Grande tempête de 1703

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grande tempête de 1703
Great Storm 1703 Goodwin Sands engraving.PNG

Gravure « The Great Storm November 26, 1703 ».

Localisation
Régions affectées
Coordonnées
Caractéristiques
Type
Temps hivernale
Date de formation
(calendrier grégorien)
Date de dissipation
(calendrier grégorien)
Conséquences
Nombre de morts
8 000 à 15 000
Localisation sur la carte du Royaume-Uni
voir sur la carte du Royaume-Uni
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Europe
voir sur la carte d’Europe
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Angleterre
voir sur la carte d’Angleterre
Red pog.svg

La grande tempête de 1703 est une tempête qui toucha l'ouest de la Bretagne, le sud de l'Angleterre, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne en 1703[1]. En Angleterre Les vents violents ont fait s'effondrer 2 000 cheminées à Londres, endommagé la région de New Forest, qui a perdu 4 000chênes. Les vagues détruisirent entre autres le premier phare d'Eddystone au large de Plymouth et des navires furent détournés à des centaines de kilomètres de distance, plus de 1 000 marins sont morts ainsi sur le Banc de Goodwin lors de naufrages.

Évolution météorologique[modifier | modifier le code]

Une réanalyse météorologique moderne de Météo-France montra qu'un anticyclone dominait la Scandinavie au début de décembre 1703 lorsqu'une dépression se forma en mer d'Irlande et traversa rapidement le nord-ouest de l’Europe avant de se dissiper le 9 décembre sur la Scandinavie[2]. Les valeurs de pressions relevées sont rares, mais un observateur contemporain, William Derham, a enregistré une pression atmosphérique minimale de 973 hPa dans le sud d'Essex mais il fut suggéré qu'elle a pu atteindre 950 hPa sur les Midlands, le centre de pression passant plus au nord dans cette région[2],[3]. Le corridor de dommages s'étendit du sud de l'Angleterre vers le nord-est vers l'Allemagne[4].

Risk Management Solutions compara les effets avec ceux des tempêtes de 1987 et de la fin décembre 1999 sur des bâtiments et structures comparables (tels que des églises médiévales, des granges du XVIIe siècle, des maisons et des arbres), l'étude montra ainsi que le long d'un corridor de 20 à 30 kilomètres de largeur et s'étendant entre Londres et Bristol, certains vents atteignirent 50 mètres par seconde (180 km/h) et ceux de 40 mètres par seconde (144 km/h) s'étendait sur une largeur d'environ de 180 kilomètres, près du double de la largeur équivalente de la tempête de 1987 et de la tempête Lothar de 1999[4]. Ceci suggéra que ses effets étaient équivalents à un ouragan de catégorie 2 dans l'échelle de Saffir-Simpson bien qu'il s'agisse d'une dépression non tropicale des latitudes moyennes[4].

Ces bandes de vents extrêmes sont en fait typiques d'un très intense cyclone extratropical de type bombe, intensification très rapide associée à un fort courant-jet en altitude. La présence d'un courant-jet d'occlusion à bas niveau est aussi inférée dans l'étude par l'observation d'un témoin à Bruton dans le Somerset qui mentionna que « le vent n'est pas venu graduellement, mais dans plusieurs rafales dont j'ai pu voir les effets en me promenant à cheval... sur un demi-kilomètre, je ne pouvais voir un arbre ou une maison touchés, puis je pouvais voir plus loin des arbres abattus et toutes les maisons brisées. J'ai remarqué que cela se reproduisait dans tout le pays le long d'un corridor »[4].

Impact[modifier | modifier le code]

De 8 000 à 15 000 vies furent perdues dans l'ensemble avec la tempête.

À Londres, environ 2 000 cheminées furent renversées. La toiture de plomb de l'abbaye de Westminster fut soufflée et la reine Anne a dû s'abriter dans une cave du Palais Saint James pour éviter l'effondrement des cheminées et d'une partie du toit. Sur la Tamise, quelque 700 navires furent projetés les uns contre les autres dans le Pool of London, la section en aval du pont de Londres. Le HMS Vanguard fut détruit à Chatham. L'HMS Association de l'amiral Sir Cloudesley Shovell fut soufflé de Harwich vers Gothenburg en Suède avant de pouvoir revenir en Angleterre. Les pinacles au sommet de la King's College Chapel de Cambridge durent emportés par les vents[5].

Il y a eu des inondations généralisés dans le West Country, en particulier autour de Bristol. Des centaines de personnes se sont noyées dans les inondations dans la plaine de Somerset Levels ont tués des milliers de moutons et autres bétails, et un navire s'est retrouvé à 24 kilomètres à l'intérieur des terres[6]. À Wells, l'évêque Richard Kidder et sa femme furent tués quand deux cheminées du palais épiscopal sont tombées sur eux, endormies dans le lit[5]. Cette même tempête a soufflé dans une partie de la grande fenêtre ouest dans la cathédrale Saint-André de Wells et la tour sud-ouest de la cathédrale de Llandaff à Cardiff au Pays de Galle subit des dommages majeurs.

