Howard Schultz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Howard Schultz
Description de l'image Howard Schultz by Gage Skidmore.jpg.
Naissance
Brooklyn (New York), États-Unis
Nationalité américaine
Profession
Formation
Conjoint
Sheri Kersch Schultz
Descendants
2

Howard Schultz, né le à New York aux États-Unis, est un chef d'entreprise américain. Il est le principal actionnaire de Starbucks. En 2018, sa fortune est évaluée à 2,8 milliards de dollars américains, faisant de lui la 887e fortune mondiale, et 288e américaine, selon le magazine Forbes[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Schultz fait partie d'une famille juive. Il est né le à Brooklyn, New York. Il est le fils d'Elaine Lederman et Fred Schultz, ancien soldat de l'armée américaine, devenu chauffeur de camion. Il a grandi dans le quartier de Carnasie à Brooklyn dans un logement social de la New York City Housing Authority avec ses parents, sa sœur cadette Ronnie, et son frère Michael.

Il est diplômé du lycée de Canarsie en 1971. Il est quarterback de l'équipe de football américain du lycée et est invité à l'Université du Northern Michigan pour disputer une bourse sportive. Il n’a pas été assez bon pour être retenu en tant que quarterback et n'a pas voulu pas jouer à un autre poste. Il a financé ses études universitaires à l'aide de prêts gouvernementaux et de l'argent gagné en travaillant à temps partiel. Il est la première personne de sa famille à aller à l'université. Il a été membre de la section thêta-lota du Tau Kappa Epsilon et a obtenu sa licence (bachelor) en communication verbale en 1975. Il devient l'année suivante commercial pour Xerox[2].

Carrière chez Starbucks[modifier | modifier le code]

Il rejoint Starbucks, alors une petite société avec seulement quatre points de vente de café, comme directeur du marketing en 1982.

En 1983, après un voyage à Milan au cours duquel il découvre les cafés italiens, il tente en vain de convaincre les dirigeants de Starbucks qu'il y a là un créneau très intéressant[2]. Furieux de leur frilosité, il démissionne et part monter sa propre affaire, avec succès[2] .

Il rachète Starbucks en 1987, et en fait une multinationale du café en quelques années[3].

En 2000, il abandonne son poste exécutif pour ne rester que président, et se consacre à ses loisirs, notamment en rachetant l'équipe de basket-ball des Seattle Supersonics[2].

En 2008, cependant, devant les difficultés économiques inédites qui frappent soudainement Starbucks, il reprend les commandes opérationnelles du groupe, et mène plusieurs réformes, ainsi qu'un plan social conséquent[2].

Malgré ce dernier, il est considéré[Par qui ?] comme un patron social, soutenant le parti démocrate, et donnant divers avantages sociaux plutôt rares à ses salariés, notamment une assurance-maladie[2].

En 2011, mécontent de la politique économique fédérale, et notamment de l'inaction face à la dette publique, il lance un appel aux patrons américains (150 y souscriront) à ne financer aucune des campagnes électorales qui s'annoncent. Il est reçu dans la foulée par le président Barack Obama[2]. Il lance ensuite le fonds « Créer des emplois »[2].

En 2016, il quitte ses fonctions opérationnelles chez Starbucks[4]. En 2018, il quitte Starbucks et devient président honorifique[5]. Il en reste le principal actionnaire, avec 33 millions d'actions en sa possession[6].

Critique de la politique du président Donald Trump, il apparaît pour certains observateurs comme tenté de briguer la Maison-Blanche lors de l'élection présidentielle de 2020. Il se fait ainsi remarquer pour des prises de position en faveur des Noirs ou des personnes LGBT[7].

Le , il annonce sur CNN qu'il ne se présentera pas à l'élection présidentielle de 2020.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 2011 également, le magazine économique Fortune le consacre « homme d'affaires de l'année »[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Comment Starbucks a sauvé sa peau sans perdre son âme, Télémaque, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Howard Schultz », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2018)
  2. a b c d e f g h et i « Équitable. Portrait de Howard Schultz, président-fondateur de Starbucks », Challenges, numéro 285 du 26 janvier 2012, pages 52 à 54.
  3. « Starbucks se lance dans le royaume de l'expresso », tdg.ch/,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2017)
  4. « Démission surprise de Howard Schultz, le PDG de Starbucks », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 12 septembre 2017)
  5. « Howard Schultz quitte Starbucks, dont il a fait une multinationale », sur Le Monde.fr (consulté le 5 juin 2018)
  6. (en-US) Matt Rego, « The Top 4 Starbucks Shareholders », Investopedia,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2018)
  7. Émilie de Witte, « Howard Schultz, caricature de l’anti-Trump », causeur.fr, 8 juin 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]