Grille d'orientation sexuelle de Klein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La grille d'orientation sexuelle de Klein (Klein Sexual Orientation Grid, KSOG en anglais) a été développée par le Dr Fritz Klein, sexologue spécialisé dans l'étude de la bisexualité.

Klein décrit d'abord la KSOG dans son livre 1978 L'Option bisexuelle[1],[2],[3],[4].

La seconde édition date de 1993. Il tente de mesurer l'orientation sexuelle en élargissant l'échelle de Kinsey qui catégorise l'attirance sexuelle, en fonction de l’histoire de la personne, de 0 (exclusivement hétérosexuelle) à 6 (exclusivement homosexuelle).

Généralités[modifier | modifier le code]

Contrairement à l'échelle de Kinsey, la grille de Klein étudie l'orientation sexuelle en trois périodes de temps et par rapport à sept facteurs.

De ce travail Reinhardt, dit dans The Bisexual Opinion : "Le travail du docteur Klein présente un continium de préférences sexuelles, sociales et émotionnelles tout au long des trajectoires de vie"[5].

La KSOG est souvent utilisé comme un outil dans la recherche[6],[7]. Les études utilisant la KSOG ont utilisé le partitionnement de données pour étudier les tendances dans les vingt et un des paramètres de la KSOG et amène à dégager 5 grandes étiquettes/catégories de l'orientation sexuelle :

La grille[modifier | modifier le code]

La grille [5] se décompose en trois parties :

  • passé (du début de l'adolescence jusqu'à il y a un an avant le test),
  • présent (dans les 12 derniers mois),
  • et idéal (ce que vous choisiriez si vous aviez complètement le choix).
Facteurs Passé
(jusqu'à il y a un an)
Présent
(les 12 derniers mois)
Idéal
(ce que vous choisiriez
si c'était une question de choix
ou de volonté)
A) Attirance sexuelle :
Vers qui va votre attirance sexuelle ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7
B) Comportement sexuel :
Avec qui avez-vous effectivement eu des relations sexuelles ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7
C) Fantasmes sexuels :
Vers qui vont vos fantasmes sexuels ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7
D) Préférence émotionnelle :
Par qui vous sentez-vous le plus attiré ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7
E) Préférence sociale :
Avec quel sexe nouez-vous des relations ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7
F) Préférences de vie :
Dans quelle communauté aimez-vous passer votre temps ?
Dans laquelle êtes-vous le plus à l'aise ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7
G) Auto-identification :
Comment vous étiquetez-vous ou identifiez-vous ?
De 1 à 7 De 1 à 7 De 1 à 7

Chacune des 21 cases doivent contenir une valeur de 1 à 7.

Les réponses possibles sont :

Facteurs A à E
1 = l'autre sexe seulement
2 = l'autre sexe la plupart du temps
3 = plutôt l'autre sexe
4 = les deux sexes
5 = plutôt le même sexe
6 = le même sexe la plupart du temps
7 = le même sexe uniquement
Facteurs F et G
1 = hétérosexuel seulement
2 = hétérosexuel la plupart du temps
3 = plutôt hétérosexuel
4 = à égalité hétérosexuel/homosexuel
5 = plutôt homosexuel, gay ou lesbienne
6 = homosexuel, gay ou lesbienne,la plupart du temps
7 = homosexuel, gay ou lesbienne, uniquement


Exploitation des résultats[modifier | modifier le code]

  • Chaque colonne (passé, présent, idéal) est totalisée sur 49.
  • Plus le chiffre est faible (vers 7), plus la tendance hétérosexuelle est marquée.
  • Plus il est élevé (vers 49), plus l'attirance homosexuelle gay ou lesbienne est affirmée.
  • La position la plus médiane (autour de 28) est révélatrice d'une bisexualité ancrée.

Les sexes de Klein sur un tableau HLGBT[modifier | modifier le code]

On peut organiser les résultats du test (ou les évaluations de ceux-ci en fonction de leur biographie) sur un tableau 3 x 3 à double entrée dont la structure est la suivante :


État-civil
H
Hétérosexuel(le)s
B
Bisexuel(le)s

(homosexuel(le)s)
Masculin
G

(gais)
T

(Transidentité)
FtoM
MtoF
FtoM
MtoF
Feminin
L

(lesbiennes)

Réception par les psychologues[modifier | modifier le code]

C'est grâce à cet outil que Fred Klein a assis sa réputation de spécialiste de la bisexualité[10]. Cet outil s'est popularisé parmi les militants, les éducateurs et les thérapeutes, parce qu'il reconnaît la complexité de la sexualité humaine et en particulier la fluidité sexuelle dans le temps[11].

