Henri Charrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Charrier
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Paris 14e
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Distinction

Henri Georges Charrier, né à Paris le , et mort à Paris 14e le [1], est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Jean-Paul Laurens et de Joseph Blanc, Henri Charrier débute au Salon de 1881. Membre de la Société des artistes français depuis 1892, il obtient une mention honorable en 1892 et une troisième médaille en 1894.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1933[2].

Outre la Creuse, il voyage et peint en Bretagne, en Auvergne et dans l'Allier. Il réalise plusieurs décors d'églises en Normandie : grandes peintures marouflées dans l'église Saint-Étienne de Fécamp, et fresques monumentales dans l'église de Fauville.

La découverte de la technique de la détrempe (peinture à l’eau fixée au blanc d’œuf) donnant des teintes plus délicates lui fera peu à peu abandonner la peinture à l’huile. Henri Charrier fit également de nombreuses recherches sur la technique de la fresque, alors en vogue, et qu’il utilisa pour de nombreuses décorations murales.

En 1950, le Salon d'hiver organisa une rétrospective de son œuvre.

On cite de cet artiste une fresque dans l'abside de Notre-Dame de l'Assomption à Fauville-en-Caux , une autre dans l'église de Saint Vincent de Charonne (Aisne), les décors peints de l'église Saint-Étienne de Fécamp, ainsi que le décor d'une habitation privée de Perros-Guirec.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Guéret, Lille, Paris (Département des arts graphiques du musée du Louvre), Poitiers, Pontoise, Fécamp, Quimper.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 278-279
  • Christophe Rameix, L'École de Crozant, ed.Lucien Souny , 1991.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs dessinateurs et graveurs, ed.Gründ, 1976.
  • Marie-Hélène Desjardins, « Les peintures de l'église Saint-Étienne de Fécamp - Deuxième partie : Henri-Georges Charrier », in Annales du Patrimoine de Fécamp, no 19, 2012

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]