En mer, de nombreux navires furent détruits, dont quelques-uns revenant d'aider l'archiduc Charles, le roi d'Espagne, à combattre les Français durant la Guerre de Succession d'Espagne. Ces navires comprenaient le HMS Stirling Castle, le HMS Northumberland, le HMS Mary et le HMS Restoration avec environ 1 500 marins tués lors de leur naufrage sur le banc de Goodwin.

Trente vaisseaux d'un convoi de 130 navires marchands furent coulés par la tempête dans le port de Milford Haven. Le convoi comportait également leur escorte de navires de ligne : le Dauphin, le Cumberland, le Coventry, le Looe, le Hastings et le Hector[7].

Le premier phare d'Eddystone au large de Plymouth fu détruit le 7 décembre 1703, tuant six occupants, y compris son constructeur Henry Winstanley[5]. Un navire arraché de ses amarres dans la rivière Helford, en Cornouailles, fut détourné sur 320 km avant d'être poussé sur la rive huit heures plus tard à l'île de Wight. Environ 4 000 chênes furent déracinés dans la New Forest. Des vents allant jusqu'à 130 km/h ont détruit plus de 400 moulins à vent[1].

En Allemagne le 8 décembre, des milliers d'arbres furent arrachés dans la vllée de l'Oder, des clochers furent renversées comme la flèche de Saint-Lambert à Lunebourg et la tour de l'église Saint-Nicolas à Wismar,[8].

Aux Pays-Bas, la côte de la Frise du nord fut frappé par une onde de tempête. Un capitaine de Zélande écrivit dans une lettre à l'Amirauté que la tempête était sans précédent et que la flotte hollandaise fut touchée.

Réactions[modifier | modifier le code]

Sans précédent dans sa férocité et sa durée, la Grande tempête de 1703 fut généralement pour les témoins un message de la colère de Dieu en reconnaissance des «péchés de cette nation». Le gouvernement déclara le jeudi un jour de jeûne « rappelant la plus profonde et la plus solennelle humiliation de notre peuple ». Il est resté un thème fréquent dans les sermons du XIXe siècle[9].

La Grande Tempête a également coïncidé avec l'augmentation du journalisme anglais, et fut le premier événement météorologique à être une nouvelle à l'échelle nationale. Des brochures spéciales furent produites, détaillant les dégâts matériels et les récits de personnes tuées. Daniel Defoe, dans son livre The Storm (juillet 1704), décrivit « la tempête qui a détruit les bois et les forêts dans toute l'Angleterre ». Il écrivit: « Aucun stylo ne peut la décrire, ni la langue l'exprimer, ni la penser ne le concevra que par son extrême effet ». Les villes côtières telles que Portsmouth « semblaient telles qu'un ennemi les avait saccagées et les avaient été misérablement déchiquetées».

Defoe reporta que le vent dans les voiles des navires les firent tourner si vite que la friction sur leurs routes de support surchauffèrent et prirent feu[10]. Il pensait que la destruction de la flotte royale fut une punition pour leur mauvaise performance contre les armées catholiques de France et d'Espagne pendant la première année de la Guerre de Succession d'Espagne[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Great Storm, Inside Out », BBC,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Tempête du 7 décembre 1703 » [PDF], Tempêtes en France métropolitaine, sur http://tempetes.meteofrance.fr/-Periode-1703-1939-.html, Météo-France, (consulté le 28 mars 2017).
  3. (en) William Derham, « A Letter for the Reverend Mr William Derham, F. R. S. Containing His Observations concerning the Late Storm », Philosophical Transactions of the Royal Society, Royal Society, vol. 24, no 289,‎ 1704–1705, p. 1530–1534 (DOI 10.1098/rstl.1704.0005, JSTOR 102921, Bibcode 1704RSPT...24.1530D).
  4. a, b, c et d (en) « December 1703 Windstorm » [PDF], Risk Management Solutions (consulté en 228 mars 2017).
  5. a, b et c (en) Tony Rennell, « Think this week's gales are bad? They're nothing compared to the storm that drowned Britain », The Daily Mail, série Mail Online,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Stephen Moss, Wild Hares and Hummingbirds, Square Peg (ISBN 978-0-224-08672-1), p. 32.
  7. (en) « Shipping Losses During Great Storm of 1703 », Royal Commission on the Ancient and Historical Monuments of Wales (consulté le 27 mars 2017).
  8. (de) « Wetterchronik 1703 : 8. Dezember », Wetterchronik (consulté le 28 mars 2017).
  9. (en) E. H. Plumptre, The Life of Bishop Ken –,  :

    « Martin Brayne, The Greatest Storm, 2002 – il est cité que la tempête du sermon de Mr. Taylor était encore utilisée dans la congrégation de Little Wild Street, Londres, tard à la fin du siècle »

    .
  10. (en) Paul Brown, « The Great Storm of 26 November 1703 », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  11. (en) J. McKay, Richard Keeble et Sharon Wheeler (dir.), The Journalistic Imagination: Literary Journalists from Defoe to Capote and Carter, Routledge, (ISBN 0-415-41724-4), « Defoe's The Storm as a Model for Contemporary Reporting », p. 15–28.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]