Hyperloop One

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hyperloop One
logo de Hyperloop One

Création 2014
Personnages clés Jay Walder(CEO)
Rob Lloyd
Josh Giegel (Co-fondateur)
Shervin Pishevar (Co-fondateur)
Richard Branson(investisseur)
Siège social Los Angeles
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Transport à haute vitesse
Effectif 280
Site web https://hyperloop-one.com/

Hyperloop One est une société californienne qui a pour objectif de mettre au point une technologie de transport à grande vitesse reposant sur le principe de l'Hyperloop[1].

Une fois la technologie mise au point, une ligne pourrait être développée, puis un réseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2013, Shervin Pishevar et Elon Musk sont amenés à discuter d'un projet de train à grande vitesse évoluant dans des tubes sous vide. Un moyen de transport déjà imaginé au début du XXe siècle. Plus tard cette même année, Musk dévoile le projet publiquement. Aidé par l'engouement de Barack Obama, la société Hyperloop naît courant 2014 et se renforce de plusieurs entrepreneurs, dont Joe Lonsdale, David Sacks, et Peter Diamandis.

En mai 2016, l'entreprise teste un premier prototype dans le Nevada. En septembre 2016, elle débute la construction d'un circuit de plusieurs kilomètres, toujours dans le Nevada, dans l'objectif d'établir les premiers essais à vitesse réelle (1 200 km/h) à partir de début 2017[2].

En octobre 2016, la société envoie des employés à Dubai dans l'objectif de réaliser un contrat en partenariat avec l'entreprise de transports de fret DP World pour la mise en place d'une ligne d'Hyperloop entre Dubai et Abu Dhabi[3]. Le 13 de ce mois, DP World officialise un investissement de plusieurs millions de dollars dans la société Hyperloop One, qui pèse désormais environ 200 millions de dollars[4].

En octobre 2016, le CEO Rob Llyod effectue un déplacement chez les dirigeants de la SNCF, partenaire de l'entreprise californienne, pour faire le point sur l'avancement des travaux de la start-up[5].

C'est en octobre 2017 que la société Hyperloop One se fait désormais appeler Virgin Hyperloop One suite à l'annonce de l'investissement du président de Virgin Richard Branson[6].

La société pèse désormais 295 millions de dollars.

Le , en Inde, l'entreprise a signé un accord pour la construction d'une piste de démonstration opérationnelle reliant Pune et Bombay ainsi que l'aéroport de cette dernière[7]. À terme, cette ligne pourrait transporter jusqu'à 150 millions de personnes par an.

Le 8 novembre 2018, Hyperloop One annonce la nomination d'un nouveau CEO, Jay Walder[8].

Les tests[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 11 au 12 juillet 2017, la société réalise un test complet de son système à sustentation magnétique. L'engin a lévité au-dessus des rails et atteint la vitesse de 112 kilomètres par heure dans un tube long de 500 mètres où régnait le vide total. La prochaine étape consistera à atteindre les 400 km/h[9].

En aout 2017, le prototype de train effectue une pointe à 310 km/h, alors qu'il a parcouru 450 mètres[10].

En décembre 2017, le prototype de train effectue une pointe à 387 km/h sur la même rampe de lancement que le test précédent[6].

Les projets[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 2014, de nombreux projets de ligne à haute vitesse sont à l'étude à travers les États-Unis, l'Angleterre[11] et même l'Inde [12] ou l'Allemagne[11].

L'accord signé en Inde le 18 février 2018 confirme la création d'une piste de démonstration sur 140 km entre Bombay et Pune[7].

Aux États-Unis, une multitude de lignes sont à l'étude[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hyperloop One », sur Hyperloop One (consulté le 26 décembre 2016)
  2. « Hyperloop One / Our Story », sur Hyperloop One (consulté le 26 décembre 2016)
  3. (en) « Hyperloop One Defines the Future of Transport in Dubai », sur Hyperloop One (consulté le 20 février 2017)
  4. (en) DP World, « DP World connects to hyperloop with USD multimillion dollar investment », Annoncement,‎ (lire en ligne)
  5. « Rob Lloyd : SNCF a reçu le patron d'Hyperloop | SNCF », sur www.sncf.com (consulté le 20 février 2017)
  6. a et b (en) « New Chairman, New Funding, & New Speed Records », sur Hyperloop One (consulté le 20 décembre 2017)
  7. a et b L'Usine Nouvelle, « Virgin Hyperloop One veut construire un tunnel en Inde - Technos et Innovations », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2018)
  8. (en) « Virgin Hyperloop One Announces New Leadership Team to Support Commercialization and Implementation of World’s First Hyperloop System », sur Hyperloop One (consulté le 6 mai 2019)
  9. Leïle Marchand, « L'Hyperloop One vient de réussir son premier test grandeur nature », sur LesEchos.fr, (consulté le 13 juillet 2017)
  10. « Nouveau test réussi pour le train à très grande vitesse Hyperloop avant la phase de commercialisation », sur francetvinfo.fr,
  11. a et b (en) « Hyperloop One's Vision for Europe Summit: Unveiling 9 Routes Spanning the Continent as Part of its Global Challenge », sur Hyperloop One (consulté le 28 février 2018)
  12. (en-US) « Hyperloop One unveils grand vision for India, but don’t get too excited yet », The Indian Express,‎ (lire en ligne, consulté le 28 février 2018)
  13. (en) « Hyperloop One’s Vision For America », sur Hyperloop One (consulté le 28 février 2018)