Marjorie Taylor Greene

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marjorie Taylor Greene
Illustration.
Marjorie Taylor Greene en 2019.
Fonctions
Représentante des États-Unis
En attente d'investiture –
Élection 3 novembre 2020
Circonscription 14e district de Géorgie
Législature 117e
Prédécesseur Tom Graves
Biographie
Nom de naissance Marjorie Taylor Greene
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Milledgeville (Géorgie, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômée de Université de Géorgie

Marjorie Taylor Greene, née le , est une femme politique et femme d'affaires américaine de l'État de Géorgie. Elle est la candidate républicaine pour le 14e district congressionnel de Géorgie aux élections de 2020, élection qu'elle remporte[1]. Elle attire l'attention nationale pour son soutien à la théorie du complot d'extrême droite QAnon dans des vidéos Facebook. Greene a ensuite tenté de se distancier de ces dernières[2].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marjorie Greene est née à Milledgeville, en Géorgie, le 27 mai 1974. Elle est diplômée du lycée South Forsyth à Cumming, Géorgie[3], et de l'université de Géorgie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Greene lance sa candidature pour 2020 dans le 6e district congressionnel de Géorgie, mais déplace sa campagne dans le 14e district après que le titulaire Tom Graves ait annoncé qu'il ne se présenterait pas à la réélection[4]. Dans les jours précédant les primaires, Facebook retire une de ses vidéos pour violation de ses conditions de service. Dans la vidéo, elle tiens un fusil de style AR-15 et a averti les « terroristes antifa » de « rester en dehors du nord-ouest de la Géorgie »[5].

Greene termine à la première place aux primaires et affronte John Cowan au second tour[6]. Elle bat Cowan pour remporter la nomination le 11 août et elle est considérée comme favorite des élections générales, car le 14e district vote généralement républicain[7]. Le 14e district a un indice de vote Cook Partisan de R + 27, ce qui en fait le 10e district le plus républicain du pays et le troisième district le plus républicain du fuseau horaire de l'Est. Parmi les districts de la Chambre des représentants de Géorgie, seul le 9e districtt voisin est plus républicain. Donald Trump a remporté le 14e avec 75 % des voix en 2016, sa huitième meilleure performance dans le pays[8]. Le lendemain de la victoire de Greene au second tour, Trump lui tweete son soutien, la décrivant comme une « future étoile républicaine » qui « est forte sur tout et n'abandonne jamais — une vraie GAGNANTE ! »[9].

En remportant les élections, elle est la deuxième femme républicaine à représenter la Géorgie à la Chambre. La première, Karen Handel, fut élue pour représenter le 6e district lors d'une élection spéciale en 2017[10].

Marjorie Greene doit initialement affronter le spécialiste informatique démocrate Kevin Van Ausdal. Cependant, le 11 septembre 2020, Van Ausdal se retire de la course et cela la laisse sans opposition pour les élections générales[11]. Depuis la création du 14e en 2012, aucun démocrate n'a remporté plus de 30 % des voix[12].

Le 3 novembre 2020, elle remporte les élections et est élue à la Chambre. Elle siègera à partir du [9].

Soutien aux théories du complot[modifier | modifier le code]

Greene soutient la théorie du complot d'extrême droite QAnon, affirmant dans des vidéos publiées en 2017 sur Facebook que les théories « valent la peine d'être écoutées »[13],[14]. Elle publie 57 articles trouvés dans les archives du site Web American Truth Seeker[15]. Greene s'est par la suite distancée de ces théories et rejette l'étiquette de « candidate QAnon »[2]. Elle déclare dans une vidéo : « Il y a une occasion unique de sortir cette cabale mondiale de pédophiles adorateurs de Satan, et je pense que nous avons le président pour le faire. »[16]

Dans une vidéo de 2017 publiée sur Facebook, Greene exprime ses doutes sur le fait que l'auteur de la fusillade de 2017 à Las Vegas ait agi seul[17]. Elle traite George Soros, un homme d'affaires juif et survivant de l'Holocauste, un nazi[18],[19]. Après les élections de mi-mandat de 2018, elle déclare que l'élection d'Ilhan Omar et de Rashida Tlaib fait partie « d'une invasion islamique de notre gouvernement »[20].

En 2018, elle exprime son soutien à une théorie du complot selon laquelle un avion n'a pas frappé Pentagone lors des attaques du 11 septembre, affirmant que « c'est étrange qu'il n'y ait jamais de preuve de l'avion au Pentagone », malgré les preuves vidéo[21]. Elle admet plus tard sur Twitter que la théorie du complot du 11 septembre n'était « pas correcte »[2].

Après le premier tour de scrutin de l'élection de 2020, Politico réédite des vidéos publiées par Greene dans lesquelles elle exprime des opinions racistes, antisémites et islamophobes. Les vidéos sont ensuite condamnées par les membres du Congrès Kevin McCarthy et Steve Scalise et sont critiquées dans les médias[14],[19].

