Ibn Dawoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abou Bakr Mohamed Ibn Dawoud ou Ibn Dawud (868 - 909) était un juriste iranien zâhirite et un poète de langue arabe.

Comme juriste à Bagdad, Ibn Dawoud est l'auteur de la première fatwa qui entraîne la condamnation et l'exécution de Mansur al-Hallaj.

Comme poète, il est souvent qualifié de « Boileau des Arabes »[Par qui ?] et est considéré comme le « théoricien de l'amour courtois », au point qu'on peut se demander avec Benjamin Péret si sa théorie n'a pas pénétré en Occident et influencé le Moyen Âge français[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs livres dont Kitâb az-Zahra (Livre de la Fleur). Dans cet ouvrage il aborde plusieurs thèmes, notamment l'amour, qu'il soit physique ou platonique.

Selon Henry Corbin, ce texte est « le chef d'œuvre et la somme de la théorie platonicienne de l'amour en langue arabe ».[réf. non conforme]

Selon Jean-Claude Vadet « La plus grande originalité [d'Ibn Dawoud] est d'avoir cherché à dégager à tout prix une morale courtoise indépendante de la religion, comme de la mystique. »[réf. non conforme]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Péret, Anthologie de l'amour sublime, Albin Michel, , p. 77.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/les-matinees-de-france-culture-la-matinee-des-autres-l-amour(André Miquel parle de Ibn Daoud et du Kitâb az-Zahra)