Hélène Landemore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hélène Landemore
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Université Harvard (Philosophiæ doctor) ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Hélène Landemore est une politiste franco-américaine. Spécialisée dans la théorie démocratique et épistémique, elle est autrice de plusieurs ouvrages portant sur la démocratie délibérative. Elle est maîtresse de conférence à l’université Yale[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son enfance en Normandie, elle entame à 18 ans ses études supérieures à Paris[2]. Elle intègre l’École normale et l’Institut d’études politiques de Paris. En 2008, elle acquiert le titre de docteur en sciences politiques, après avoir soutenu à l’université Harvard une thèse portant sur la notion d’intelligence collective, appliquée à la justification de la démocratie[3].

Vie publique[modifier | modifier le code]

Hélène Landemore a observé le processus constituant participatif islandais et le déroulement de la Convention citoyenne pour le climat, dont elle pense qu’elle pourrait préfigurer « une nouvelle forme de démocratie »[4],[5]. Elle présente régulièrement ses idées et ses observations dans les journaux français[4],[6],[7],[8],[9].

Théories[modifier | modifier le code]

Les recherches d’Hélène Landemore portent sur la démocratie délibérative et l’intelligence collective. Elle place les Assemblées tirées au sort au centre de ses réflexions. Elle a contribué à penser leur rôle à travers deux théories.

La diversité cognitive[modifier | modifier le code]

La diversité des participants d’une Assemblée, de leurs points de vues et de leurs expériences, est un avantage décisif pour la délibération[10]. La réflexion sera d’autant plus riche et nuancée qu’elle aura impliqué des savoirs différents. Aussi, en matière de politique, une assemblée tirée au sort est en règle générale préférable à une assemblée d’experts. On ne peut en effet pas prévoir à l’avance toutes les dimensions d’un problème. La raison commande dès lors de maximiser la diversité des points de vues et des savoirs représentés dans l’assemblée.

Il s’agit d’un argument épistémique et probabiliste en faveur de l’inclusion démocratique des citoyens et du tirage au sort en politique.

La démocratie ouverte[modifier | modifier le code]

Hélène Landemore propose un dépassement du « mythe de la démocratie directe », sans représentation, et de la « démocratie électorale » contemporaine.

Elle décrit un nouveau paradigme, la « démocratie ouverte », qui repose sur cinq principes[11] :

  1. Les droits de participation : les droits d’expression et d’association, auxquels s’ajoutent les droits de pétition et d’initiative populaire, permettant notamment la convocation d’un référendum sur une loi votée par le Parlement.
  2. La délibération : les décisions sont issues de débats rationnels entre citoyens égaux. La parole ne doit pas être monopolisées par quelques orateurs doués.
  3. Le principe majoritaire : en lieu et place des majorités renforcées, qui produisent des minorités de blocage. Le vote peut intégrer de nouvelles méthodes plus justes, telles que le jugement majoritaire.
  4. La représentation démocratique : à travers le tirage au sort des assemblées et le volontariat.
  5. La transparence : du processus et du résultat des délibérations, en direct ou a posteriori. La transparence est un moyen de contrôle, qui requiert la lisibilité et la publicité des informations destinées au citoyen.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres en anglais[modifier | modifier le code]

Livres en français[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hélène Landemore : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 7 décembre 2020)
  2. (en-US) Nathan Heller, « Politics Without Politicians », sur The New Yorker (consulté le 7 décembre 2020)
  3. (en) « Hélène Landemore | Department of Political Science », sur politicalscience.yale.edu (consulté le 7 décembre 2020)
  4. a et b « « La Convention citoyenne pour le climat pourrait préfigurer une nouvelle forme de démocratie » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2020)
  5. « Convention Citoyenne pour le Climat : peut-on réconcilier les citoyens avec leurs institutions ? », sur France Culture (consulté le 7 décembre 2020)
  6. « Hélène Landemore : « Être capable de définir les termes d’un débat, c’est la moitié du pouvoir » », sur L'Humanité, (consulté le 7 décembre 2020)
  7. « Hélène Landemore : « Le vrai pouvoir démocratique va bien au-delà de la possibilité de choisir ses gouvernants » », sur L'Humanité, (consulté le 7 décembre 2020)
  8. Fabien Escalona, « Le tirage au sort pour rendre le pouvoir accessible à tous », sur Mediapart (consulté le 20 décembre 2020)
  9. « Climat : « Une assemblée citoyenne mondiale va poursuivre le travail de la convention française » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2021)
  10. (en) Hélène Landemore, « Deliberation, cognitive diversity, and democratic inclusiveness: an epistemic argument for the random selection of representatives », Synthese, vol. 190, no 7,‎ , p. 1209–1231 (ISSN 1573-0964, DOI 10.1007/s11229-012-0062-6, lire en ligne, consulté le 7 décembre 2020)
  11. (en) Hélène Landemore, Open Democracy: Reinventing Popular Rule for the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press, , 272 p. (ISBN 978-0691181998)

Liens externes[modifier | modifier le code]