Hans Gál

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Gál
Description de cette image, également commentée ci-après
Hans Gál au milieu des années 1910.
Naissance
Brunn am Gebirge, Drapeau de l'Autriche Autriche
Décès (à 97 ans)
Édimbourg, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Activité principale Compositeur, pianiste
Activités annexes Professeur de musique
Formation Université de Vienne
Enseignement Nouveau conservatoire de Vienne
Conservatoire de Mayence
Conservatoire de musique d'Édimbourg

Hans Gál est un compositeur autrichien, professeur de musique et pianiste exilé au Royaume-Uni, né le et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Gál, fils d'un médecin, Josef Gál, est né dans le village de Brunn am Gebirge, tout près de Vienne. Il étudie le piano avec Richard Robert (professeur notamment de Rudolf Serkin, Clara Haskil et George Szell) la composition auprès de Eusebius Mandyczevski, un élève et ami intime de Johannes Brahms de 1908 à 1912 et de 1908 à 1913, la musicologie à l'Université de Vienne auprès de Guido Adler.

Dès 1909, il était professeur de contrepoint et d'harmonie au Nouveau conservatoire de Vienne. En 1915, encore étudiant, il remporte le prix national de composition K. und K. (Royal et Impérial) pour une symphonie. En 1928, il remporte le prix Columbia décerné pour le centenaire du décès de Franz Schubert, pour sa Sinfonietta (qui devient ensuite sa première symphonie). L'année suivante, avec le soutien de musiciens tels que Wilhelm Furtwängler et Richard Strauss, il est nommé directeur du conservatoire de Mayence. Gál compose dans presque tous les genres et ses opéras, parmi lesquels Der Artz der Sobeide, Die Heilige Ente et Das Lied der Nacht ont remporté un vif succès dans les années 1920.

À l'arrivée de Hitler au pouvoir en 1933, Gál doit quitter l'Allemagne parce qu'il était d'origine juive hongroise. Il s'est alors produit comme chef d'orchestre à Vienne. Il a émigré en Angleterre en 1938 au moment de l'Anschluss de l'Autriche par l'Allemagne nazie.

Il s'installe alors en Grande-Bretagne, où il enseigne au Conservatoire de musique d'Édimbourg pendant de nombreuses années.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement britannique a interné tous les étrangers potentiellement ennemis, y compris Gál. Hans Gál a continué à composer tout en étant interné à Huyton Camp près de Liverpool et puis au Camp Central à Douglas, Île de Man. Hans n'est pas resté interné pendant très longtemps car le gouvernement n'a pas tardé à libérer ceux qui ne constituaient pas une menace pour les alliés.

Style[modifier | modifier le code]

Le style musical de Gál s'inspire de la tradition musicale allemande et autrichienne de la fin du XIXe siècle. Dans ses premières années, il est influencé par Brahms. Cependant, à partir de la fin de la Première Guerre mondiale, il développe son propre langage musical. Il ne s'est intéressé ni à la Seconde école de Vienne ni à la musique dodécaphonique. Ses travaux ultérieurs s'inscrivent généralement dans une structure polyphonique mais n'effacent pas les mélodies traditionnelles. Beaucoup de ses œuvres sont tonalement complexes et offrent simultanément des épisodes lyriques d'une grande beauté.

À côté de l'opéra, Hans Gál a composé de nombreuses œuvres aussi bien orchestrales que de musique de chambre. Cette dernière compte, pour plusieurs aspects, parmi ses œuvres les plus remarquables. Le musicologue Wilhelm Altmann mentionne le quatuor à cordes de Hans Gál, composé en 1916 dans son Handbuch für Streichquartettspieler (Manuel du musicien de quatuor à cordes) dans ces termes : « Ceux qui apprécient la musique de Brahms devraient prêter attention à cette musique, bien qu'il ne s'agisse pas d'une simple copie du style de Brahms. Alors que son quatuor est d'une certaine façon composé dans le style de Brahms, il doit également beaucoup à Franz Schubert et au milieu musical viennois du milieu du XIXe siècle. L'ensemble de l'œuvre est très bien écrite et montre une bonne compréhension du style du quatuor. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Symphonie no 1 majeur op. 30 (1927), créée à Düsseldorf, décembre 1928, sous la direction de Hans Weisbach (de)
  • Symphonie no 2 fa majeur op. 53 (1942/43, créée à Wiesbaden, octobre 1948, sous la direction d'Otto Schmidtgen (de))
  • Symphonie no 3 la majeur op. 62 (1951/52, créée à la Radio de Vienne en juin 1954 par l'Orchestre symphonique de Vienne)
  • Symphonie no 4 op. 105 « Sinfonia concertante » pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et orchestre (1974, créée à Édimbourg en janvier 1975)
  • Orchestersuiten
  • Sérénade pour orchestre à cordes op. 46 (1937)
  • Ouvertüren
  • Promenadenmusik pour orchestre militaire (1926)

Orchestre de mandolines[modifier | modifier le code]

C'est grâce à la rencontre, entre 1933 et 1938, de Vinzenz Hladky, professeur de mandoline à l'académie de musique de Vienne que Gál consacre plusieurs pièces à l'instrument.