Le 3 septembre 2020, Greene partage un mème sur sa page Facebook se représentant tenant un fusil de style AR-15 à côté d'un collage de photos des femmes démocrates de la Chambre des représentants : Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar et Rashida Tlaib. Elle affirme qu'il est temps pour les républicains « de commettre des délits contre ces socialistes qui veulent déchirer notre pays »[22]. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, dénonce le mème comme une « dangereuse menace de violence » et Omar exige que le mème soit supprimé après avoir affirmé qu'il avait déjà déclenché des menaces de mort. En réponse aux questions de Forbes sur la question de savoir si le mème est une menace, un porte-parole de sa campagne qualifie la suggestion de « paranoïaque et ridicule » et de « théorie du complot »[23]. Facebook supprime le mème le lendemain pour avoir enfreint sa politique d'incitation à la violence, ce qui incite Greene à affirmer que les démocrates « essayaient de canceler avant même que j'aie prêté serment »[24]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Greene et son mari, Perry, sont propriétaires de Taylor Commercial, une entreprise de construction basée à Alpharetta, en Géorgie, depuis 2002[25]. Elle a longtemps vécu à Alpharetta, qui se trouve dans le 6e arrondissement. Alors que les membres de la Chambre ne sont tenus de vivre que dans l'État qu'ils représentent, Greene déclare, peu de temps après s'être lancée dans la course à l'investiture pour le 14e, qu'elle a l'intention de déménager dans ce district[26]. Elle achète ensuite une maison dans le comté voisin de Paulding[27].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sam Levin, « QAnon supporter Marjorie Taylor Greene wins seat in US House », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c (en-US) Marisa Schultz, « Marjorie Greene, controversial Georgia Republican, says she's not a QAnon candidate », Fox News,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2020)
  3. (en-US) « Marjorie Taylor Greene: How an Outspoken MAGA Fan Built a Following in a World of Extremists » [archive du ], Southern Poverty Law Center, (consulté le 12 août 2020)
  4. Don Stilwell, « Marjorie Greene officially shifts campaign to District 14 congressional seat », Marietta Daily Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2020)
  5. Patrick Filbin, « Facebook deletes Georgia congressional candidate Marjorie Greene's ad », Chattanooga Times Free Press,‎ (lire en ligne)
  6. Beau Evans, « Marjorie Greene, John Cowan likely headed for runoff in Georgia's 14th Congressional District », The Calhoun Times,‎ (lire en ligne)
  7. Matthew Rosenberg, « Marjorie Taylor Greene, a QAnon Supporter, Wins House Primary in Georgia », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2020)
  8. (en) « PVI Map and District List », sur The Cook Political Report (consulté le 6 novembre 2020)
  9. a et b « Résultats présidentielle : une pro-Trump proche de QAnon, élue au Congrès », sur RTL.fr (consulté le 6 novembre 2020)
  10. Sophie Tatum, « Handel first female GOP rep elected to Congress in Georgia », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2017)
  11. « Why Marjorie Taylor Greene's opponent quit the House race », The Atlanta Journal-Constitution,‎ (lire en ligne)
  12. (en-US) « GA - District 14 - History » [archive du ], Our Campaigns (consulté le 23 octobre 2020)
  13. Will Sommer, « HISTORY! Congress Poised to Get Its First QAnon Believer », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2020)
  14. a et b « A QAnon Follower May Win This U.S. Congressional Seat », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2020)
  15. Andrew Blake, « Majorie Taylor Greene, QAnon candidate, wrote dozens of articles for conspiracy theory website », Washington Times,‎ (lire en ligne, consulté le 19 août 2020)
  16. « QAnon Supporter Who Made Bigoted Videos Wins Ga. Primary, Likely Heading To Congress », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le 17 août 2020)
  17. Lawton Sack, « Las Vegas Shooting Conspiracist Running in GA-6 », GeorgiaPol,‎ (lire en ligne)
  18. Ben Nadler, « QAnon-supporting candidate unrepentant despite GOP criticism », AP NEWS,‎ (lire en ligne)
  19. a et b (en) Ally Mutnick, « House Republican leaders condemn GOP candidate who made racist videos », Politico,‎ (lire en ligne)
  20. (en-US) Savannah Behrmann, « Trump calls QAnon conspiracy theory supporter Marjorie Taylor Greene a GOP 'star' after Georgia win » [archive du ], USA Today, (consulté le 12 août 2020)
  21. Eliza Relman, « Marjorie Taylor Greene, a Republican congressional candidate endorsed by Trump, claimed there's 'no evidence' a plane crashed into the Pentagon on 9/11 », Business Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  22. (en-US) Bade, Rachael; Wagner, John, « GOP candidate poses with rifle, says she's targeting 'socialist' congresswomen », The Washington Post,‎ (lire en ligne[archive du ])
  23. (en-US) Brewster, Jack, « Trump-Backed QAnon Candidate Posts Meme Showing Off Gun And Urging 'Going On The Offense' Against AOC, The Squad », Forbes,‎ (lire en ligne[archive])
  24. (en) Lima, Cristiano, « Facebook removes QAnon-supporting candidate's 'squad' post for inciting violence », Politico,‎ (lire en ligne[archive])
  25. « Republican announces bid for Congress | News », Dunwoody Crier,‎ (lire en ligne)
  26. Diane Wagner, « GOP candidate from outside the district eyeing Graves' Congressional seat | Local News », Rome News-Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2020)
  27. « NPR Podcast 'No Compromise' Spotlights America's 'QAnon Candidate' », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]