Hocine Djoudi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Djoudi.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Hocine Djoudi, né le 4 mai 1930 à Souk-Ahras, est un juriste et diplomate algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Conseiller auprès du ministre des affaires étrangères de 1968 à 1978, ambassadeur d'Algérie en Espagne à partir de 1979. Il a été également représentant permanent de l'Algérie auprès de l’ONU de 1984 à 1990 puis secrétaire général du ministère des affaires étrangères de 1990 à 1993. Ambassadeur d'Algérie à Paris de 1993 à 1997, il a été aussi vice-président de la commission des affaires étrangères au conseil de la nation, le sénat algérien.

En 1998, Hocine Djoudi a fait partie du groupe d'éminentes personnalités chargées par les nations unies de se pencher sur le génocide au Rwanda. Son nom a circulé dans les arcanes du pouvoir comme pressenti pour le poste de ministre des affaires étrangères en 1999 après l'accession d'Abdelaziz Bouteflika à la magistrature suprême en Algérie.

Hocine Djoudi est le père de l'ex ministre algérien des finances Karim Djoudi et de Rachid Djoudi, Conseiller du Président de l'Établissement Français du Sang.