Ipomée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ipomoea

Les ipomées forment le genre Ipomoea d'environ 500 espèces de plantes volubiles, d'arbustes ou d'arbre de la famille des Convolvulaceae. Certaines études (D. Austin, 1997) en recensent entre 600 et 700 dont plus de la moitié sont originaires d'Amérique du Nord ou du Sud. Le dictionnaire électronique Antidote HD de Druide informatique inc. suggère l'épellation ipomæa.

Quelques espèces[modifier | modifier le code]

Ipomea alba, Ipomée blanche, jardins de l'Alhambra de Grenade
Ipomée géante Bleu d'Azur, Ipomoea tricolor

Effets psychotropes[modifier | modifier le code]

Ipomoea grandiflora

Les graines de certaines espèces, appelées aussi morning glory, sont employées par les chamans pour des rites divinatoires sous les noms de ololiuqui (olioliuqui) ou de tlitliltzin.

Albert Hofmann fut le premier à annoncer que ces graines contenaient un dérivé d'acide lysergique, ce qui fut confirmé par la suite grâce à des études chimiques. Le principal composant psychoactif est l'ergine ou acide d-lysergique amide, mais on trouve de nombreux autres principes actifs comme l'isoergine (acide d-isolysergique). Ces substances ne sont pas produites par la plante mais par un champignon épiphyte associé Periglandula ipomeae[1].

Autres utilisations[modifier | modifier le code]

Pour augmenter l'élasticité du caoutchouc de leurs balles, chaussures, etc. produit à partir de la sève du Castilla elastica - et non de l'hévéa (Hevea brasiliensis) - les Aztèques, les Mayas et les Olmèques ajoutait le suc de l’ipomée blanche, permettant de réaliser une sorte de vulcanisation avant la lettre.

La patate douce (Ipomoea batatas) (L.) Lam. - (patate douce) produit une racine riche en amidon.

Faune associée[modifier | modifier le code]

Les chenilles des papillons de nuit (hétérocères) suivants se nourrissent d'ipomée :

Pour les Rhopalocères, l'ipomée est une des plantes hôte de:

On retrouve aussi le Casside doré dans les Gloire du matin et la Patate douce.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Periglandula, a new fungal genus within the Clavicipitaceae and its association with Convolvulaceae, 2012, Mycologia
  2. Funet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :