Canjo Amissi, Ngabo Léonce, Bouddy Magloire, Africa Nova, Rose Marie Twagirayezu, Bigirimamna Lambert, Sadi, Leonard, etc. Il s'est installé en 1991 en Belgique, où il a poursuivi une carrière de chanteur et de producteur, ne revenant au Burundi qu'en 2007[5] (ou 2009[4]).

Il est mort le au Cap, au cours d'une tournée en Afrique du Sud[3], d'une infection respiratoire (peut-être une pneumonie[6]). Il a été enterré le à Bujumbura[2]. Le lendemain, le Burundi lui a rendu un hommage national.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1987 :
    • Amaso akunda’ Ntabona neza
    • Ihorere Ntusarare
    • Umpora iki ?
  • 1988 : Murantunga
  • 1990 : N’I Nyagasambu rirarema
  • 1997 : Nyaranja
  • 1999 : 99% ZOUK
  • 2002 : Genève Ville Sans Ghetto

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]