Jay Gould

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jay Gould
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Gould family mausoleum (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jason Gould
Nationalité
Activités
Père
John Burr Gould (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Mary Moore (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Helen Day Miller
Enfants
Parentèle
Daniel S. Miller (d) (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Union Pacific Corporation (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire de
Pike's Opera House (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jason « Jay » Gould, né le à Roxbury dans l'État de New York et mort le à New York, est un homme d'affaires américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière en fondant une tannerie avec deux associés qu'il escroquera peu après. Par la suite, il entreprend d'imprimer et de vendre de fausses actions du Erie Railroad et fuit à New York avec un complice, James Fisk, après avoir obtenu 6 millions de dollars en liquide et les livres de comptes de la compagnie[1].

À New York, ils achètent le soutien du chef du Tammany Hall, William Tweed, qui lui assure un fort ancrage dans les milieux dirigeants. Il soudoie également de nombreux autres politiciens locaux et nationaux pour favoriser ses intérêts. Fisk est tué en 1872 par un rival[1].

Entre autres malversations, Jay Gould est l'artisan du Black Friday, vendredi noir du , spéculation à grande échelle sur l'or qui ruina en un jour des milliers d'Américains et provoqua des faillites et suicides en cascade[2].

Il prend peu à peu possession de nombreuses sociétés qu'il parvient à revendre à des prix avantageux, manipulant les actions, lançant des guerres tarifaires, falsifiant ses comptes, et exploitant ses soutiens politiques. Confronté à Cornelius Vanderbilt pour le contrôle de l'Erie Railroad, il fait appel aux services de criminels comme Tommy Lynch et ses Hell's Kitchen Mob pour passer à tabac les soutiens de son adversaire[1].

Il contrôla jusqu’à quatre compagnies de chemin de fer dans le Midwest, dont la Union Pacific et la Missouri Pacific Railroad. En 1880, son réseau de voies ferrées s’étendait sur près de 16 000 km, soit environ un neuvième du réseau ferré américain de l’époque. Gould fut aussi un actionnaire important de la compagnie de télégraphe Western Union et du métro aérien de New York.

Jay Gould est le père d'Anna Gould, qui épousa en 1895 le comte Boni de Castellane, avant d'en divorcer en 1906 pour épouser son cousin Hélie de Talleyrand-Périgord.

Citation
« I can hire one half of the working class to kill the other half.[3] »
(en français : « Je peux embaucher la moitié de la classe ouvrière pour tuer l’autre moitié. »)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Frank Browning et John Gerassi, Histoire criminelle des États-Unis, Nouveau monde, , p. 277-278
  2. Laure Hillerin, Pour le plaisir et pour le pire – la vie tumultueuse d'Anna Gould et Boni de Castellane, Paris, Flammarion, , 476 p. (ISBN 978-2-08-142713-6, lire en ligne), pp. 26 à 39.
  3. Source

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]