Hun Yuan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hun Yuan
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Grand Maître Hun Yuan
Nom de naissance Chang Yi-Jui
Naissance
Zhongliao, comté de Nantou, Taïwan
Nationalité Taïwanais
Activité principale
Fondateur et leader du Weixinisme

Chang Yi-Jui, alias Grand Maître Hun Yuan (né le 2 février 1944 à Zhongliao, près de Nantou à Taïwan), est le fondateur du Weixinisme (chinois : 唯心教 ; pinyin : Wéixīnjiào ; zhuyin : ㄨㄟˊ ㄒㄧㄣ ㄐㄧㄠˋ). Ce mouvement est également connu sous le nom de « Weixin Shengjiao » et compte parmi les plus grands nouveaux mouvements religieux taïwanais. Il est aussi l’auteur de plusieurs livres sur le Yi Jing et le Feng shui, ainsi qu’un peintre prolifique.

Vie[modifier | modifier le code]

Chang Yi-Jui est né le à Zhongliao dans le comté de Nantou, sur l'île de Taïwan[1]. Même s’il était déjà passionné par les systèmes traditionnels chinois de sagesse et divination Yi Jing et Feng shui, il ne s’intéressa pas trop à la religion jusqu’à l’âge de trente-trois ans[2].

En 1963, il obtint son diplôme en recensement cadastral de l’École supérieure de formation professionnelle Kuang-Hwa à Taichung. Il resta dans cette école en tant que professeur de Normes de mesure. Il fonda aussi la société Zhong Xin Measuring Ltd., la plus ancienne société spécialisée en recensement cadastral à Taïwan[3].

Mais sa carrière d’homme d’affaires se termina de manière abrupte en 1982, quand Chang tomba sérieusement malade. Une fois tiré d’affaire, il tint sa guérison pour miraculeuse et décida de consacrer sa vie à la spiritualité. Il déclara avoir reçu des messages de l’au-delà provenant de l’Empereur de Jade et de Guiguzi. Le premier est un personnage divin, traditionnellement confondu avec le Vénérable Céleste de l’Origine Première Yuanshi Tianzun. Le second est l’auteur présumé de plusieurs traités de stratégie politique écrits entre les dernières années de la période des Royaumes combattants et la fin de la dynastie Han, qui fut ensuite divinisé dans la religion populaire chinoise[2]. Chang décida aussi d’aller en pèlerinage avec quelques amis sur le Mont Dawu, dans le Comté de Taitung, à Taïwan, où il déclara avoir reçu une nouvelle révélation. Il affirma que l’Empereur de Jade lui intima de « n’être jamais égoïste » et d’ « encourager les gens dans leur perfectionnement moral »[4].

En 1983, Chang commença à consacrer sa vie à la religion conformément à son vœu. Il ouvrit une petite salle de prière familiale à Taichung (appelée Yi Yao She) dans laquelle il enseignait le Yi Jing et proposait des services de divination à une poignée de fidèles. Un an après, la salle de prière Yi Yao She prit le nom de temple de Shennong et Chang proclama qu’une révélation divine lui avait donné le nom et titre bouddhiste de Grand Maître Hun Yuan[1]. Il se considérait désormais dans un état d’union mystique avec le Bodhisattva Wang Chan Lao Zu, qui s’était jadis incarné en Guiguzi, et affirma recevoir régulièrement des révélations de celui-ci[5].

En 1987, après la fin de la loi martiale à Taïwan, le Grand Maître Hun Yuan put développer ses activités et finalement déclarer auprès des autorités taïwanaises son mouvement sous le nom de Weixinisme, ou Weixin Shengjiao, qui signifie « Enseignements Sacrés de l’Esprit Pur »[1].

En 1989, le siège du mouvement fut transféré dans des locaux plus spacieux près de Nantou, où fut inauguré le complexe architectural qui prit le nom de Temple Hsien Fo[6]. Il fut suivi plus tard de 42 « temples succursales » à Taïwan, dans lesquels le mouvement célèbre ses rites et des cours de Yi Jing et de Feng shui sont proposés de façon régulière[7]. En 1993, Hun Yuan organisa la cérémonie qu’il appela « 99 Jours de chant » et dirigea ses premiers cours supérieurs de Yi Jing et de Feng Shui[8]. Le livre La vision du monde du Feng Shui, publié en 1995, fit connaitre Hun Yuan à un public plus large à Taïwan[1]. Dans la même année, le congrès « Diffuser le dharma du Feng Shui dans nos maisons », organisé dans le stade de Linkou à Taipei, y attira plus de 36.000 personnes[1].

Weixinisme[modifier | modifier le code]

Le Grand Maître Hun Juan bénit un enfant

Hun Yuan est surtout connu en tant que fondateur et chef du Weixinisme ou Weixin Shengjiao, une nouvelle religion taïwanaise présente aussi dans la diaspora chinoise de plusieurs pays et comptant quelques membres non chinois au Japon, au Vietnam, en Australie, aux États-Unis, au Canada et en Espagne[9]. Cette religion compte dans le monde entier « quelque 300 000 membres, ainsi qu’un cercle de sympathisants estimé à un million par le ministère de l’Intérieur de Taïwan »[1].

Le Weixinisme a été considéré par des chercheurs taïwanais comme « l’institutionnalisation (…) de croyances populaires chinoises très répandues », prenant leur source dans la vénération de Guiguzi et des trois ancêtres mythiques des peuples chinois : l’Empereur Yandi, l’Empereur Jaune Huángdì et Chiyou, ainsi que dans la valorisation du Yi Jing et du Feng shui en tant que systèmes de divination et de sagesse pratiques et non pas seulement philosophiques[10].

Le canon du Weixinisme comprend des écritures sacrées du bouddhisme, du confucianisme et du taoïsme, ainsi que le grand corpus des révélations que le Grand Maître Hun Yuan affirme recevoir de Guiguzi, recueillies dans les seize livres du Soutra de l’Apocalypse[11]. Tous les écrits et les discours, jusqu’à ses paroles à table ou dans la vie quotidienne, du Grand Maître Hun Yuan sont recueillis dans le Weixin Dao Zang qui, en 2017, est arrivé à la dimension extraordinaire de 18.000 volumes[12]. Hun Yuan est également l’auteur de plusieurs ouvrages de vulgarisation sur le Yi Jing et le Feng shui, dont un, sur le Feng shui, fut traduit en anglais en 2016[13].

Établissements d’éducation[modifier | modifier le code]

En 1996, Hun Yuan fonda un établissement d’éducation permanente, l’université Yi Jing, tandis que l’établissement parallèle, le Collège weixiniste, est une institution académique pour l’étude du Yi Jing et du Feng shui, qui a été reconnue comme université par le ministère de l’Instruction Publique de Taïwan[14]. En 2015, l’université Yi Jing déclara qu’elle avait offert vingt-trois cours d’une année depuis sa fondation et que le nombre de ses étudiants avait dépassé les soixante mille. En 2016, l’université Yi Jing commença à décorer du titre “pingxin gens vertueux” les étudiants qui avaient fréquenté ses cours pendant vingt-quatre ans et plus[15].

Émissions de télévision[modifier | modifier le code]

En 1997, Hun Yuan commença ce qui allait devenir une longue carrière d’enseignement du Yi Jing et Feng shui par télévision. Il devint un visage familier pour les téléspectateurs taïwanais. En 1998, il présenta ses idées à l’étranger lors de sa première tournée internationale[1]. D’après le mouvement, en 2017, plus de cinq cents programmes de télévision sur le Yi Jing et le Feng shui dans le monde présentent le Grand Maître Hun Yuan[16].

Activités humanitaires[modifier | modifier le code]

Le Grand Maître Hun Yuan dédicaçant un livre

En 1996, Hun Yuan fonda la “Fondation chinoise de mérite de la terre pure dans ce monde”, dont le but était de promouvoir le Yi Jing et le Feng shui. En 1999, toutefois, le séisme de 1999 à Chichi frappa Taïwan. Hun Yuan mobilisa alors les membres de la fondation pour les envoyer où le séisme avait frappé. Ils donnèrent des conseils pour bâtir des édifices antisismiques d’après les principes du Feng shui, mais ils offrirent aussi leur aide aux familles en détresse[1]. Le mouvement déclare que plus de trois mille familles furent ainsi aidées[17]. En 2012, le nom de la fondation fut changé en “Fondation de mérite Weixin Shengjiao”. D’après le mouvement, il compterait aujourd’hui soixante mille membres[18].

Rélations entre Taïwan et la Chine[modifier | modifier le code]

La Cérémonie unie de vénération des ancêtres chinois à Taipei 2016

En 2001, avec le but déclaré d’améliorer les relations entre Taïwan et la Chine, Hun Yuan organisa à Taipei le premier d’une série de colloques annuels sur Guiguzi, réunissant des universitaires des deux côtés du Détroit de Taïwan. Il signa aussi un accord avec les autorités de la province chinoise du Henan pour bâtir dans la province une ville de la culture chinoise dite « Ville des Huit Trigrammes » (Ba Gua), un nom dérivé du Yi Jing, avec plusieurs temples[19].

