Herbert Norkus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Herbert Norkus
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 15 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Surnom
QuexVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Herbert Norkus () est un membre des Jeunesses hitlériennes qui a été assassiné par les communistes allemands. Il est devenu un modèle et un martyr pour la jeunesse hitlérienne et a été largement utilisé dans la propagande nazie, surtout comme sujet du roman et du film Le Jeune Hitlérien Quex.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la classe ouvrière du quartier Tiergarten de Berlin, Norkus rejoint l'équivalent des scouts marins des jeunesses hitlériennes. Il aurait aimé jouer du piano et dessiner. Son père avait été blessé pendant la Première Guerre mondiale et aurait eu des sympathies communistes. Les biographies nazies officielles de Norkus affirmaient que son père s'était initialement opposé aux activités nazies de son fils mais qu'il a finalement été converti et est également devenu nazi.

Les affrontements entre la jeunesse hitlérienne et le mouvement de jeunesse du Roter Frontkämpferbund communiste (Rote Jungfront) devenaient de plus en plus courants alors que le NSDAP et le Parti communiste allemand luttaient pour le pouvoir durant la période de décroissance de la République de Weimar.

Ses camarades l'ont surnommé « Quex » car « il obéissait aux ordres plus vite que Mercure » (en allemand : Quecksilber)[1].

Mort[modifier | modifier le code]

Le 24 janvier 1932, Herbert Norkus, 15 ans, et d'autres membres de la jeunesse hitlérienne distribuaient des tracts annonçant un prochain rassemblement nazi. Le groupe est confronté à des communistes. Norkus les repousse et court vers une maison voisine pour obtenir de l'aide. Un homme lui répond et lui claque la porte au visage. Norkus est ensuite poignardé six fois par les communistes qui le poursuivaient. Il frappe à une autre porte où une femme lui ouvre et tente de l'emmener à l'hôpital mais il était mort à son arrivée[2].

Hitlerjunge Quex[modifier | modifier le code]

L'écrivain Karl Aloys Schenzinger a fait de Norkus un modèle pour la jeunesse hitlérienne avec son roman nazi populaire, Der Hitlerjunge Quex (1932). En 1933, un film en est tiré, réalisé par Hans Steinhoff avec Heinrich George dans un rôle principal en tant que père du garçon. Le roman devait être lu par tous les membres de la jeunesse hitlérienne.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Passau a nommé une rue Norkus[3].

Un navire-école de la marine allemande appelé Herbert Norkus a été baptisé en son honneur, mais il n'a jamais été achevé à cause de la guerre. De nombreuses écoles, rues et places portent également son nom pendant la période nazie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Baird, p. 120
  2. Baird, p. 115
  3. Rosmus, p. 249

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Geoff Eley, « To die for Germany: Heroes in the Nazi Pantheon », History of European Ideas, Routledge, vol. 17, no 6,‎ , p. 797-799 (ISSN 0191-6599 et 1873-541X, OCLC 807660216, DOI 10.1016/0191-6599(93)90111-3, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • (en) Hitlers Nibelungen, Samples Grafenau,
  • (de) Arnold Littmann, Herbert Norkus und die Hitlerjungen vom Beußelkietz, Berlin, Steuben,
  • (de) Hermann Gerstmayer (Hrsg. ), Herbert Norkus, der Hitlerjunge, Berlin, Neues Verlagshaus für Volksliteratur,
  • (de) Rudolf Ramlow, Herbert Norkus? - hier! Opfer und Sieg der Hitler-Jugend, Stuttgart ua, Union Deutsche Verlagsgesellschaft,
  • (de) Wolfgang Schwarz, Kameradschaft Herbert Norkus, Breslau, Haendel,
  • (de) Artur Axmann, "Das kann doch nicht das Ende sein." Hitlers letzter Reichsjugendführer erinnert sich., Coblence, Bublies, (ISBN 3-926584-33-5) (Norkus gehörte zu Axmanns Gefolgschaft à Berlin)

Liens externes[modifier | modifier le code]