Jacqueline Félicie de Almania

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacqueline Félicie de Almania (en italien Jacobina Felice, en latin Jacobina Felicie) exerça la médecine à Paris vers 1322.

Elle était originaire d'un famille noble de Florence, en Italie[1]. Elle vivait à Paris et faisait partie du petit nombre de femmes pratiquant la médecine à cette époque. En 1292, le "rôle", ou registre, de la taille recensait ainsi à Paris trente « mires » et huit « mirasses » [2],[3]. Pourtant, les statuts de la Faculté de médecine de Paris de 1271, réservaient la prescription de remèdes aux licenciés de la faculté, ce qui limitait de fait la pratique de la médecine aux hommes non mariés, et sur dérogation aux hommes mariés ayant étudié avec un maître[4]. En 1322, Jacqueline Félicie fut donc jugée avec trois autres femmes et deux hommes pour exercice illégal de la médecine. Durant le procès, plusieurs témoins attestèrent qu'elle avait guéri des patients là où divers médecins avaient échoué et abandonné tout espoir de guérison. D'après l'un d'eux, elle était réputée meilleur médecin et chirurgien qu'aucun médecin français de Paris. Elle-même plaida que les doctoresses étaient indispensables car elles pouvaient examiner les organes intimes des femmes[5], bien que rien ne laisse penser qu'elle se soit spécialisée dans les maladies gynécologiques : quatre des huit patients venus témoigner étaient des hommes[6]. Sa plaidoirie peut cependant avoir une portée plus large : les patientes auscultées par un médecin devaient à l'époque être couvertes d'un drap et se contenter de décrire leurs symptômes[7]. Malgré les témoignages en sa faveur, la cour estima évident qu'un homme instruit dans l'art de la médecine était mieux capable de soigner les malades que n'importe quelle femme [5]. Elle interdit à Jacqueline Félicie de pratiquer, sous peine d'amende et d'excommunication en cas de récidive[4].

Après cette décision et bien que l'exercice de la médecine ne leur ait jamais été formellement retiré, en France les femmes restèrent exclues de son enseignement et de sa pratique jusqu'au XIXe siècle : ce n'est qu'en 1875 qu'une Française, Madeleine Brès, put obtenir un diplôme de docteur en médecine[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marilyn Ogilvie et Joy Dorothy Harvey, The biographical dictionary of women in science, Routledge, Londres,‎ (ISBN 0-415-92038-8, lire en ligne), p.439
  2. a et b « "Le médecin et le chirurgien" », sur Musée d'histoire de la médecine, Université Paris Descartes (consulté le 1 février 2014)
  3. a et b (en) Sethanne Howard, The Hidden Giants, Lulu.com,‎ (ISBN 978-1-4303-0076-2), p.35
  4. a et b (en) Cornelius O'Boyle, « Surgical texts and social contexts: physicians and surgeons in Paris, c. 1270 to 1430 », dans Luis García-Ballester, Roger French, Jon Arrizabalaga et Andrew Cunningham, Practical medicine from Salerno to the black death, Cambridge University Press,‎ (lire en ligne), pp.174-175
  5. a et b (en) Hilary Bourdillon, Women as healers : A history of women and medecine, Cambridge University Press,‎ (ISBN 0-521-31090-3), pp.14-15
  6. Monica H. Green, « Getting to the source: The case of Jacoba Felicie and the impact of the portable medieval reader on the canon of medieval women's history », Medieval Feminist Forum, vol. 42,‎ , pp.49-62
  7. Jean Verdon, La femme au Moyen Âge, Éditions Jean-Paul Gisserot, Paris,‎ (lire en ligne), p.76

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Jacqueline Felice de Almania » (voir la liste des auteurs).
  • (en) Hilary Bourdillon, Women as healers : A history of women and medecine, Cambridge University Press,‎ (ISBN 0-521-31090-3), pp.14-15
  • (en) Hilary Bourdillon, Teaching history, The open university,‎ (réimpr. 1995, 1996, 1997, 1999) (présentation en ligne)
  • (sv) Nina Burton, Den nya kvinnostaden. Pionjärer och bortglömda kvinnor under tvåtusen år., Albert Bonnier Förlag,‎ , p. 238–239
  • (en) Luis García-Ballester, Roger French, Jon Arrizabalaga et Andrew Cunningham, Practical medicine from Salerno to the black death, Cambridge University Press,‎ (présentation en ligne)
  • (en) Sethanne Howard, The Hidden Giants, Lulu.com,‎ (ISBN 9781430300762, présentation en ligne)
  • Jean Verdon, La Femme au Moyen Âge, Jean-Paul Gisserot,‎ , 125 p. (ISBN 9782877474344, présentation en ligne)