En 2003, Hun Yuan fonda l’Association académique de recherche Guiguzi, qui se consacre à l’étude des origines de la culture chinoise. En particulier, l’association rédigea des listes historiques de 15,615 noms de familles chinoises[20], 917 noms d’empereurs ayant gouverné la Chine[21], et 3,762 guerres ayant été combattues tout au long de l’histoire chinoise[22].

Pour Hun Yuan, rassembler tous ces noms n’a pas seulement un but scientifique, mais poursuit aussi un but religieux. En 2004, il organisa dans le stade de Linkou, à Taipei, la première “Cérémonie unie de vénération des ancêtres chinois”, pour honorer les ancêtres des peoples chinois, tout particulièrement les victimes des différentes guerres[23] Chaque année, le 1er janvier, plus de trente mille personnes y participent[24]. Des présidents de la république de Taïwan et autres leaders politiques de première plan ont également participé à ces cérémonies[25].

En 2012, Wu Ching-ji, alors ministre de l’Éducation de Taïwan, annonça pendant un colloque sur le Feng shui que Hun Yuan avait été nommé comme candidat pour le Prix Nobel de la paix 2013[26] (qui fut finalement remis à l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques).

Production artistique[modifier | modifier le code]

Hun Yuan est aussi un peintre prolifique. Bien qu’ayant leurs racines dans la tradition de la calligraphie et du lavis chinois, ses grands ouvrages, qui représentent souvent des dragons, sont réalisés dans un style distinctif. Il les réalise souvent en public, car ils sont peints en quelques secondes seulement, en un seul coup de pinceau sur papier de riz[27]. Tous les temples succursales de Weixin Shengjiao possèdent des tableaux de Hun Yuan, mais la collection la plus grande est maintenant au Musée Weixin, qui fait partie du siège mondial du mouvement dans le comté de Nantou[28]. Les critiques, et le mouvement lui-même, considèrent que l’ouvrage le plus important de Hun Yuan est la série de 108 pièces de calligraphie ruyi (« propice ») qui comprend l’ouvrage, souvent reproduit, La Nation stable du dragon d’or[29].

Hun Yuan est également l’auteur de projets de temples et jardins. Le mouvement déclare que le projet du site du temple Hsien Fo est inspiré d’idées de Hun Yuan, qui demanda que l’agencement des constructions soit mis en harmonie avec la forme des montagnes proches du temple, sur la base du Feng shui et aussi de la tradition Zen[30].

D’après le mouvement, Hun Yuan est aussi l’auteur des avant-projets pour les grands ensembles architecturaux, appelés Villes des Huit Trigrammes, que le mouvement est en train de bâtir dans la province chinoise du Henan, et dans le comté de Nantou à Taïwan[31].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Introvigne (2016).
  2. a et b Chang (2016), p. 5.
  3. Hun Yuan (2016a), p. 58.
  4. Hun Yuan (2016a), p. 59.
  5. Chang (2016), p. 7.
  6. Hun Yuan (2016a), p. 62.
  7. See Chang (2006).
  8. Hun Yuan (2016a), p. 107.
  9. Introvigne (2016)
  10. Chang (2016), p. 10
  11. Chang(2016), p. 6
  12. Huang (2010-).
  13. Hun Yuan (2016b).
  14. Chang (2016), p. 5; Ministère de l’Instruction Publique de Taïwan 2013.
  15. See Chen et Li (2015).
  16. Voir “陽宅風水學傳法講座” (Présentation de la maison Yang et annonce du dharma des études de Feng shui).
  17. Jian (2007).
  18. Wu (2015).
  19. Huang (2016), p. 61.
  20. Huang (2004a).
  21. Huang (2004b).
  22. Huang (2006).
  23. Hun Yuan (2016a), p. 68.
  24. Introvigne (2016); Chang (2016), p. 8.
  25. See Weixin Shengjiao (2004), p. 90, et Weixin Shengjiao (2008), p. 54.
  26. Voir vidéo au lien http://hunyuan.tw/?disp=wisdom&m=1&s=23&n=68&p=9739. On peut écouter l’annonce de Wu entre les minutes 6 min 18 s et 7 min 05 s.
  27. Chang (1995); Chang (2007).
  28. Huang (2011).
  29. Chang (1998).
  30. See “禪機山仙佛寺全球資訊網 (Site officiel du temple Chan Chi Shan Hsien Fo).”
  31. “禪機山視覺影像館(La galerie des images de Chan Chi Shan).”

