Hugo Lindenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hugo Lindenberg
Naissance (42 ans)
Paris, France
Nationalité Française
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Hugo Lindenberg, né à Paris, est un écrivain et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hugo Lindenberg est le fils de l'historien, essayiste et journaliste Daniel Lindenberg[1].

Il est diplômé en 2001 d’une maitrise de droit public à l’'Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, puis d’un master de journalisme de l’ESJ Lille en 2005[2]. Hugo Lindenberg devient alors journaliste de presse écrite pour divers magazines, notamment Ça m'intéresse et Les Inrocks[2],[3].

En 2012, il participe au lancement du magazine Neon[4]. L’année suivante, il devient rédacteur en chef adjoint du magazine Stylist[5]. Il est également rédacteur en chef de Machin Chose, un magazine masculin gratuit à partir de 2017[5]. Il exerce ses fonctions jusqu’en 2018. Depuis 2019, il est journaliste indépendant[6].

Il publie son premier roman Un jour ce sera vide aux Christian Bourgois éditeur en 2020[7] qui reçoit le prix du Livre Inter en juin 2021[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur, âgé de dix ans, passe ses vacances d'été en Normandie chez sa grand-mère. Sur la plage, il rencontre le petit Baptiste, un enfant de son âge. Cette amitié naissante va faire naître chez le narrateur des questionnements parfois douloureux à propos de la vie, de son bonheur et de ses peurs. Baptiste va en effet lui ouvrir les portes d' un monde nouveau, que le narrateur voudra rejoindre dans l'espoir de fuir son ennui et ses démons. Ce roman nous replonge, avec tendresse et mélancolie, dans les souvenirs les plus intimes de notre enfance.

" Un jour ce sera vide est le portrait, cruel et déchirant, à peine adouci par sa prose tristement mélodieuse, d’un enfant à qui a été refusé le droit à l’insouciance et pour qui – ainsi le chantait Mike Brant avant son suicide – « le bonheur n’existe pas » " L'Obs - BibliObs[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Joubert, « Premiers romans, portraits d’auteurs (4/10). Hugo Lindenberg : l’usage de la parole », L'Humanité,
  2. a et b « Extrait de la fiche de M. Hugo Lindenberg », sur lesbiographies.com, (consulté le )
  3. « Hugo Lindenberg : ses articles », Les Inrocks (consulté le )
  4. « Arrêtons de fantasmer sur les mecs », sur neonmag.fr, (consulté le )
  5. a et b « Hugo Lindenberg, rédacteur-en-chef du magazine "Machin Chose" : "À partir d’un objet insignifiant, on arrive à décrypter l’actualité" », sur Franceinfo, (consulté le )
  6. « Hugo Lindenberg », sur ajspi.com (consulté le )
  7. « « Un jour ce sera vide », d’Hugo Lindenberg : l’enfance médusée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Thomas Vincy, « Un jour ce sera vide de Hugo Lindenberg, prix du Livre Inter 2021 », Livres Hebdo, 7 juin 2021.
  9. « "Un jour ce sera vide" de Hugo Lindenberg, prix du Livre Inter 2021 », France Inter, (consulté le )
  10. Dahlia Girgis, « La sélection du prix Femina des lycéens 2020 », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne)
  11. Isabel Contrerat, « Les deuxièmes sélections du Femina 2020 », Livres Hebdo,
  12. « Attention, le premier roman d’Hugo Lindenberg est un grand roman », sur L'Obs (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]