Cependant, en raison de sa complexité, il a été peu employé et diffusé parmi les chercheurs et reste peu familier à beaucoup d'entre eux[12].

Lacunes[modifier | modifier le code]

Klein, tout en insistant sur le fait que la grille a exploré beaucoup plus de dimensions que les échelles précédentes, a reconnu qu'il a omis les aspects suivants pouvant intervenir dans la définition de l'orientation sexuelle[13],[5] :

  • L'âge du partenaire ;
  • Amour et amitié n'étaient pas différenciés dans la variable de préférence émotionnelle ;
  • L'attraction sexuelle ne fait pas de distinction entre le désir sexuel et l'état affectif amoureux ou limerence ;
  • Manque de clarté sur le sens de la fréquence dans l'activité sexuelle, fait elle référence au nombre de partenaires ou au nombre de relations ;
  • Les rôles sexuels, ainsi que les rôles masculins et féminins ne sont pas inclus.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Coleman, Edmond J (1987-09-10). Integrated Identity for Gay Men and Lesbians: Psychotherapeutic Approaches for Emotional Well-Being. Psychology Press. pp. 13–. (ISBN 9780866566384). Retrieved 29 August 2012.
  2. (en) The Bad Subjects Production Team (1997-11-01). Bad Subjects: Political Education for Everyday Life. NYU Press. pp. 108–. (ISBN 9780814757932). Retrieved 29 August 2012.
  3. Bancroft, John (2009). Human Sexuality And It Problems. Elsevier Health Sciences. pp. 262–. (ISBN 9780443051616). Retrieved 29 August 2012.
  4. (en) Klein, Fritz; Barry Sepekoff; Timothy J. Wolf (1985). "Sexual Orientation:". Journal of Homosexuality 11 (1–2): 35–49. doi:10.1300/J082v11n01_04. (ISSN 0091-8369)
  5. a b et c Rommel Mendès-Leité, Bisexualité le dernier tabou, Calmann-Lévy, , 280 p. (ISBN 2702126529), p. 58-63
  6. (en) Hammack, Phillip L.; Cohler, Bertram J. (2009-03-06). The Story of Sexual Identity: Narrative Perspectives on the Gay and Lesbian Life Course . Oxford University Press. pp. 114–. (ISBN 9780195326789). Retrieved 29 August 2012.
  7. Bohan, Janis; Russell, Glenda (1999-08-01). Conversations about Psychology and Sexual Orientation. NYU Press. pp. 197–. (ISBN 9780814709139). Retrieved 29 August 2012.
  8. Roberts, B. C. (1997). "The Many Faces of Bisexuality". International Journal of Sexuality and Gender Studies 2 (1): 65–76. doi:10.1023/A:1026341216421. (ISSN 1566-1768)
  9. Weinrich, James D.; Fritz Klein (2002). "Bi-Gay, Bi-Straight, and Bi-Bi". Journal of Bisexuality 2 (4): 109–139. doi:10.1300/J159v02n04_07. (ISSN 1529-9716)
  10. (en) Christopher Reed, « Obituary: Fritz Klein », 19 juin 2006, The Guardian.
  11. « The Klein grid has been popular among bisexual activists, as well as sex educators and therapists, because it recognizes the complexity of sexuality ». Voir (en) Brett Genny Beemyn, « Bisexuality », sur glbtq.com (An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture) (consulté le 5 mars 2013)
  12. « Although the initial response to Klein’s model was that it was more comprehensive and realistic, its complexities have kept most researchers from using or disseminating it widely. It has thus remained unfamiliar to many. » Voir (en) Robert Hawkins, William Stackhouse, dans Robert T. Francoeur (en), Patricia Koch, David Weis (dir.), Sexuality in America: Understanding Our Sexual Values and Behavior, Continuum, 1999, 360 p. (ISBN 9780826411938) p. 149, Lire en ligne.
  13. Klein, Fritz (1993). The Bisexual Option. p. 20.

Liens externes[modifier | modifier le code]