Howard Schultz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Howard Schultz
Description de l'image Howard Schultz by Gage Skidmore.jpg.
Naissance
Brooklyn (New York), États-Unis
Nationalité américaine
Profession
Formation
Conjoint
Sheri Kersch Schultz
Descendants
2

Howard Schultz, né le 19 juillet 1953 à New York aux États-Unis, est un chef d'entreprise américain. Il est le principal actionnaire de Starbucks. En 2018, sa fortune est évaluée à 2,8 milliards de dollars américains, faisant de lui la 887e fortune mondiale, et 288e américaine, selon le magazine Forbes[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (avril 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

Schultz est né dans une famille juive le 19 juillet 1953 à Brooklyn, New York, fils d'Elaine (Lederman) et de son mari, Fred Schultz, ancien soldat de l'armée américaine et chauffeur de camion. Avec sa sœur cadette, Ronnie, et son frère Michael, il a grandi dans les Canarsie Bayview Houses de la New York City Housing Authority. Il est allé à la Canarsie High School, où il a obtenu son diplôme en 1971. Schultz a joué au football au lycée et a été invité à la Northern Michigan University pour se disputer une bourse de football. Il n’était pas assez bon pour être quart-arrière et ne voulait pas jouer un autre poste. Il a payé ses études universitaires avec des prêts du gouvernement et de l'argent gagné à temps partiel. Il était la première personne de sa famille à aller à l'université. Membre de la section thêta-lota de Tau Kappa Epsilon, Schultz a obtenu son baccalauréat en communication verbale en 1975.

Formation et débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Après un diplôme en communication, à l'université du Michigan, en 1975, Howard Schultz devient l'année suivante commercial à la société Xerox[2].

Carrière chez Starbucks[modifier | modifier le code]

Il rejoint Starbucks, alors une petite société avec seulement quatre points de vente de café, comme directeur du marketing en 1982.

En 1983, après un voyage à Milan au cours duquel il découvre les cafés italiens, il tente en vain de convaincre les dirigeants de Starbucks qu'il y a là un créneau très intéressant[2]. Furieux de leur frilosité, il démissionne et part monter sa propre affaire, avec succès[2] .

Il rachète Starbucks en 1987, et en fait une multinationale du café en quelques années[3].

En 2000, il abandonne son poste exécutif pour ne rester que président, et se consacre à ses loisirs, notamment en rachetant l'équipe de basket-ball des Seattle Supersonics[2].

En 2008, cependant, devant les difficultés économiques inédites qui frappent soudainement Starbucks, il reprend les commandes opérationnelles du groupe, et mène plusieurs réformes, ainsi qu'un plan social conséquent[2].

Malgré ce dernier, il est considéré[Par qui ?] comme un patron social, soutenant le parti démocrate, et donnant divers avantages sociaux plutôt rares à ses salariés, notamment une assurance-maladie[2].

En 2011, mécontent de la politique économique fédérale, et notamment de l'inaction face à la dette publique, il lance un appel aux patrons américains (150 y souscriront) à ne financer aucune des campagnes électorales qui s'annoncent. Il est reçu dans la foulée par le président Barack Obama[2]. Il lance ensuite le fonds « Créer des emplois »[2].

En 2016, il quitte ses fonctions opérationnelles chez Starbucks[4]. En 2018, il quitte Starbucks et devient président honorifique[5]. Il en reste le principal actionnaire, avec 33 millions d'actions en sa possession[6].

Critique de la politique du président Donald Trump, il apparaît pour certains observateurs comme tenté de briguer la Maison-Blanche lors de l'élection présidentielle de 2020. Il se fait ainsi remarquer pour des prises de position en faveur des Noirs ou des personnes LGBT[7].

Reconnaissances[modifier | modifier le code]

En 2011 également, le magazine économique Fortune le consacre « homme d'affaires de l'année »[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Comment Starbucks a sauvé sa peau sans perdre son âme, Télémaque, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Howard Schultz », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2018)
  2. a b c d e f g h et i « Équitable. Portrait de Howard Schultz, président-fondateur de Starbucks », Challenges, numéro 285 du 26 janvier 2012, pages 52 à 54.
  3. « Starbucks se lance dans le royaume de l'expresso », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2017)
  4. « Démission surprise de Howard Schultz, le PDG de Starbucks », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2017)
  5. « Howard Schultz quitte Starbucks, dont il a fait une multinationale », sur Le Monde.fr (consulté le 5 juin 2018)
  6. (en-US) Matt Rego, « The Top 4 Starbucks Shareholders », Investopedia,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2018)
  7. Émilie de Witte, « Howard Schultz, caricature de l’anti-Trump », causeur.fr, 8 juin 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]