Jean-Baptiste André Ruault de La Bonnerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ruault.

Jean-Baptiste André Isidore de Ruault de la Bonnerie
Jean-Baptiste André Ruault de La Bonnerie

Naissance
Paris
Décès (à 73 ans)
Gratz (Autriche)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1760-1817
Distinctions Chevalier de Saint-Louis

Jean-Baptiste André Isidore de Ruault de la Bonnerie, né le à Paris, mort le à Gratz (Autriche), est un général de brigade de la Révolution française.

États de service[modifier | modifier le code]

Il entre en service le 19 avril 1760, comme enseigne, il passe lieutenant le 22 juillet 1761, et capitaine le 13 mars 1779. Il est fait chevalier de Saint-Louis en 1781. Il devient lieutenant-colonel le 9 avril 1786, au bataillon de chasseurs Cantabres, formée à Saint-Jean-Pied-de-Port

Il est nommé colonel le 21 octobre 1791, au 56e régiment d’infanterie de ligne. Il est promu maréchal de camp le 20 août 1792, et il commande Lille du 25 août au 13 septembre 1792, puis du 29 septembre au 7 octobre, pendant le siège de la ville par les Autrichiens[1]. Le 26 novembre 1792, il devient chef d’état major de la division du général Miranda à l'armée du Nord.

En février 1793, il assiste au siège de Maastricht, et il est blessé le 18 mars 1793, à la bataille de Neerwinden, où il commande l'une des colonnes de la gauche française sous Miranda[2]. Après avoir pris Orsmael, sa colonne est enfoncée par l'artillerie de l'archiduc Charles et se disperse, entrainant la débandade de la colonne voisine menée par Champmorin[3].

Le 5 avril 1793, il fait partie des subordonnées de général Dumouriez qui le poussent à se retourner contre la Convention nationale[4]. Lorsque le complot échoue, il émigre avec douze autres des généraux de l'entourage de Dumouriez[5] puis reprend du service comme major-général dans les armées coalisées contre la France[6].

Il meurt le 13 avril 1817, à Gratz en Autriche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Smith 1998, p. 27
  2. Bois 2005, p. 309
  3. Bois 2005, p. 311
  4. Bois 2005, p. 315
  5. Six 2002, p. 81
  6. Six 2002, p. 82

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Bois, Dumouriez : Héros et proscrit, Perrin, (ISBN 2-262-02058-2)
  • Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur, (ISBN 2-909034-29-1)
  • (en) Digby Smith, The Greenhill Napoleonic Wars Data Book : Actions and Losses in Personnel, Colours, Standards and Artillery, 1792-1815, Greenhill Books, (ISBN 1-85367-276-9)

Sources[modifier | modifier le code]