Henri Hogard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hogard.
Henri Hogard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
GérardmerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Glaciers du Rhône. 1. Partie supérieure ; 2. partie inférieure (aquarelle, août 1848)

Henri Charles Hogard, né à Épinal le et mort à Gérardmer (Vosges) le , est un géologue français.

Précurseur d'une modélisation géomètrique de la stratigraphie en accord avec les observations de géomorphologie, ce dessinateur-géomètre et arpenteur de formation, membre assidu de la société d'Émulation des Vosges, fut l'un des premiers jeunes géologues lorrains à montrer l'inclinaison des strates sédimentaires à l'approche du massif sommital vosgien, mais aussi à défendre et suivre les hypothèses du scientifique suisse Louis Agassiz et à affirmer l'existence de glaciers dans les Vosges aux époques anciennes.

Grâce à son métier d'agent-voyer directeur du département des Vosges constamment aux prises avec le terrain et les accottement de voies, il est également l'auteur d'un grand nombre de cartes et de plans. Il livre avec un premier essai géologique couvrant le département une carte géologique des Vosges en 4 feuilles (1845), une des premières à être publiées à l'échelle 1/12000e, qui dépasse localement en précision la carte géologique de la France publiée en 1841 par Élie de Beaumont.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord arpenteur-adjoint avec son père, le géomètre Henri-Joseph Hogard, Henri-Charles est nommé par le préfet en 1840 agent voyer supérieur des chemins de grande communication du département des Vosges. À ce titre, il dirige le service vicinal vosgien, alors autonome vis-à-vis du Corps des Ponts et Chaussées, de 1840 à 1872.

Hogard, qui rencontre Napoléon III à Plombières, l'initie à la géologie et à la mission du désenclavement routier des Vosges.

De 1861 à 1969, avec le soutien impérial, on lui doit notamment le tracé et la construction ardue, constamment reprise, de la route de la Schlucht, côté lorrain. Il construira sa maison-chalet en surplomb de sa grande œuvre routière à la gloire de l'Empire et s'y éteindra en 1880.

Suivant également en cela les traces de son père, il fut franc-maçon de la loge d'Épinal et fit partie des fondateurs de la loge la Fraternité vosgienne.

Dessinateur de talent, Henri Hogard réalisa lui-même les planches qui illustrent certaines de ses publications.

Sélection d'œuvres[modifier | modifier le code]

Trois œuvres capitales marquent son apport à la géologie de l'Europe occidentale : sa Description géologique et minéralogique des régions granitiques et arénacées du système des Vosges, en 1837, puis son livre sur les glaciers et sur les formations erratiques des Alpes de la Suisse en 1858, enfin ses notes et croquis sur les glaciers, 1867

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Notice géographique sur les terrains qui composent le système des montagnes des Vosges, avec une coupe enluminée de ces montagnes, 1830.
  • Note sur les coprolithes du Muschelkalk, à Girmont, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1832, page 115.
  • Tableau minéralogique des roches des Vosges, suivi d'une liste des espèces minérales constituant ces roches, disséminées dans leur masse ou associées avec elles, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1835, page 271.
  • Table des hauteurs au-dessus du niveau de la mer et des positions géographiques des points principaux du système des Vosges, 1835
  • Coup-d'œil sur les vallées du système des Vosges. Notice suivie d'une planche explicative, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1836, page 505
  • Description géologique et minéralogique des régions granitiques et arénacées du système des Vosges, Épinal, 1837. En deux volumes avec atlas.
  • Note pour servir à l'histoire géologique des grès rouges des Vosges, suivi d'une planche explicative in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1838, page 370
  • Observations sur les traces de glaciers qui, à une époque reculée, paraissent avoir recouvert la chaîne des Vosges et sur les phénomènes géologiques qu'ils ont pu produire, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1840, page 91
  • Esquisse géologique du Val d'Ajol, suivie d'une carte et de coupes géologiques de cette localité et de ses environs, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1841, page 351. Suite de l'article in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1845, page 661
  • Observation sur les moraines et sur les dépôts de transport et de comblement des Vosges, avec 13 planches à l'appui, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1842, page 524
  • "Aperçu de la constitution géologique et minéralogique du département des Vosges" in Lepage, Henri, Charton, Charles, Le département des Vosges. Statistique historique et administrative, Epinal/Nancy, 1845. [article de 130 pages].
  • Notice sur deux petits dépôts de tuf calcaire situés sur le territoire de la commune de Vincey, suivi de plan et de coupes géologiques, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1846, page 105
  • Les glaciers, notes et croquis (en collaboration avec Charles Martins, professeur agrégé à la faculté de médecine de Paris), in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1847, page 402
  • Note sur la serpentine des Vosges, suivi de deux planches, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1847, page 421
  • Observations sur un article concernant les dépôts erratiques inséré en 1846 aux Annales de la Société d'Émulation des Vosges, in Annales de la Société d'Émulation des Vosges, 1847, page 428
  • Carte, croquis et coupes pour servir à l'explication de la constitution géologique des Vosges, Imprimerie veuve Gley et lithographie Didlon, Épinal, 1848.
  • Coup d'œil sur le terrain erratique des Vosges, Epinal, Impr. de veuve de Gley, (lire en ligne)
  • Coup d'œil sur le terrain erratique des Vosges : planches, Epinal, Impr. de veuve de Gley, (lire en ligne)
  • Coup d'œil sur le terrain erratique des Vosges, avec atlas de 32 feuilles à l'appui, Librairie Baillière, Paris, 1851.
  • Principaux glaciers de la Suisse, 1854
  • Recherches sur les formations erratiques, Paris, F. Savy, (lire en ligne)
  • Recherche sur les formations erratiques, avec atlas in folio de 19 planches, Librairie Baillière, Paris, 1858.
  • Recherches sur les glaciers et sur les formations erratiques des Alpes de la Suisse, 1858
  • Notes et croquis sur les glaciers, 1867.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une rue d'Épinal honore son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.