Grande Rhêtra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Grèce antique
Cet article est une ébauche concernant la Grèce antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Grande Rhêtra (μεγάλη ῥήτρα / megalê rhêtra) est le texte fondateur des institutions de Sparte.

Elle est censée avoir été rédigée par Lycurgue sur les indications d'Apollon pythien. Elle nous est connue par deux sources : des fragments de Tyrtée et un passage de la Vie de Lycurgue (VI, 1–9) de Plutarque, qui mentionne quatre décrets :

  • la construction d'un temple à Zeus Sullanios et Athéna Sullania ;
  • la division du peuple en sections : tribus (φυλαί / phulai) et ὠϐαί / ôbai ;
  • l'institution de la gérousie ;
  • l'assemblée du peuple à l'époque de la pleine lune.

Les distiques de Tyrtée ne nous sont connus que par l'intermédiaire de Plutarque (ibid., VI, 10) et de Diodore de Sicile (VII, 12, 6) :

Ainsi en effet le Seigneur à l'arc d'argent, l'agissant-au-loin Apollon
à la chevelure d'or, a prophétisé depuis son gras adyton :
« Qu'initient la délibération les rois honoré des dieux,
rois qui ont souci de l'aimable cité de Sparte,
et les Anciens du Conseil et qu'ensuite [ce soient] les hommes du peuple,
répondant à leur tour par [où à] de droites rhêtras
[qu'ils] parlent honorablement et fassent tout justement
et ne délibèrent pas [de travers] pour notre cité
et qu'à la masse du peuple s'attachent victoire et suprématie. »
Phoibos en effet là-dessus a ainsi révélé à la cité.

Le terme rhêtra (de ἐρῶ / erô, parler) désigne un accord solennel inspiré ou sanctionné par les dieux. C'est le nom que donnent les rois de Sparte à leurs décrets.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Lévy :
    • Sparte : Histoire politique et sociale jusqu'à la conquête romaine, Seuil, coll. « Points histoire », 2003.
    • « La grande Rhêtra », Ktèma n°2 (1997), pp. 85–103.
    • La Grèce au Ve siècle, de Clisthène à Socrate, Éditions du Seuil, collection « Points histoire », 1995.
  • Luther Andreas :
    • Könige und Ephoren. Untersuchungen zur Spartanischen Verfassungsgeschichte, Frankfurt-am-Main, 2004.