Grenouille des bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lithobates sylvaticus

Lithobates sylvaticus
Description de cette image, également commentée ci-après
Grenouille des bois
Classification selon ASW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Amphibia
Sous-classe Lissamphibia
Super-ordre Salientia
Ordre Anura
Sous-ordre Neobatrachia
Famille Ranidae
Genre Lithobates

Espèce

Lithobates sylvaticus
(LeConte, 1825)

Synonymes

  • Rana canagica Pallas, 1814 "1831"
  • Rana sylvatica LeConte, 1825
  • Rana pennsylvanica Harlan, 1826
  • Rana cantabrigensis Baird, 1854
  • Rana cantabridgensis latiremis Cope, 1886
  • Rana cantabrigensis evittata Cope, 1889
  • Rana sylvatica cherokiana Witschi, 1954 "1953"
  • Rana maslini Porter, 1969

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Grenouille des bois, Lithobates sylvaticus, est une espèce nord-américaine d'amphibiens de la famille des Ranidae[1].

Description[modifier | modifier le code]

Lithobates sylvaticus

Lithobates sylvaticus mesure de 50 à 70 mm, les femelles étant légèrement plus grandes que les mâles. Sa coloration varie avec des nuances de brun, crème et rouille, le ventre est clair dans les tons jaune ou gris[2].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce se rencontre aux États-Unis, y compris en Alaska, et au Canada[1].

Comme son nom commun l'indique, cette grenouille affectionne les milieux boisés, mais elle est aussi retrouvé dans le milieu rural. Elle se reproduit dans des flaques d'eau temporaires et pond un millier d'œufs. Les têtards se métamorphosent à la fin de l'été.

Hibernation[modifier | modifier le code]

Cette espèce présente la particularité de survivre en étant complètement congelée.

Pendant l'hiver, elle s'enterre dans le sol et se met en arrêt cardiaque, le sang ne circulant presque plus dans les veines[3]. Ce sang contient des éléments qui limitent les dégâts causés par la congélation. De fait, du glucose serait rapidement accumulé lorsque le sang prend en glace[4].

Etat des populations, menaces[modifier | modifier le code]

Tous les amphibiens sont en déclin dans le monde, mais selon des mesures basées sur l'ADN environnemental, la grenouille des bois bénéficie d'une vaste aire de répartition, de nombreux réservoirs et semble mieux que d'autres survivre dans le paysage agricoles, à condition d'encore y trouver des prairies très humides, productives (riches en nourriture), avec de large zone tampon végétalisées (≥ 10 m), dans un paysage environnant hétérogène et riche en autres plans d'eau. Elle semble apprécier les eaux plutôt riches en phosphore dissous (> 0,4 mg/L) mais modérément eutrophisées par l'azote (0,1 à 0,2 mg/L) et claires (taux de chlorophylle inférieur ou égal à 15 µg/L)[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LeConte (1825) Remarks on the American species of the GENERA HYLA and RANA. Annals of the Lyceum of Natural History of New-York, vol. 1, p. 278–282 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. AmphibiaWeb, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. Delphine Bossy, « En bref : la grenouille des bois gelée reste en vie grâce à son foie », sur futura-sciences.com, (consulté le 6 février 2014)
  4. Voir l'article Ectothermie sur imep-cnrs.com
  5. Gabrielle E. Ruso Christy A. Morrissey Natacha S. Hogan (2019) Detecting Amphibians in Agricultural Landscapes Using Environmental DNA Reveals the Importance of Wetland Condition ; Environ Toxicol Chem 23 September 2019; 38: 2750-2763 (résumé)