Hank Johnson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnson.

Hank Johnson
Illustration.
Fonctions
Représentant des États-Unis
En fonction depuis le
Circonscription 4e district du Géorgie
Prédécesseur Cynthia McKinney
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Washington D.C. (États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômé de Clark Atlanta University (en)
Texas Southern University (en)
Religion Sōka Gakkai

Hank Johnson, né le à Washington D.C., est un homme politique américain, représentant démocrate de Géorgie à la Chambre des représentants des États-Unis depuis 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de droit, Hank Johnson devient avocat[1]. En 1986, il tente de se faire élire à la Chambre des représentants de Géorgie mais échoue lors des primaires démocrates[2].

De 1989 à 2001, il est juge assesseur du comté de DeKalb. De 2001 à 2006, il siège au sein du conseil du comté de DeKalb[1].

Lors des élections de 2006, il se présente à la Chambre des représentants des États-Unis dans le 4e district de Géorgie. Il affronte la représentante sortante, Cynthia McKinney, dans la primaire démocrate. Celle-ci est connue pour ses théories conspirationnistes à propos du 11 septembre et une bagarre avec un policier qui, ne la reconnaissant pas, lui avait interdit l'entrée du Capitole. Johnson remporte la primaire avec 59 % des voix. Il est alors le favori pour l'élection générale dans un district acquis aux démocrates[3]. Il est élu représentant avec 75,3 % des voix[2].

Il est réélu sans opposition en 2008. Il est reconduit en 2010 et 2012 en remportant entre 73 et 75 % des voix. Il est à nouveau réélu avec 100 % des suffrages exprimés en 2014[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Johnson est membre de la Sōka Gakkai International, un mouvement bouddhiste parfois considéré comme sectaire. Il est, avec Mazie Hirono, le premier bouddhiste élu au Congrès[4].

Prises de positions[modifier | modifier le code]

Il crée la polémique en juillet 2016 en comparant les colons israéliens en Cisjordanie à des termites. Il s'excuse en admettant avoir mal choisi ses mots, il explique que la colonisation met à la mal la solution à deux États[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « JOHNSON, Hank, (1954 - ) », sur Biographical Directory of the United States Congress (consulté le 7 septembre 2016).
  2. a, b et c (en) « Rep. Hank Johnson (D-Ga.) », 2014 Member Profile Page, sur Roll Call, (consulté le 7 septembre 2016).
  3. (en) Christine Lagorio, « Cynthia McKinney Ousted In Georgia », sur CBS News, (consulté le 7 septembre 2016).
  4. (en) Daniel Burke, « Diversity and a Buddhist Sect », sur The Washington Post, (consulté le 7 septembre 2016).
  5. (en) Jessica Chasmar, « Rep. Hank Johnson apologizes for comparing West Bank settlements to ‘termites’ », sur The Washington Times, (consulté le 7 septembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]