Georges Le Monnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Monnier.
Georges Le Monnier
Georges Le Monnier.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de

Georges Le Monnier, né à Bordeaux en 1843, mort à Nancy en 1931, est un scientifique et un institutionnel nancéien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Le Monnier fut élève de l'École normale supérieure (1863), agrégé de physique (1866), docteur ès-science (1873), professeur au lycée de Niort (1866), préparateur à l'École normale supérieure (1869), professeur de physique au lycée de Pau (1874), chargé de cours de botanique et de zoologie à la faculté des sciences de Besançon (1874), chargé de cours de botanique à la faculté des sciences de Nancy (1877), puis enfin professeur (1877) et professeur honoraire (1912) [1],[2].

Adjoint à la mairie de Nancy de 1892 à 1900, Georges Le Monnier fit ouvrir le premier lycée de jeunes filles de Nancy et un des premiers en France[3].

Il fut l'initiateur de l'Institut sérothérapique de l'Est, dont il fut le président[4],[5]. Ce fut le premier titulaire de la Chaire de botanique de la faculté des Sciences de Nancy[1],[6],[note 1]. Georges Le Monnier s'occupa de près des questions sociales et de leurs enseignements tout au long de sa carrière[3].

Il reçut pour l'ensemble de sa carrière la Légion d'honneur[7] mais la rendit par la suite. Il fut membre de l'Académie de Stanislas[8],[9].

C'était un ami très proche d'Auguste Daum et d'Émile Gallé[3]. Ce dernier écrivait dans un de ces carnets : "M. Le Monnier, professeur de botanique à la Faculté des sciences de Nancy, a donné en 1877 une conférence sur le mouvement darwinien à un public très divers, à la fois masculin et féminin. M. Le Monnier s’est imposé une tâche qui aurait été difficile pour tout autre que lui. En une heure de causerie, M. Le Monnier a réussi à faire connaître le grand mouvement darwinien à un public varié, sans que l’auditoire, si intelligent soit-il, n’éprouve de l’ennui ou de la fatigue. M. Le Monnier s’est acquitté de cette tâche avec une aisance, une légèreté et une grâce admirables. Le professeur a su rester scientifique et le conférencier charmer un public très divers. Ses dons de clarté, de simplicité,d’élégance, qui distinguent la parole du professeur, le conférencier les possédait au suprême degré."

Publications[modifier | modifier le code]

  • Darwin, sa vie et son œuvre, Georges Le Monnier, Bibliothèque publique de Nancy, Discours prononcé à la rentrée solennelle des Facultés de Nancy le 28 novembre, 1882.
  • Flore de Lorraine, D-A. Godron, publiée par Paul-Henri Fliche et Georges Le Monnier, N. Grosjean, Nancy, troisième édition, 1883.
  • Georges Le Monnier, « L’Évolution de l’Évolutionisme, Discours de réception », dans Mémoires de l’Académie de Stanislas -- 1907 - 1908, Séance publique du 21 mai 1908, Nancy, vol. 6e série, Tome V, Berger-Levrault et Cie, (lire en ligne), p. XXIX, disponible sur Gallica
  • Georges Le Monnier, Cours de botanique pour la classe de quatrième et les écoles d'agriculture, librairie Germer, Baillères et Cie, 108 boulevard Saint-Germain, Paris, (lire en ligne), disponible sur Gallica
  • Philippe Van Tieghem et Georges Le Monnier, Recherche sur les mucorinées, Librairie Masson, place de l'École de médecine, Paris, (lire en ligne), disponible sur Gallica

Remarques[modifier | modifier le code]

Georges Le Monnier est le beau-père du médecin et philosophe Jacques Rennes, du Professeur Philibert Guinier et le grand-père du scientifique André Guinier[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Université de Nancy -- Cinquantenaire des facultés des sciences et des lettres - 1854-1904, Imprimerie de l'Est, 51 rue Saint-Dizier, Nancy, (lire en ligne)
  • Pierre Marot, « Hommage lors de la séance du 26 mai 1932 », dans Mémoires de l'Académie de Stanislas, (lire en ligne), p. XLVI

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En effet, Godron, quoique botaniste, avait le titre de professeur d'histoire naturelle. La chaire de botanique avait été créée en 1871 !

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Université de Nancy -- Cinquantenaire des facultés des sciences et des lettres - 1854-1904, Imprimerie de l'Est, 51 rue Saint-Dizier, Nancy, (lire en ligne)
  2. « George Le Monnier » in Bulletin de la Société centrale d'horticulture de Nancy n°2 (1928)
  3. a b et c Léon Pireyre, « Le jubilé de M. Le Monnier », L'Est républicain,‎ (lire en ligne)
  4. Gilbert Percebois, « Début de la sérothérapie à Nancy », dans La médecine hospitalo-universitaire à Nancy depuis 1872 (lire en ligne)
  5. « L'Institut sérothérapique de l'Est », L'Est républicain,‎ (lire en ligne)
  6. E. Nicolas, « M. le Professeur Georges Le Monnier », Bulletin de la Société centrale d'horticulture de Nancy, no 25,‎ (lire en ligne)
  7. « site de la Légion d'Honneur »
  8. (fr) « LE MONNIER Georges », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) (consulté le 25 octobre 2013)
  9. Pierre Marot, « Hommage lors de la séance du 26 mai 1932 », dans Mémoires de l'Académie de Stanislas, (lire en ligne), p. XLVI
  10. « Avis de décès », L'Est républicain,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]