Ian Raby

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ian Raby
Description de l'image Defaut.svg.
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Drapeau du Royaume-Uni Woolwich, Londres, Royaume-Uni
Date de décès
Lieu de décès Drapeau du Royaume-Uni Lambeth, Londres, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Carrière
Années d'activité 1963 - 1965
Qualité Pilote automobile
Équipe Privé

Statistiques
Nombre de courses 7 (3 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Ian Raby ( à Woolwich dans Londres - à Lambeth dans Londres[1]) était un pilote Britannique. Il a participé à sept Grands Prix du Championnat du monde de Formule 1, il se qualifié à trois reprises, mais ne marque aucun point. Il était également propriétaire d'un garage installé à Brighton dans le Sussex de l'Est nommé Empire Cars Ltd.[2].

Raby commence à piloter en 1953 sur une grande variété de voitures dont beaucoup portent le nom de Puddle jumper écrit sur le côté. En 1954, il fabrique une monoplace I.E.R. Midget F3. Il remporte la victoire de catégorie en 500 cm3 du Brighton Speed Trials sur une Cooper en 1955[3]. Il est repéré par Cooper qui lui confie le volant d'une T39 à moteur Climax qu'il partage avec Jack Brabham aux 24 Heures du Mans 1957, les deux hommes terminent à la quinzième place. Ian Raby devient le premier pilote à remporter une course de Formule Junior sur le sol Britannique, le , à Brands Hatch[4]. Raby termine second du Grand Prix d'Albi 1960 tout en ayant remporté l'une des deux manches de cette course de Formume Junior[5] et plus tard dans l'année, il s'impose à Mallory Park sur une Cooper-Climax de Formule 2[6].

Pendant ce temps, Raby s'engage dans des courses de Formule 1 hors-championnat. Au Grand Prix de Rome 1963, il prend la troisième place sur une Gilby-BRM[7]. Il s'engage alors au Grand Prix de Grande-Bretagne comptant dans le championnat, mais abandonne au cinquante-neuvième tour, trahi par sa boîte de vitesses. Trois jours plus tard, il se présente au Grand Prix de Solitude, mais il n'est pas classé car il n'a parcouru que vingt des vingt-cinq tours que compte la course[8]. À l'International Gold Cup d'Oulton Park, il renonce à prendre le départ[9].

Raby délaisse sa Gilby-BRM pour une Brabham-BRM dès 1964, mais la voiture manque de fiabilité et il ne parvient pas à prendre le départ du Grand Prix d'Italie[10]. Avec cette même monoplace, il termine huitième au Grand Prix de Syracuse 1965, puis, il la revend avant le Grand Prix d'Italie de la même année[11].

Quand en 1966, les Formules 1 sont autorisées à utiliser des moteurs de 3,0 litres, Ian Raby se tourne vers la Formule 2 et choisit une Brabham à moteur Lotus-Ford twin cam avec laquelle il se classe huitième de la manche de Snetterton le [12]. À Hochenheim, en juin, il termine de nouveau huitième et met en lumière le manque évident du moteur « de rigueur », le Cosworth FVA. De retour à Hochenheim en juillet, Raby termine à une honorable cinquième place devant des concurrents dotés de monoplaces souvent plus puissantes[13].

Le , Ian Raby est victime d'un accident sur cette même Brabham au Zandvoort Trophy de Formule 2[14],[15]. Il succombe à ses blessures le [16].

Résultats en Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Ian Raby en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneumatiques GP disputés Victoires Pole positions Meilleurs tours Points inscrits Classement
1963 Privé Gilby 62 BRM V8 Dunlop 1 0 0 0 0 Nc.
1964 Privé Brabham BT3 BRM V8 Dunlop 1 0 0 0 0 Nc.
1965 Privé Brabham BT3 BRM V8 Dunlop 1 0 0 0 0 Nc.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ian Raby » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Richard Jenkins, « The World Championship drivers - Where are they now ? », sur oldracingcars.com (consulté le 13 novembre 2011)
  2. (en) Mark Whitelock, 1½-litre Grand Prix Racing : Low Power, High Tech, Veloce, , p. 249
  3. (en) Motor Sport, octobre 1955, p. 602
  4. (en) Motor Sport, janvier 1960, p. 18
  5. (en) Motor Sport, juillet 1960, p. 524
  6. (en) Motor Sport, janvier 1961, p. 18
  7. (en) Motor Sport, juillet 1963, p. 517
  8. (en) Motor Sport, septembre 1963, p. 688
  9. (en) Motor Sport, septembre 1963, p. 889
  10. (en) Motor Sport, octobre 1964, p. 811
  11. (en) Motor Sport, mai 1965, p. 388
  12. (en) Motor Sport, mai 1967, p. 402
  13. (en) Motor Sport, août 1967, p. 696
  14. (en) Motor Sport, septembre 1967, p. 793
  15. (en) The Guardian, 31 juillet 1967, p. 1
  16. (en) The Times, 10 novembre 1967

Liens externes[modifier | modifier le code]