Histoire naturelle de La Réunion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Photo satellite de l’île de La Réunion.

L'île de La Réunion, dans l’océan Indien, est née d'un processus volcanique. La partie émergée de l’île ne représente qu’un faible pourcentage (environ 3 %) de la montagne sous-marine qui la forme et mesure à sa base, sa hauteur atteindrait 7 000 mètres pour un diamètre de 120 kilomètres. La Réunion est l'un des plus hauts massifs volcaniques de la planète et est actuellement formée de deux massifs, un massif lié à un volcan éteint, le piton des Neiges et un massif plus récent au sommet duquel se trouve à un volcan actif, le piton de la Fournaise.

Formation[modifier | modifier le code]

Les îles Mascareignes, La Réunion, Maurice et Rodrigues sont situés le long d'une crête submergée dans l'Ouest de l'océan Indien, sur le plateau tectonique de Seychelles-Maurice, situé de 640 à 800 kilomètres à l'est de Madagascar. Les trapps du Deccan, les Maldives, les îles Laquedives, les Seychelles et ces trois îles isolées se sont formées à partir d'un phénomène volcanique, né du point chaud de La Réunion. La Réunion est l'île la plus au sud de cette ligne, la seule île de l'archipel à disposer d'un volcan actif. Des falaises plus ou moins abruptes sont visibles sur l'île témoignant de son âge récent. Un volcan sous-marin est apparu, à cet endroit, sur le plateau des Mascareignes, il y a 5 Ma environ. L'île a émergé de l'océan, il y a quelque 2 à 3 Ma.

L'activité du massif ancien s'est terminée vers 30 000 ans. Ce volcan a donné naissance à des cratères importants qui se sont effondrés une fois éteint, probablement à cause d’une puissante érosion, pour former les cirques de Salazie, Mafate et Cilaos. Un nouveau massif, plus au sud, dans la continuité de la crête, a émergé vers 500 000 ans sur l'emplacement d'un volcan plus ancien, le volcan des Alizés daté lui de 1,8 Ma. Les volcans ont fonctionné en même temps pendant très longtemps, leurs activités se sont entrecoupées de phases de repos, de phases d’effondrement et d'éruptions fluides. Les deux massifs se sont rejoints il y a 200 000 à 100 000 ans. Aujourd'hui, les deux massifs, l'ancien et le nouveau, sont séparés par une trouée formée de la plaine des Palmistes et de la plaine des Cafres, voie de passage entre le Nord et le Sud de l’île par les hauts. Le piton des Neiges, après de violentes éruptions explosives, s’endort il y a environ 22 000 ans.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les trois plus importantes rivières, longues d'une dizaine de kilomètres, sont la rivière du Mât, la rivière des Galets et le bras de Cilaos et sortent des cuvettes que forme ces cirques. Les autres cours d'eau sont appelés ravine, l'île en compte plus de 750. Elles sont alimentées une partie de l'année au moins, certaines débouchant sur des cascades. Ce phénomène est particulièrement impressionnant après un cyclone. De nombreuses autres ne sont envahies par les eaux que lors des inondations exceptionnelles.

Environnement marin[modifier | modifier le code]

Posée sur le plateau océanien à près de 4 500 mètres du fond, la montagne à une base estimée à 120 km. La diagonale nord-ouest/est mesure 75 km, la diagonale nord-est/sud-ouest atteint 55 kilomètres au niveau de la mer. Les tombants sont donc vertigineux, autrement dit les hauts fonds sont très proches des côtes. Des nodules polymétalliques en assez grande quantité ont été découverts sur la plaine abyssale qui entoure l'île.

L'île est soumise à des courants marins venant de l'est assez fort, d'autant plus fort qu'aucun édifice sous-marin ne les freine. Seul 30 km de la côte ouest, protégée des courants et abritent une petite barrière de corail, permettant la formation de plages de sable blanc. Il existe également à l'ouest, près de Saint-Paul une plage de sable noir. La côte au sud et à l'ouest est davantage constituée de rochers, témoignant de coulées plus récentes. Il existe une plage de sable noire à L'Étang-Salé au sud-ouest. Les côtes au nord sont constituées de plages de galets.

Hydrographie et érosion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de La Réunion.
  • L'île est bien arrosée, les cours d'eau érodent la montagne. Les glissements de terrains (due aux pluies) sont une des conséquences principales de l'érosion ;
  • Effondrement des anciens cratères provoquent des cirques (Mafate, Cilaos, Salazie).

Histoire de la vie[modifier | modifier le code]

Les îles des Mascareignes sont très longtemps restées isolées, du fait de leur naissance au milieu de l'océan, aussi les espèces qui s'y sont implantées, devenues endémiques au fils du temps, sont issues de peu d'espèces originales, exception faite des oiseaux. Bon nombre d'espèces végétales viennent de points très lointains à l'est, quelques-unes de Madagascar à l'ouest, voire du continent. La faune et la flore s'est fortement modifiée à partir de l'arrivée des premiers colons au XVIe siècle s'accompagnant de l'extinction de nombreuses espèces animales et végétales dont la plus emblématique reste l'Ibis de La Réunion. Beaucoup d'espèces endémiques des Mascareignes sont toujours gravement menacées d'extinction.

Le futur[modifier | modifier le code]

Les îles ont dérivé vers le nord, s'érodant peu à peu. Ainsi Rodrigues est plus âgée que l’île Maurice qui est elle-même plus âgée que La Réunion. Rodrigues est plus érodée et moins haute que Maurice et a fortiori que La Réunion. Le processus prévu est l'érosion avec la construction de larges plateaux coralliens autour de l'île comme aux Seychelles. Puis à l'effondrement des plateaux centraux de l'île formant un atolls comme aux Maldives.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]