Jacques Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rennes (homonymie).
Jacques Rennes
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
Décès
Nationalité

Jacques Rennes est un auteur, philosophe socialiste, syndicaliste français et vétérinaire, né le à Saintes (Charente-Inférieure) et mort le à Paris 14e[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été diplômé l'école nationale vétérinaire d'Alfort, Jacques Rennes fait son service militaire comme Officier à Saumur et part trois ans en Algérie du Sud.

Il devient ensuite directeur des Services Vétérinaires de la Somme, puis de Seine-et-Oise (actuels départements des Yvelines, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Essonne, Val-de-Marne, Val-d'Oise). Il écrira quelques ouvrages de référence pour prévenir les maladies dues à une mauvaise hygiène dans les zones rurales.

Avant tout, Jacques Rennes est un auteur et philosophe socialiste et syndicaliste qui a traversé un siècle et connu ses bouleversements institutionnels, économiques, sociaux et politiques.

Il a notamment contribué à la définition de la notion d’action directe (sur le plan du syndicalisme) : c'est pour lui l’expression éthique et héroïque "du prolétariat révolutionnaire". Il attribue à l’action la primauté sur la pensée. Il appelle à la rescousse Proudhon - prolétaire né mais penseur - et Sorel - bourgeois intellectuel mais clairvoyant - afin de donner corps à sa démonstration. Par là, il les classe, l’un comme moniteur, et l’autre comme serviteur désintéressé...du prolétariat. Faisant siens, les écrits de Emile Pouget et Victor Griffuelhes, relatifs à l’action directe, Jacques Rennes écrit, à la suite de Maxime Leroy, que « l’action directe n’est pas seulement un acte de combat corps à corps, mais un acte de construction, un acte institutionnel (...) l’action directe s’étend ainsi de la grève à la création de bibliothèques populaires (...) parmi cent autres institutions. ». Jacques Rennes assigne, par ailleurs, d’autres dimensions à l’action directe. Ainsi la lutte contre le militarisme, le sabotage - la ruse substituée à la violence -, le boycottage sont-ils considérés comme les contenus révolutionnaires de l’action ouvrière en marche. Jacques Rennes, fidèle à l’essence de la Charte d'Amiens attribue au syndicalisme le rôle moteur dans la transformation de la société. Il décrit l’action directe comme « le procédé de commencement, de développement et de fin du syndicalisme ».

Jacques Rennes a également écrit quelques ouvrages de qualité sur le voyage.

Jacques Rennes est le gendre du botaniste et politique Georges Le Monnier, le beau-frère du Professeur Philibert Guinier et l'oncle du scientifique André Guinier.

Liste non exhaustive de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Georges Sorel et le syndicalisme révolutionnaire, 1936, Éditions Liberté.
  • Aux sources de l’émotion (voyage en Grèce), 1936, Éditions La Gutenberg.
  • Exposé du marxisme, 1938, Éditions Liberté.
  • Thèses sociales de Nouvel Age, 1939, Éditions P. Liberté.
  • Au cœur des Indes, 1941, Éditions L’amitié par le livre / Jean Flory.
  • Les paradis perdus et l’harmonieuse Bali, 1941, Éditions L’amitié par le livre / Jean Flory.
  • Du marxisme à l’Humanisme, 1946, Éditions L’amitié par le livre.
  • Dieu m’a fait homme. Réponse à Pascal et à Kierkegaard, 1947, Éditions Auteur.
  • Libre humanisme, Réponse à Pascal, à Kierkegaard et aux existentialistes, 1947, Éditions L’amitié par le livre.
  • Annaïk, Récit du VIe siècle sur l’occupation des Gaules par les Francs, 1947, Éditions L’amitié par le livre.
  • Syndicalisme français, 1948, Librairie Marcel Rivière.
  • Pascal. Le cas de Pascal. Discussion : F. Michaud, J-P. Milou, J. Marchand, H. de la Massuë, V. Daumer, avec un texte de Prosper Alfaric, 1956, Éditions de l’Union rationaliste.
  • Clartés sur la Bible, 1961, Éditions de l’Union rationaliste.
  • Le procès de Pascal, 1962, Éditions Rationalistes.
  • Raison et mystère, 1962, Éditions de l’Union rationaliste.
  • Spinoza, 1964, Éditions de l’Union rationaliste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Charente-Maritime en ligne.