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Chang, Yi-Jui. (1995). 禪境書道集 (Collection de la calligraphie du Grand Maître Hunyuan Chanshi). Guoxing (Taïwan), Chan Chi Shan Hsien Fo Temple.
  2. Chang, Yi-Jui. (1998). 禪境書道展回顧 (Exposition rétrospective de la calligraphie du Grand Maître Hunyuan Chanshi). 2e éd. Guoxing (Taïwan), Chan Chi Shan Hsien Fo Temple.
  3. Chang, Yi-Jui. (2006). 世界新興宗教台灣唯心聖教精要版 (Les éléments essentiels de la nouvelle religion mondiale, Weixin Shengjiao). Guoxing (Taïwan), Weixin Shengjiao College.
  4. Chang, Yi-Jui. (2007). 禪境書法集 (Collection de la calligraphie du Grand Maître Hunyuan Chanshi). 2e éd. Guoxing (Taïwan), Chan Chi Shan Hsien Fo Temple.
  5. Chang, Hsin-Fang Fiona (2016). “Nationalities and the World, the Three Teachings (三教), and the Way of Change (易道) – Religious Connotations of Taiwan’s Weixinshengjiao (唯心聖教) and South Korea’s Daesoonjinrihoe (大巡真理會).” Communication au colloque 2016 du CESNUR, Daejin University, Pocheon City, Korea, 5-10 juillet 2016.
  6. Chen, Li-Yueh, et Li Chen-Mei (2015). 易經大學對世界和平的貢獻 中華文化大熔爐 (La contribution de l’université Yi Jing à la paix dans le monde et à la grande fusion harmonieuse du peuple chinois). Guoxing (Taïwan), Weixin Shengjiao College. (ISBN 978-986-90443-5-6).
  7. Huang, Chun-Zhi (2016). Promoter of World Peace Grand Master Huen-Yuan: How Propagating Chinese Culture Contributes to World Peace. Taichung City (Taïwan), Wei Xin Zong Cultural Communication Co. Ltd.
  8. Huang, Feng-Shi (2004a). 中華民族列祖列宗姓氏譜 (Les noms des ancêtres de la nation chinoise). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  9. Huang, Feng-Shi (2004b). 中華歷代天子帝王聖號錄 (Les noms des empereurs de la nation chinoise). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  10. Huang, Feng-Shi (2006). 中華民族歷劫戰爭錄 (Le collection des guerres de la nation chinoise). Taichung City (Taïwan), Taïwan Gui Gu Zi Academic and Research Association.
  11. Huang, Xiu-Yu (2010-). 鬼谷文化在台灣弘揚法寶大集結 (La collection de la propagation du dharma de Guiguzi à Taïwan). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  12. Huang Xiu-Yu. (2011). 唯心聖教禪機山仙佛寺唯心博物院 (Le Musée Weixin dans le temple Chan Chi Shan Hsien Fo de Weixin Shengjiao). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  13. Hun Yuan (Grand Master) (2016a). The New Religion of the World Taiwan Weixin Shengjiao. Guoxing (Taiwan), Weixin Shengjiao Hsien-Fo Temple of Chan-Chi Mountain; New Taipei City (Taïwan), Weixin Shengjiao Charity Foundation; et Nantou City (Taïwan), Weixin Shengjiao College.
  14. Hun Yuan (Grand Master) (2016b). Gui Gu Zi Heart Dharma in Taiwan: Yang House Feng Shui Lectures. Guoxing (Taïwan), Weixin Shengjiao Chan Chi Mountain Hsien Fo Temple. (ISBN 978-986-7007-61-2).
  15. Introvigne, Massimo (2016). “Weixin Shengjiao.” World Religions and Spiritualities Project, Virginia Commonwealth University.
  16. Jian, Yi-Quan. (2007). 921災後學校重建 (La reconstruction des écoles après le séisme 921). Taichung City (Taïwan), Wei Xin Zong Cultural Communication Co. Ltd.
  17. Lin, Song (2013). 唯心聖教世界和平大法輪全書:教育篇─兒童學易經 (Le corpus de la roue de la paix du dharma de Weixin – L’éducation – Les enfants apprennent le Yi Jing). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  18. Ministère de l’Instruction Publique de Taïwan (2013). Document no.:臺教高(三)字第1020165539號. 6 novembre 2013.
  19. Weixin Shengjiao (2004). 21世紀2004年中華民族聯合祭祖大典紀念專輯 (La compilation de la Cérémonie unie de vénération des ancêtres chinois, 2004, 21e siècle). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  20. Weixin Shengjiao (2008). 21世紀2008年中華民族聯合祭祖大典紀念專輯 (La compilation de la Cérémonie unie de vénération des ancêtres chinois, 2008, 21e siècle). Guoxing (Taïwan), I Key Publishing House.
  21. Wu, Pei-Hsuan. (2015). 唯心聖教消災化劫天命紀實 (Documents sur le travail de Weixin Shengjiao pour éliminer les calamités et réparer les torts). Taichung City: Center for Religious Affair of Weixin Shengjiao