  • Capriccio (1949)
  • Biedermeier-Tänze pour orchestre de mandolines op. 66 (1954)
  • Sinfonietta pour orchestre de mandolines no 1 op. 81 (1961)
  • Sinfonietta pour orchestre de mandolines no 2 mi mineur op. 86 (1965)

Concertos[modifier | modifier le code]

  • Concerto pour piano ut majeur op. 57 (1948)
  • Concertino pour piano et orchestre à cordes op. 43 (1934)
  • Concerto pour violon et petit orchestre op. 39 (1932, création à Dresde, février 1933, Kulenkampf (Vn)/Busch)
  • Concertino pour violon et orchestre à cordes op. 52 (1939)
  • Concerto pour violoncelle mi mineur op. 67 (1944)
  • Concertino pour violoncelle et orchestre à cordes op. 87 (1966) Création à la Südwestfunk-WDR en 1968.
  • Concertino pour orgue et orchestre à cordes op. 55 (1948)

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Zwei religiöse Lieder, avec orgue et viole de gambe (violoncelle) op. 21 (1923)
  • Der Zauberspiegel, Weihnachtsmärchen op. 38 (1930)
  • De profundis, Cantate op.50 pour soli, chœur, orchestre et orgue (1936/37) sur des poèmes allemands (Von der Vergänglichkeit (Gryphius), Auf grüner Erde (Fleming), Nachtgesänge (Gryphius), Totentanz(Albert,Gryphius), Zum Frieden (Logau, Ulrich von Brandenburg))
  • nombreux Chœurs

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Der Arzt der Sobeide, opéra-comique, en un prologue et deux actes, op. 4, livret de Fritz Zoref (1917/18, création le à Breslau, direction Julius Prüwer (de))
  • Die heilige Ente, Pièce avec des Dieux et des hommes, en un prélude et trois actes, op. 15, livret de K.M. Levetzow et Leo Feld (1920/21, création le à Düsseldorf, direction George Szell)
  • Das Lied der Nacht, ballade dramatique en trois scènes, op. 23, livret de K.M. von Levetzow (1924/25, création en avril 1926 à Breslau, dir. Cortolezis)
  • Die beiden Klaas, opéra-comique en trois actes, op. 42, livret de K.M. von Levetzow (1932/33, création (en anglais) en mai 1990 à York, dir. Leslie Brenen)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Quatuor à cordes nº 1 fa mineur op. 16 (1916)
  • Quatuor à cordes nº 2 la mineur op. 35 (1929, création en mars 1930 à Vienne, par le Quatuor Rosé)
  • Quatuor à cordes nº 3 op. 95 (1969, création en juin 1970 à Édimbourg, par le Edinburgh Quartet)
  • Quatuor à cordes nº 4 op. 99 (1970, création en novembre 1970 à Édimbourg, par le Edinburgh Quartet)
  • Quintette à cordes op. 106 (1977, création en mars 1978 à Édimbourg, par le Edinburgh Quartet et James Durant alto)
  • Trio avec piano en mi majeur op. 18 (1925)
  • Trio avec piano op. 49b (1948)
  • Quatuor avec piano si majeur op. 13 (1914)
  • Sonate pour violon et piano en si bémol mineur op. 17 (1920)
  • Sonate pour violon en majeur (1933, création Londres, le )
  • Sonate pour 2 violons et piano op. 96 (1941)
  • Sonate pour alto et piano op. 101 (1942)
  • Sonate pour violoncelle et piano op. 89 (1953)
  • Sonate pour violoncelle seul op. 109a (1982, création à Rottach-Egern en septembre 1983 par son dédicataire, Rudolf Metzmacher)
  • Suite pour violoncelle seul op. 109b (dédié à Simon Fox-Gál, son petit fils)
  • Sonate pour clarinette et piano op. 84 (1965)
  • Trio pour violon, clarinette et piano, op. 97
  • Sonate pour hautbois et piano op. 85 (1965)
  • Quintette pour clarinette et quatuor à cordes op. 107 (1977, création en novembre 1978 à Édimbourg)

Piano[modifier | modifier le code]

  • Sonate op. 28 (1927)
  • 2 Sonatinen op. 58 (ut majeur, 1951 ; la mineur, 1949)
  • Suite op. 24 (1922)
  • 24 Präludien op. 83 (1960)
  • 24 Fugen op. 108 (1980)
  • kleinere Stücke

Orgue[modifier | modifier le code]

  • Toccata op. 29 (1928)
  • Präludium und Fuge en la bémol (1956)
  • Phantasie, Arioso und Capriccio (1956)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Wilhelm Altmann, Handbuch für Streichquartettspieler, Wilhemshaven : Heinrichshofen’s Verlag. 1972-1974.
  • Certaines des informations présentes sur cette page apparaissent sur le site internet des Éditions Silvertrust. Permission a été accordée de copier, distribuer et modifier ce document dans les conditions de la Licence de documentation libre GNU. (Voir la page en:Hans Gál.)

Liens externes[modifier | modifier le code]