Hajime Tanabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hajime Tanabe
Tanabe Hajime.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
田邊元Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Membre de
Maître
Senkichirō Katsumata (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Hajime Tanabe () est un philosophe japonais, membre de l'école de Kyoto et disciple de Kitarō Nishida (1870-1945), le fondateur de cette école philosophique japonaise, qui a cherché à marier la philosophie occidentale avec la spiritualité issue des traditions extrême-orientales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hajime Tanabe naît à Tokyo en 1885. Il entame des études supérieures de mathématiques à l’université de Tokyo en 1904 avant de se consacrer à la philosophie. Enseignant à partir de 1913 dans le département des sciences naturelles de l’université de Tôhoku, il s’intéresse à la philosophie des sciences, discipline à laquelle seront attachés ses premiers écrits[1].

En 1922, il part étudier à Berlin, puis l’année suivante rencontre Husserl et Heidegger. De retour au Japon, il succède en 1928 à Nishida Kitarô (fondateur de l’Ecole de Kyoto) dans la chaire que celui-ci occupait. Il conserve ce poste jusqu’à sa retraite.

A partir de 1930, Hajime Tanabe commence à se démarquer de son maître Nishida en ayant une démarche plus personnelle. Cette séparation s’affirme lors de la publication par Tanabe d’un essai critique intitulé « Considérations sur l’enseignement de Nishida ». Nishida en est consterné et le divorce s’installe définitivement entre les deux penseurs [1].

Il meurt en 1962.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Tanabe défend l'idée que la philosophie n’est pas uniquement un exercice intellectuel mais un retour vers soi, vers son Être. Il s’agit d’une forme de confession (méta-noétique), exigeant comme préalable un certain renoncement à soi, à l’image de Socrate qui « reconnaissait qu’il ne savait rien », point de départ d’un nouveau questionnement [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b James Heisig, Les philosophes du néant, Paris, Editions du Cerf, (ISBN 978-2-204-08706-3).
  2. (en) Will Buckingam, The philosophy book, Dorling Kindersley Limited, (ISBN 978-0756668617)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

Livres et thèses[modifier | modifier le code]

  • Adams, Robert William, The feasibility of the philosophical in early Taishô Japan: Nishida Kitarô and Tanabe Hajime. PhD diss., University of Chicago, 1991.
  • Dilworth, David A. et Valdo H. Viglielmo (translators and editors); with Agustin Jacinto Zavala, Sourcebook for modern Japanese philosophy : selected documents, Westport, Conn. : Greenwood Press, 1998.
  • Fredericks, James L., Alterity in the thought of Tanabe Hajime and Karl Rahner. PhD diss., University of Chicago, 1988.
  • Heisig, James W., Philosophers of Nothingness: An Essay on the Kyoto School, Nanzan Library of Asian Religion and Culture, University of Hawaii Press, 2002.
  • Ozaki, Makoto, Individuum, Society, Humankind: The Triadic Logic of Species According to Hajime Tanabe (Brill's Japanese Studies Library), Brill Academic Publishers (), (ISBN 90-04-12118-8), (ISBN 978-90-04-12118-8).
  • Unno, Taitetsu, and James W. Heisig (Editor), The Religious Philosophy of Tanabe Hajime: The Metanoetic Imperative (Nanzan Studies in Religion and Culture), Asian Humanities Press (June 1990), (ISBN 0-89581-872-8), (ISBN 978-0-89581-872-0).

Articles[modifier | modifier le code]

  • Cestari, Matteo, Between Emptiness and Absolute Nothingness: Reflections on Negation in Nishida and Buddhism.
  • Ruiz, F. Perez, Philosophy in Present-day Japan, in Monumenta Nipponica vol. 24, No. 1/2 (1969), pp. 137–168.
  • Sakai, Naoki, SUBJECT AND SUBSTRATUM : ON JAPANESE IMPERIAL NATIONALISM, in Cultural Studies; , vol. 14 Issue 3/4, p. 462-530 (AN 4052788)
  • Viglielmo, V. H., An Introduction to Tanabe Hajime's Existence, Love, and Praxis in Wandel zwischen den Welten: Festschrift für Johannes Laube, (Peter Lang, 2003) pp. 781–797.
  • Waldenfels, Hans, Absolute Nothingness. Preliminary Considerations on a Central Notion in the Philosophy of Nishida Kitaro and the Kyoto School, in Monumenta Nipponica, vol. 21, No. 3/4 (1966), 354–391.
  • Williams, David, In defence of the Kyoto School: reflections on philosophy, the Pacific War and the making of a post-White world, in Japan Forum, , vol. 12 Issue 2, 143-156.
  • Kiyoshi Himi, La philosophie de Hajime Tanabe, in Etudes phénoménologiques n°18, Ousia, 1993, ISSN 0773-7912

Livres en français[modifier | modifier le code]

Articles en français[modifier | modifier le code]

  • Johannes Laube Sur la personne et l'œuvre de Hajime Tanabe, in Revue philosophique de Louvain, vol. 92, no 4, , pp. 423-429
  • Bernard Stevens, La réception européenne de l'école de Kyōto, in Revue philosophique de Louvain, vol. 92, no 4, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Hajime, Tanabe, Jitsuzon to ai to jissen (Existence, Love, and Praxis) [1947], (from vol. 9, Complete Works of Tanabe Hajime), Tokyo, Chikuma Shobô, 1963. A partial translation by V. H. Viglielmo [1], pour lequel la préface, le premier chapitre et l'essai d'introduction du traducteur sont publiés dans An Introduction to Tanabe Hajime’s Existence, Love, and Praxis. in Wandel zwischen den Welten: Festschrift für Johannes Laube, Peter Lang, 2003.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]