Ingénieur d'études

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ingénieur d'études (IGE) est le nom de plusieurs corps de la fonction publique française, classés à la catégorie A. Ils assurent des missions techniques et d'encadrement dans certains services de l'administration de l’État.

L'accès aux divers corps d'ingénieurs d’études est ouvert par concours externes aux détenteurs d'un titre d'ingénieur, d'un diplôme national au moins du niveau licence ou de diplômes d'écoles jugés équivalents[6] ou par concours internes, notamment depuis le corps des assistants-ingénieurs. Les ingénieurs d’études peuvent évoluer vers le corps des ingénieurs de recherche.

Ingénieurs d'études des établissements publics à caractère scientifique et technologique[modifier | modifier le code]

Ils font partie des Ingénieurs et techniciens de recherche et de formation, répartis en huit branches d'activités professionnelles.

Ingénieurs d'études du ministère de l'Agriculture[modifier | modifier le code]

Les ingénieurs d'études du ministère de l'Agriculture sont affectés dans les établissements d'enseignement supérieur sous tutelle du ministère et à l'agence française de sécurité sanitaire des aliments.

Ils font partie des Ingénieurs et techniciens de recherche et de formation, répartis en huit branches d'activités professionnelles.

Ingénieurs d'études du ministère de la Culture et de la Communication[modifier | modifier le code]

Les ingénieurs d'études du ministère de la Culture sont affectés dans les services patrimoniaux des directions régionales des Affaires culturelles, dans les laboratoires de recherche du ministère et dans certains établissements publics sous tutelles (musées nationaux).

Ils appartiennent tous à la même branche d'activité professionnelle intitulée sciences et techniques appliquées aux domaines culturels.

Ingénieurs d'études du ministère de l'Éducation nationale[modifier | modifier le code]

Les ingénieurs d'études du ministère de l'Éducation nationale sont affectés dans les rectorats et les établissements publics sous tutelle du ministère (CNED, CROUS). Ils peuvent également être affectés au titre du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, notamment dans les établissements d'enseignement supérieur.

Ils font partie des Ingénieurs et techniciens de recherche et de formation, répartis en huit branches d'activités professionnelles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n°83-1260 du 30 décembre 1983
  2. Décret n°85-1534 du 31 décembre 1985
  3. Décret n° 89-750 du 18 octobre 1989 portant statut particulier du corps des ingénieurs d'études et de fabrications du ministère de la défense
  4. Décret n°91-486 du 14 mai 1991 portant statut particulier des corps de fonctionnaires de recherche de la mission de la recherche du ministère de la culture, de la communication et des grands travaux
  5. Décret n°95-370 du 6 avril 1995
  6. Diplômes d’études politiques, de l’INALCO, de l’EPHE et de l’EHESS, diplôme d’État de conseiller d’orientation professionnelle et diplôme supérieur de l’École du Louvre.