Jacques Muron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Muron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jacques Muron est un artiste dessinateur et buriniste français, né à Toulouse le , rattaché à l'Ecole toulousaine de gravure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Toulouse, Jacques Muron a été élève de Louis Louvrier en dessin et de René Izaure en gravure à l'École des beaux-arts de Toulouse où il est entré en 1968.

En 1982, il reçoit le prix Weiller de l'Académie des Beaux-arts de Paris[1].

Lauréat de l’Académie de France en 1983, il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome de 1983 à 1985. Il y rencontre l'auteur François Bon, également pensionnaire, qui écrit un texte inspiré d'une de ses gravures intitulée Le Solitaire[2].

En 2008, il reçoit le prix Nahed Ojjeh qui lui a été décerné à Paris par l'Académie des Beaux-arts pour l'ensemble de son œuvre.

Il est membre de l'association toulousaine Estampadura fondée en 2001[3].

En 2013 il devient Président d’honneur de la Triennale européenne de l’Estampe contemporaine[réf. souhaitée].

Il est installé au pied des Pyrénées à Mane[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Jacques Muron est l'auteur de nombreux dessins et gravures réalisées au burin dont il assure lui-même l'impression. Son trait est fin, léger, minutieux et il accorde une importance particulière au vide pour ne retenir que l'essentiel du sujet s'approchant parfois de l'abstraction. Il aborde essentiellement les thèmes de l'architecture rurale (granges, toitures, claustras...), du paysage de montagne et des outils du graveur.

Il réalise des dessins préparatoires avant d'entreprendre un long travail au burin sur la plaque de métal[5].

Son œuvre est représenté dans plusieurs collections publiques :

Expositions[modifier | modifier le code]

  • « Le burin sorcier », Musée Goya, Castres, -
  • « Jacques Muron », Librairie Ombres blanches, Toulouse, - [7]
  • « Muron, burins 2 », Galerie Michèle Broutta, Paris, -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Castres. Au musée Goya : les gravures de Jacques Muron », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  2. François Bon, Le solitaire, Paris, Deyrolles, .
  3. « Fiche de Jacques Muron », sur estampadura.com (consulté le ).
  4. « Jacques Muron », sur galeriedocuments15.com, Galerie Document 15, (consulté le )
  5. « Fiche thématique: Entretien avec Jacques Muron (Musées de Midi-Pyrénées) », sur musees-midi-pyrenees.fr (consulté le ).
  6. « Œuvres de Jacques Muron », sur navigart.fr (consulté le ).
  7. « Jacques Muron, l'orfèvre du burin à Ombres Blanches », sur ladepeche.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Muron Estours, , François Bon, Mane, J. Muron, 2008
  • Jacques Muron, burins 2, Galerie Michèle Broutta, Toulouse, Editions Milan, 1994
  • Lenz, Georg Büchner, Pin-Balma, Sables, 1990
  • Jacques Muron burins, Rome, Académie de France, 1985

Liens externes[modifier | modifier le code]