Henri Valentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valentin.
Henri Valentin
Autoportrait d'Henri VALENTIN (23 ans) 28 JUILLET 1843.jpg
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Henri ValentinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Autodidacte (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henri Valentin, né le à Allarmont et mort le à Strasbourg, est un dessinateur français ayant collaboré aux journaux Le Magasin pittoresque et L'Illustration.

Un artiste originaire des Vosges[modifier | modifier le code]

Fils d'un maître d'école d’Allarmont, Henri Valentin fait des études secondaires au petit séminaire de Senaide puis à celui de Châtel-sur-Moselle avant de rejoindre fin 1837 une classe de philosophie au grand séminaire de Saint Dié. Dans cette ville, il rencontre Édouard de Mirbeck, artiste peintre et professeur au collège de la ville, qui l’encourage à poursuivre ses activités de dessinateur et lui conseille de rejoindre Paris[1].

Monté à Paris en 1839, il devient typographe et maître d'écriture. Il rencontre Charles Philipon qui l'engage dans sa maison d'édition.

Illustrateur[modifier | modifier le code]

Il collabore à la revue hebdomadaire Le Magasin pittoresque[2] comme illustrateur. On lui doit, entre autres, les illustrations de la nouvelle Le sagar des Vosges des numéros de 1853, dont l'action se déroule dans les Hautes-Vosges.

En 1848, il entre à L'Illustration, dont il devient le principal collaborateur artistique[1]. Il fournit à l’hebdomadaire plus de mille dessins d'actualité qui sont gravés sur bois avant leur impression. Il se déplace sur le lieu des évènements, en province et à Paris. L'Illustration s'est attaché « les meilleurs dessinateurs du moment, Henri Valentin, Édouard Renard, Gavarni, Janet-Lange, Cham et bien d’autres[3]. » Il confie, en 1852, une série de dessins sur la vie dans les Vosges à L'Illustration[1].

Selon le conservateur Jacques Foucart, son style est proche de celui de Paul Gavarni (1804-1866), autre collaborateur de L'Illustration[4].

Il fréquente les écrivains Edmond et Jules de Goncourt, le photographe Nadar ainsi que le marchand de tableaux Jules Gaston de Peyrelongue. Henri Valentin est portraituré par les frères Goncourt dans leur roman Les Hommes de lettres sous le nom de Giroust : Giroust, « dans un costume de paysan badois, semblait un poussah sur lequel on aurait passé une paire de bretelles[5]. »

Il effectue également des voyages à l’étranger en 1846 en Espagne, puis en 1850 en Algérie. Lors de ce voyage de six mois, il contracte une grave maladie. En 1854, il retourne en Espagne. Il meurt, à l’âge de 35 ans, à Strasbourg le sur le chemin de Baden-Baden où il voulait faire une cure. Il est enterré à Allarmont[1].

Hommages[modifier | modifier le code]

La rue principale d’Allarmont porte son nom.

Bibliographie et iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Roland Conilleau et Albert Ronsin : Henri Valentin illustrateur de la vie quotidienne en France, éditions J.-P. Gyss, Strasbourg, 1982
  2. Revue publiée de 1833 à 1893, sous la direction d’Édouard Charton jusqu’en 1888.
  3. Jean-Pierre Chuard, Des journaux et des hommes, Lausanne, Cabédita, 1993.
  4. Jacques Foucart : Un nouveau Lavalard au Musée d’Amiens : Baptiste, tondeur de chiens, La tribune de l’art, mercredi 18 mai 2011.
  5. Edmond et Jules de Goncourt, Les Hommes de lettres, E. Dentu, Paris, 1860

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Chuard, Des journaux et des hommes, Lausanne, Cabédita, 1993.
  • Roland Conilleau et Albert Ronsin, Henri Valentin illustrateur de la vie quotidienne en France, Strasbourg, éditions J.-P. Gyss, 1982.
  • Edmond et Jules de Goncourt, Les Hommes de lettres, Paris, E. Dentu, 1860.
  • René Poirson, « Le Dessinateur vosgien Henri Valentin (1820-1855) », Essor, revue, Schirmeck, no 108, octobre 1980.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :