Henri Fursy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le chansonnier. Pour le saint catholique, voir Fursy de Péronne. Pour autres personnes portant son patronyme, voir Dreyfus.
image illustrant un chansonnier image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un chansonnier français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Photographie de Fursy ca. 1908 par Édouard Stebbing[1].
Caricature de Fursy par Sem.

Henri Fursy ou Furcy, de son vrai nom Henri Dreyfus, né le 26 février 1866 à Paris[2],[3],[4] dans le 3e arrondissement[5], et mort le 14 avril 1929 à Paris 17e[6],[7],[8], est un journaliste, auteur dramatique et chansonnier de Montmartre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Fursy dirigea aussi plusieurs cabarets, comme gérant ou propriétaire, dont le célèbre Chat noir, qu'il racheta après la mort de Rodolphe Salis et rebaptisa par la suite « La Boîte à Fursy ». Il fut aussi parolier pour plusieurs artistes parisiens du début du XXe siècle.

Mort d'une crise cardiaque[9], il fut d'abord enterré au cimetière du Montparnasse[10] dans la sépulture familiale Dreyfus, avant d'être réinhumé la même année au cimetière de Saint-Ouen (11ème division) où sa tombe est toujours visible.

Albert Michaud publie après son décès un hommage dans Le Cornet, où il indique que Fursy laisse une jeune veuve et une fillette adoptée[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chansons rosses, Ollendorff, 1898, couverture illustrée par Léandre.
  • Chansons rosses, 2e série, Ollendorff, 1899, couverture illustrée par Gründ.
  • Les Chansons de la Boîte. Chansons rosses, 3e série, Paris, Société d'éditions littéraires et artistiques, 1902 disponible sur Gallica
  • Chansons rosses, 4e série, Ollendorff, 1905.
  • Mon petit bonhomme de chemin : souvenirs de Montmartre et d'ailleurs, Paris, Ed. L. Querelle, 1928 disponible sur Gallica

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sur Gallica :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Octave Pradels, Trente ans de café-concert, souvenirs de Paulus (300 illustrations, 60 chansons), Paris, Société d'édition et de publications, 1908, 460 p., p. 448 [lire en ligne].
  2. Horace Valbel (préf. Clovis Hugues, ill. Alfred Le Petit), Les chansonniers et les cabarets artistiques (en ligne sur archive.org), Paris, E. Dentu, 1895, p. 285–288.
  3. Léon de Bercy (ill. Charles Léandre), Montmartre et ses chansons : Poètes et chansonniers (en ligne sur archive.org), Paris, H. Daragon, 1902, p. 144–148.
  4. Bertrand Millanvoye, Anthologie des poètes de Montmartre : Notes biographiques et bibliographiques (en ligne sur archive.org), Paris, Société d'éditions littéraires et artistiques (Paul Ollendorff), 1909, p. 143–148.
  5. Archives de l’état civil de Paris en ligne, acte de naissance no 3/385/1866. Mention marginale : mariage en 1923 avec Germaine Georgette Mignot.
  6. Acte de décès n° 1228 (vue 17/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 17ème arrondissement, registre des décès de 1929.
  7. Notice d'autorité : Fursy (1867-1929), catalogue général de la Bibliothèque nationale de France.
  8. Annuaire de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (en ligne sur Gallica), t. 1er : Première année, exercice 1929-1930, Paris, Commission des auteurs et compositeurs dramatiques, 1930, p. 388.
  9. Mort du chansonnier Fursy. Le Matin, 15 avril 1929, p. 3, disponible sur Gallica.
  10. Le Cornet, op. cit.
  11. Albert Michaud, « Nos deuils », dans Le Cornet, 24e année, no 4, avril-mai 1929, p. 17.
  12. « Henri Dreyfus, cote LH/803/70 », base Léonore, ministère français de la Culture.

Sur les autres projets Wikimedia :