Wilhelm Gustloff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un homme politique allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Wilhelm Gustloff (paquebot)

Wilhelm Gustloff, né le 30 janvier 1895 à Schwerin (Allemagne), est un militant nazi allemand actif en Suisse, mort le 4 février 1936 à Davos, abattu par un étudiant antinazi issu d'une famille juive.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Gustloff reçoit une formation d'employé de banque. Souffrant d'une maladie pulmonaire, il n'est pas mobilisé durant la Première Guerre mondiale ; venu en 1917 à Davos pour se soigner, il s'y installe ensuite définitivement, y travaillant dans les services météorologiques.

Membre du Deutschvölkischer Schutz- und Trutzbund à partir de 1921, il adhère au parti nazi en 1929 et devient Landesgruppenleiter (« dirigeant de groupe territorial ») pour la Suisse dans le cadre de la NSDAP-Auslandsorganisation (« Organisation extérieure du NSDAP »).

Après l'arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne, Gustloff renforce son implantation avec des « bases » (Berne, Glaris, Lausanne et Zuoz dans le canton des Grisons) et des « groupes locaux » (Bâle, Davos, Lugano, Zürich), dont le nombre augmente assez vite. Il se livre à une propagande antisémite notoire, diffusant les Protocoles des Sages de Sion.

Ses activités proallemandes et antisémites aboutissent à des interpellations au Parlement dès décembre 1933, sans résultat ; mais en 1935, Gustloff est tout de même sérieusement menacé d'expulsion du territoire suisse après la publication d'un ouvrage Der Reichsdeutsche, dans lequel il reconnait avoir prêté serment d'obéissance à Hitler. Les Allemands essayant de lui fournir une immunité diplomatique, il s'ensuit des débats qui permettent de surseoir à cette expulsion.

Parti pour Berlin pour l'anniversaire de l'avènement de Hitler (30 janvier), il est assassiné dans son appartement le , peu après son retour à Davos, par un étudiant yougoslave, David Frankfurter, fils d'un rabbin, qui souhaitait par ce geste « réveiller son peuple ». À la fin de l'année, Frankfurter est condamné à 18 ans de prison (il sera libéré en 1945).

Le paquebot Wilhelm-Gustloff

Adolf Hitler décide d'honorer Wilhelm Gustloff, martyre de la cause du national-socialisme, en donnant son nom à un paquebot en cours de finition dans les chantiers navals de Hambourg. Le lancement du Wilhelm Gustloff a lieu en présence de Hitler et de la veuve de Gustloff (le navire finira torpillé en janvier 1945 en mer Baltique, avec plus de 5 000 personnes à bord, une des plus grandes catastrophes maritimes de l'histoire).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En allemand
  • Peter Bollier, 4. Februar 1936: das Attentat auf Wilhelm Gustloff, dans Roland Aergerter (dir.), Politische Attentate des 20. Jahrhunderts, Zurich, NZZ Verlag, 1999
  • Emil Ludwig, Peter O. Chotjewitz et Helmut Kreuzer (Hrsg.), Der Mord in Davos, Herbstein, 1986

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]