Jean-Christian Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jean-Christian Michel
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Christian Michel

Informations générales
Nom de naissance Jean-Christian Michel
Naissance
Activité principale Compositeur, clarinettiste
Activités annexes Docteur en médecine
Genre musical Cross-over jazz-classique, musique progressive, space music
Instruments Clarinette, piano, orgue
Années actives Depuis 1967
Influences musique classique, musique sacrée, jazz, gospel, rock, musique alternative
Site officiel http://www.jean-christian-michel.com
Composition du groupe
Anciens membres Monique Thus, Kenny Clarke, Guy Pedersen, Daniel Humair

Jean-Christian Michel, né en 1938, est un compositeur et clarinettiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il découvre le jazz à Alger en écoutant Louis Armstrong, Johnny Dodds, Sidney Bechet, Claude Luter, et fonde son premier trio, Jean-Christian Michel et son orchestre, en 1956. Étudiant en deuxième année de médecine, il joue en 1961 au sein de l'association des étudiants d'Algérie (AGEA)[1] avec sa formation le Jazz Club Universitaire, puis sur le paquebot Ville d'Oran lors des navettes d'été vers la métropole.

Entre 1960 et 1962 Jean-Christian Michel enregistre trois albums EP de jazz Nouvelle-Orléans sous le label ICAL avec notamment Alain Foradelles (cornet), Roger Soirat (trombone), Jacques Vernier ou Mylène Bartholomot (piano), Claude Joe (basse), François Laffargue ou Bernard Artault (batterie)[2].

Les années 1960 à 1970[modifier | modifier le code]

De retour en France, il termine à Marseille ses études de médecin[3]. Repéré par Léo Missir, directeur artistique chez Barclay, il multiplie entre 1968 et 1972 les enregistrements et les concerts en ayant trouvé son style dans les arrangements de musique classique avec clarinette, orgue et batterie. Il s'entoure de musiciens américains, comme Kenny Clarke avec qui il joue durant 10 ans[4], ou français, comme l'organiste Monique Thus avec laquelle il fonde l'ensemble Quatuor avec orgue, Daniel Humair, Willy Lockwood, Guy Pedersen ou Henri Texier.

Le succès de sa formule est immédiat, il occupe en 1969 les trois premières places du classement des ventes de disques en France[5]. Il obtient tout au long se sa carrière une dizaine de disques d'or et de platine.

Style[modifier | modifier le code]

Sa musique qui allie jazz et musique sacrée s'inspire de l'œuvre de Jean-Sébastien Bach et du phrasé du jazz classique noir. Il se produit le plus souvent dans des églises, et reste depuis ses débuts un artiste très éloigné des scènes de jazz et de la musique classique, sa popularité pouvant être comparée à celle d'autres artistes de cross-over comme Jacques Loussier ou le pianiste américain John Lewis. À partir des années 80, sa musique s'enrichit de timbres nouveaux, de rythmiques plus élaborées, et de l'apport de toute une technologie de musique assistée par ordinateur. Il propose dès 1983 des concerts « son et lumière » avec lasers et hologrammes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Membre de la SACEM depuis 1967, il a accédé au titre de sociétaire définitif en 1974 et a reçu la médaille de ses 50 ans de présence en 2016.

Jean-Christian Michel donne des concerts pour des œuvres caritatives et le pape Paul VI lui adresse en 1974 deux lettres de félicitations, dont l'une accompagnée de sa médaille d'argent.

En 1986, Jean-Christian Michel reçoit le prix « Médecine et Culture » de l'Institut des sciences et de la santé[6].

En 2009 il est le parrain de la campagne Neurodon, au sein de la Fédération pour la recherche sur le cerveau (FRC)[7].

Titulaire d'une thèse en médecine, il est depuis 2010 le parrain de l'association groupes de recherche et d'études sur le stress et la santé à Metz[8].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Requiem (1967)
  • Aranjuez (1967)
  • Musique Sacrée (avec Kenny Clarke) (1968)
  • Crucifixus (1970)
  • JQM (avec Kenny Clarke) (1972)
  • Les chemins de Repentance (avec Kenny Clarke) (1972)
  • Le Cœur des Étoiles (avec Daniel Humair) (1973)
  • Vision d’Ézéchiel (avec Daniel Humair) (1974)
  • Ouverture Spatiale (avec Kenny Clarke) (1975)
  • Ève des Origines (avec Kenny Clarke) (1976)
  • Port-Maria (avec Kenny Clarke) (1978)
  • Musique de Lumière (avec Daniel Humair) (1980)
  • Jean-Christian Michel en Concert (1983)
  • Vif-Obscur (1987)
  • Les Années-Lumière (1990)
  • Les Cathédrales de Lumière (1997)
  • 2004 : Aranjuez (avec Nicolas de Angelis)
  • 2005 : Portail de l'Espace
  • 2006 : J.S. Bach Transcriptions
  • 2007 : Live Concert
  • 2008 : Requiem - Nouveaux arrangements
  • 2012 : Jean-Christian Michel plays jazz

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Imaginaire

Partitions[modifier | modifier le code]

  • Song-Book : œuvres de Jean-Christian Michel, 40 pages

Autres activités[modifier | modifier le code]

Amateur d'alpinisme, il participe en 1974 à la première ascension du Tawesche au Népal, en tant que médecin dans l'équipe de l'alpiniste Yannick Seigneur.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]