Institut international d'administration publique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'institut international d'administration publique, créé le 2 décembre 1966 à l'initiative du général de Gaulle, avait pour mission de développer la Coopération administrative internationale. Il a fusionné en 2002 avec l'ENA.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’Institut prenait la succession de l'« Institut des hautes études d'outre-mer » (IHEOM), lequel avait succédé en 1959 à l’École nationale de la France d'outre-mer (ENFOM).

Il était actif tout d'abord dans le domaine de la formation, en procurant à de hauts fonctionnaires de tous pays, mais essentiellement francophones, les moyens de se perfectionner, sous des formes adaptées aux divers besoins. Un cycle long international assurait chaque année à une promotion de jeunes hauts fonctionnaires étrangers un perfectionnement professionnel personnalisé en vue des responsabilités auxquelles ils avaient vocation à être appelés. De nombreux cycles plus courts offraient une gamme étendue de sessions d'approfondissement pour des responsables plus confirmés. Enfin les éléments de ces diverses sessions servaient de support pour une grande variété d'actions de formation dans divers contextes, à l'Institut international d'administration publique même, mais surtout dans les pays intéressés, le plus souvent en coopération avec leurs institutions nationales ou des partenaires internationaux.

Il y intervenait aussi dans le domaine de la recherche et des publications, en prenant part aux travaux portant sur l'administration publique, à la réflexion internationale sur la réforme et modernisation du service public, et aux échanges scientifiques sur tous les aspects de l'action publique. Membre des associations internationales au sein desquelles se développaient ces contacts, partenaire de toutes les grandes institutions analogues, l'Institut international d'administration publique était dans le monde l'un des lieux ou se formulaient les progrès dans ces domaines, comme en témoigne la Revue française d'administration publique (RFAP) fondée par l’Institut en 1977[1].

Enfin, il était actif, au service de cette coopération administrative internationale, en tant qu'intervenant direct, sous la forme d'expertises ponctuelles ou inscrites dans de vastes programmes pluriannuels, dont il pilotait d'ailleurs quelques-uns. Membre de plusieurs consortiums internationaux, soit comme chef de file, soit parmi d'autres établissements, l'Institut se présentait comme un partenaire expérimenté pour la conduite de programmes intégrés de réforme administrative. Il s'appuyait pour cela sur un réseau étendu d'experts français et étrangers, appartenant pour la plupart aux administrations.

Agence publique jouissant d'une large autonomie sous le contrôle d'un Conseil d'administration que présidait le vice-président du Conseil d'État, l'Institut conjuguait le rattachement au Premier ministre français avec une ouverture résolue sur les réalités de tous les autres pays.

Les milliers d'anciens auditeurs des cycles longs et courts qui lui demeurent attachés constituent dans le monde un réseau d'experts et expertes capables de coopérer entre eux, forts qu'ils sont, au-delà de la compétence personnelle attestée par leurs hautes fonctions, de références communes et d'une disposition à joindre volontiers leurs efforts, conjuguant leurs différences pour une meilleure contribution au progrès de la gestion publique.

À la suite du décret 2002-49 du 10 janvier 2002 l’Institut est intégré à l’ École nationale d'administration[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La RFAP est éditée par l’ENA depuis 2002
  2. Décret n°2002-49 du 10 janvier 2002 relatif aux missions, à l'administration et au régime financier de l'École nationale d'administration.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :