Jérôme Meizoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jérôme Meizoz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités

Jérôme Meizoz, né le à Martigny (Valais, Suisse), est professeur associé à l'Université de Lausanne, écrivain et critique littéraire. Il vit à Lausanne, tout en gardant de fortes attaches familiales et culturelles avec le Valais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Riddes, (Valais, Suisse) Jérôme Meizoz est le cadet d'une fratrie de cinq enfants. Il grandit à Vernayaz (Valais, Suisse) dans une famille politisée de gauche. Il effectue ses écoles gymnasiales au Lycée-collège de l'Abbaye de Saint-Maurice. Il en garde des souvenirs marquants. Après des études de lettres à l'Université de Lausanne, achevées par un mémoire de master sur Jean-Marc Lovay, il part étudier la sociologie à Paris, où il suit les cours de l'écrivain-sociologue Pierre Bourdieu, qui préfacera sa thèse. Devenu docteur ès lettres en 2000, il enseigne un certain temps à Zurich, puis à l'Université de Genève, où en tant que chargé de cours suppléant, il donne en hiver 2000-2001 un séminaire consacré à Maurice Chappaz. À la Faculté des lettres de l'Université de Lausanne, il est directeur de la Formation doctorale interdisciplinaire et enseigne aussi la littérature française.

Jérôme Meizoz publie d'abord des études littéraires en lien avec la littérature romande, puis élargit son domaine à la littérature francophone du XVIIIe (Rousseau) et du XXe siècle. Il mêle rapidement approches sociologiques et littéraires. Il exerce également une activité de chroniqueur littéraire dans plusieurs revues suisses et françaises. Considéré comme un spécialiste de Charles Ferdinand Ramuz, Jérôme Meizoz participe à L'histoire de la littérature en Suisse romande de Roger Francillon (vol. 3 et 4) (Payot, 1998-1999) et collabore à l'édition critique des romans de Ramuz dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard).

Jérôme Meizoz écrit également des récits de fiction, aux titres brefs et peu joyeux, constellés de faits autobiographiques. Après Morts ou vif, qui obtient la mention « Livre de la Fondation Schiller 2000 », les Éditions Zoé publient un recueil de petites proses, Destinations païennes. La revue Europe (septembre 2000) et la Revue de Belles-Lettres (no. 3-4, 2000) ont donné en prépublication quatre proses issues de ce recueil. Elles ont fait objet de lectures publiques, dans une mise en scène de François Marin, au Festival de la Cité (Lausanne, 11 juillet 2000) ainsi qu'au théâtre de l'Alambic (Martigny, 13 novembre 2000).

Jérôme Meizoz reçoit le Prix d'encouragement artistique du canton du Valais en 2000. Il fait partie de la Fondation Ramuz, du Groupe d'Olten et de Pro Litteris. En 2003, paraît aux Éditions d'en bas Jours rouges, libre évocation du parcours militant de Paul Meizoz (grand-père de l'auteur, 1905-1988) dans les luttes sociales des années 1930 à 1950. Jérôme Meizoz dans la postface qu'il rédige revendique pour son texte la place d'« acte mémoriel » face au manque de mémoire littéraire dont « pâtit le mouvement ouvrier ».

Publications scientifiques (essais)[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Meizoz, Le toboggan des images : lecture de Jean-Marc Lovay, Genève, Editions Zoé, 1994
  • Jérôme Meizoz, Ramuz : un passager clandestin des lettres françaises, Genève, Editions Zoé, 1997
  • Jérôme Meizoz, Le droit de "mal écrire" : quand les écrivains romands déjouent le "français de Paris", Genève, Editions Zoé, 1998
  • Jérôme Meizoz, Un lieu de parole : notes sur quelques écrivains du Valais romands (XXe siècle), Saint-Maurice, Editions Pillet, 2000, 158 p.
  • Jérôme Meizoz, L'âge du roman parlant 1919-1939, préf. de Pierre Bourdieu, Genève, Droz, 2001, 510 p. (édition commerciale de la thèse de doctorat, Université Lausanne)
  • Jérôme Meizoz, Le gueux philosophe (Jean-Jacques Rousseau), Lausanne : Antipodes, 2003, 124 p.
  • Jérôme Meizoz, L'œil sociologue et la littérature : essai, Genève, Slatkine, 2004, 242 p.
  • Jérôme Meizoz, Confrontations (1994-2004), Lausanne : Editions Antipodes, 2005, 306 p.
  • Jérôme Meizoz, Postures littéraires : Mises en scène modernes de l'auteur, Genève, Slatkine Éditions, , 210 p. (ISBN 9782051020411)
  • Jérôme Meizoz, La fabrique des singularités : postures littéraires II, Genève, Slatkine, 2011, 282 p.

Publications historico-socio-politiques (récits engagés)[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Meizoz, Jours rouges : un itinéraire politique, Lausanne, Éditions d'en bas, 2003
  • Jérôme Meizoz, Rapport Amar, Genève, Editions Zoé, 2006, 87 p.
  • Jérôme Meizoz, Temps morts : une jeunesse jaciste 1937-1945, préf. d'Annie Ernaux, Lausanne, Éditions d'en bas, 2014
  • Jérôme Meizoz, Saintes colères, Genève, Editions d'Autre part, 2014, 162 p.
  • Jérôme Meizoz, Haut Val des loups, Genève, Editions Zoé, 2015, 128 p.

Publications fictionnelles (récits)[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Meizoz, Morts ou vifs, Genève, Editions Zoé, 1999
  • Jérôme Meizoz, Destinations païennes, Genève, Editions Zoé, 2003
  • Jérôme Meizoz, Les désemparés, Genève, Editions Zoé, 2005, 67 p.
  • Jérôme Meizoz, Terrains vagues, Lausanne : L'Aire, 2007, 69 p.
  • Jérôme Meizoz, Père et passe, Lausanne / Cognac, Éditions d'en bas / Le Temps qu'il fait, , 77 p. (ISBN 9782829003448)
  • Jérôme Meizoz et Zivo, Fantômes, Lausanne, Éditions d'en bas, , 72 p. (ISBN 9782829003905)
  • Jérôme Meizoz, Lettres au pendu, et autres écrits de la boîte noire, Sierre : Editions Monographic, 2011, 173 p.
  • Jérôme Meizoz, Séismes, Genève, Zoé, , 93 p. (ISBN 9782881828904)
  • Jérôme Meizoz et Zivo, Pénurie, Lausanne, art&fiction, coll. « Re:Pacific », , 220 p. (ISBN 978-2-940377-67-1)
  • Jérôme Meizoz, Faire le garçon, Genève, Éditions Zoé, , 160 p. (ISBN 978-2-88927-391-1)
  • Jérôme Meizoz, Haute trahison (monologue), Genève, Éditions la Baconnière, , 28 p. (ISBN 978-2-940431-79-3)

Sources[modifier | modifier le code]